Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 mars 2021

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Inde: 8 Mars nouvelle étape de l'unité ouvriers - paysans vers la révolution

Le 8 mars, auquel le soulèvement paysan appelle de toutes ses forces et surtout auquel il se subordonne - au moins durant cette journée - en demandant que partout les hommes, paysans ou autres militants, cèdent la place aux femmes, sera une démonstration aux yeux de l'Inde entière et du monde de vers quoi marche le soulèvement paysan et de quelle société il veut.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing

On ne peut pas comprendre la dimension extraordinaire du soulèvement paysan actuel et sa dynamique globalisante si on ne comprend pas la place très particulière des femmes dans ce soulèvement. Le 8 mars, journée internationale de lutte des femmes n'est pas en Inde qu'une date commémorative mais est aussi une date de construction de cette révolution générale en cours.

Le soulèvement paysan a commencé par un soulèvement de femmes et en est marqué dans toutes ses dimensions.

Les campements actuels de paysans aux portes de Delhi ont été précédés par des campements du même type mais tenu par des femmes dans Delhi même il y a quelques mois, dans le quartier de Shaheen Bagh.

Le soulèvement des femmes a commencé en décembre 2019 lorsque des femmes musulmanes - la communauté religieuse la plus pauvre - descendirent dans la rue pour s'opposer à une énième humiliation du gouvernement Modi contre les Musulmans.

Le mouvement des femmes entraîna peu à peu toutes les catégories populaires qui en avaient marre de la politique de Modi de division permanente entre religions, castes, sexes et marre de la misère qui grandissait sous son régime ultra-libéral.

Sous l'impulsion du mouvement qui avait pris une dimension nationale considérable, les confédérations syndicales organisèrent une journée de grève générale le 8 janvier 2020 qui eut un succès retentissant avec 250 millions de grévistes, qui montra à tous, que par delà les multiples revendications économiques, tous avaient une idée commune en tête : virer Modi.

Ce fut le premier mouvement d'ampleur à oser contester Modi dont la réputation de brutalié et d'inflexibilité intimidait tout le monde.

Le mouvement s’enracina à Shaheen Bagh, quartier pauvre et musulman de Delhi, où des places furent occupées durant 4 mois de décembre 2019 à mars 2020 par 10 000 à 150 000 personnes chaque soir et particulièrement par des femmes du petit peuple, devenant un centre populaire de débat et le centre de l’opposition au régime de Modi. Une espèce de place Tahrir, d’Occupy des prolétaires et des femmes prolétaires.

Ces occupations furent ressenties comme une bouffée d’oxygène qui marquèrent tous les opprimés et exploités dans cette Inde étouffante où la presse et l'ensemble du monde politique étaient rangés à des degrés divers derrière la démagogie communautariste de Modi.

Modi n’arriva pas à stopper ce mouvement. Sa démagogie raciste et religieuse avait été brisée par la révolte des femmes contre les haines et les divisions, contre la misère qui unifiait toutes les communautés.

Le covid mit fin à ce mouvement des femmes le 24 mars 2020.

Mais il avait semé de nombreuses graines : le désir de passer par dessus toutes les divisions qui alimentent le pouvoir de Modi, l'objectif de virer Modi, avec la conscience que ce sont les plus pauvres, ceux qui n'ont rien à perdre, et notamment les femmes prolétaires, qui peuvent entraîner tout le monde.

Le soulèvement paysan qui commença en juin 2020, 2 mois seulement après la fin de Shaheen Bagh, avait totalement intégré dés son départ cet acquis fraternel et cet objectif politique. Ce fut -et c'est toujours - un soulèvement animé de l'esprit de virer Modi, combattant toutes les divisions de sexes, de religion, de caste, imprégné de l'idée de l'unité avec les ouvriers agricoles, les Intouchables, les ouvriers, les jeunes, mené par les paysans les plus pauvres, qui passe par dessus les intérêts corporatistes paysans pour sauver toute l'Inde du capitalisme.

Les campements paysans actuels de Delhi ressemblent aux campements de Shaheen Bagh, accueillant tout le monde, Intouchables, ouvriers, jeunes, étudiants, syndicalistes, Adivasits des tribus, hindous, sikhs, musulmans, bouddhistes... et les débats tous les soirs, ressemblent à ceux de Shaheen Bagh, changer le monde.

Or le SKM, la coordination qui anime le soulèvement paysan actuel, vit dans ces campements et s'en imprègne de leur esprit.

Tout à la fois dans cette dynamique de l'esprit des campements et encore animées de l'esprit du soulèvement de Shaheen Bagh, les femmes, paysannes ou non, Intouchables, musulmanes, sikhs ou hindoues, souvent des employées des crèches rurales et aides soignantes rurales en lutte elles-mêmes depuis des mois, investirent les Mahapanchayats, organes de la mobilisation paysanne à partir du 29 janvier 2021.

Ces Mahapanchayats issus d'un très lointain passé, étaient souvent de ce fait, assez traditionalistes, patriarcaux, misogynes, où les femmes n'étaient fréquemment pas admises. Dans leur élan, les femmes les transformèrent en des structures de la démocratie directe paysanne du soulèvement actuel, mais ouvertes à tous, femmes, jeunes, ouvriers, Intouchables, musulmans, sikhs, hindous tous ensemble, et en firent un organe de combat mais aussi les structures d'un monde embryonnaire débarassé de toutes les oppressions.

Le 8 mars, auquel le soulèvement paysan appelle de toutes ses forces et surtout auquel il se subordonne - au moins durant cette journée - en demandant que partout les hommes, paysans ou autres militants, cèdent la place aux femmes, sera une démonstration aux yeux de l'Inde entière et du monde de vers quoi marche le soulèvement paysan et de quelle société il veut.

PHOTOS

"Moi, femme, je peux tout accomplir". Image de la série télévisée la plus suivie en Inde, une série féministe aux 400 millions de téléspectateurs ; Manjeet Kaur et ses 5 compagnes qui ont fait la route depuis Patiala en Haryana avec des convois de femmes pour rejoindre Delhi ; Mahapanchayat à Meerut dans l'Uttar Pradesh ; Mahapanchayat à Baghpat dans l'Uttar Pradesh ; Mahapanchayat à Mohali dans le Pendjab ; meeting paysan public à Faridkot dans le Pendjab ; aux côtés de militants du SKM (Front Uni Paysan) conférence de presse des moines guerriers sikhs, les Nyangs, installés dans le campement de Singhu à Delhi qui appellent à soutenir le soulèvement paysan ; repas communautaire à Jind en Haryana pour les convois de femmes qui rejoignent Delhi ; affiche du boycott du BJP (parti au pouvoir ) par les paysans : "partout où le BJP se présentera dans des élections, nous organiserons des Mahapanchayats"

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la nouvelle Revue de Presse Emancipation!

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal
« L’esprit critique » cinéma : luxe, érotisme et maternité
Notre podcast culturel débat des films « Sans filtre » de Ruben Östlund, « Les Enfants des autres » de Rebecca Zlotowski et « Feu follet » de João Pedro Rodrigues.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez