Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 déc. 2017

À Menton, le 16 décembre: de l’air, ouvrons la frontière!

Nous manifesterons contre leurs frontières prétendûment érigées pour protéger les populations du terrorisme, et de touTEs celles et ceux qui cherchent refuge, contre leurs murs, aussi longs que le tour de la Terre, des « murs anti-migrants » comme le dit cyniquement le gouvernement britannique en parlant de celui de Calais…

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Hebdo L’Anticapitaliste - 408 (07/12/2017)

Crédit Photo: DR.

Le renforcement des frontières vise à matérialiser le rejet définitif de tous ceux et toutes celles qui fuient le chaos du monde. Misères, dictatures et dérèglements climatiques ne sont pas des catastrophes « naturelles » : elles sont le résultat des politiques néo-coloniales de pillage économique, de mise à sac des sociétés en Afrique, en Asie, au Moyen-Orient, de destruction des États par les guerres conduites par les gouvernements impérialistes occidentaux dont la France.

Les frontières de la honte

L’Union européenne joue pleinement son rôle dans la construction d’une forteresse, « protégée » des plus pauvres. Ses dirigeants, c’est-à-dire les gouvernements des 28 États qui la composent, tentent d’unifier au maximum leurs politiques migratoires autour d’un seul axe : bloquer le plus loin et le plus fermement possible les migrantEs qui, au prix de périples d’une extrême violence, parviennent quand même aux portes de l’Europe. L’UE cherche une cohérence politique commune pour que plus jamais l’État espagnol ne régularise massivement des étrangers, que plus jamais l’Allemagne n’accueille 800 000 migrantEs, ou que plus jamais l’Italie ne crée une « Mare Nostrum ». 

Pour arriver à ses fins, au mépris de toute morale, l’UE n’hésite pas à financer l’encampement des migrantEs en signant des accords iniques, dépensant par exemple des millions d’euros distribués au gouvernement turc pour parquer des migrantEs depuis 2016. D’autres accords sont en cours de conclusion avec le Maroc ou la Libye, au moment même où Macron crie au crime contre l’humanité dans ce dernier pays, en découvrant (vraiment ?) le commerce des humains qui s’y déploie. La Libye dont les structures ont été totalement détruites notamment par la guerre menée par Sarkozy !  

Un règlement européen en négociation, qui s’imposera à tous les États européens comme une frontière législative commune, prévoit le renvoi des personnes qui demandent l’asile dans des « pays tiers sûrs », ou des « morceaux de territoires sûrs ». Des régions du Soudan ou d’Afghanistan, voire de Libye à terme, pourraient être considérés comme « sûres » ! Et le gouvernement français toujours à la pointe de l’horreur, travaille déjà sur un projet de loi anti-immigration pour 2018.

TouTEs sur la frontière italienne le 16 décembre

Les accords de Schengen ont été suspendus temporairement depuis novembre 2015 pour permettre les contrôles aux frontières dans tout l’espace Schengen. Ainsi à la frontière franco-italienne, les CRS et policiers de la PAF contrôlent systématiquement les personnes « d’apparence migrante ». La libre circulation est donc supprimée et, avec elle, un autre droit : celui de pouvoir déposer une demande d’asile.

D’après Eurostat, en 2016, 54 500 personnes ont été empêchées de rentrer sur le territoire français, et elles seraient 90 000 cette année. Chaque jour 100 à 150 personnes sont refoulées à la frontière italienne au motif qu’elles n’avaient pas de titre valide d’entrée sur le territoire. Elles sont retenues quelques heures ou toute une nuit dans des Algécos et au premier étage de la gare de Garavan. Des mineurEs, des majeurEs souvent afghans, soudanais et érythréens y ont été entreposés sans lits, sans matelas, sans nourriture avant d’être renvoyés dans un train pour Vintimille. Ce sont des lieux et des procédures qui n’ont aucune existence légale. Juste une simple décision d’un préfet et des « petits arrangements » avec les autorité italiennes.

Ouvrons les frontières !

Des procédures qui n’existent pas pour des personnes dont les États, ici français et italiens, dénient tout simplement le droit à la vie. Par tout cela nous sommes révoltés, et nous voulons mettre en actes notre colère pour exiger que les choses changent vraiment, et au plus vite ! 

Nous serons nombreuses et nombreux près de la frontière, plusieurs manifestations vont s’y dérouler sous des formes différentes, à Névache, au pied du col de l’échelle, à Briançon. TouTEs dénonceront ce monde empoisonné par un système économique profondément injuste, inégalitaire et cynique, destructeur des hommes et des femmes, de leur humanité et de la planète. Nous dirons notre volonté, au côté de nombreuses personnes qui cherchent refuge, de résister à l’oppression subie, d’inventer un monde solidaire. Parce que c’est notre droit, notre liberté et notre devoir. 

Au NPA, avec d’autres organisations, associations, partis, et de nombreux collectifs unitaires locaux, répondant à l’appel de l’association La Roya citoyenne, du collectif Solidarité avec les migrants 06 et de la coordination 75 des sans-papiers, nous irons manifester à Menton Garavan. Pour l’ouverture des frontières, le droit d’aller et venir, de se fixer où nous voulons, pour la fin de la criminalisation des migrantEs et des personnes solidaires. Et nous lutterons jusqu’à ce que nous gagnions ! 

Roseline Vachetta

Trajets collectifs par bus : de Paris, départ le vendredi soir, retour le dimanche matin : 50 € aller/retour

Contact : menton16decembre@gmail.com ; FB : Manif frontière Menton 16 déc

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent une enfant de 5 ans et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel