Birmanie: 3 mois de joug militaire et 800 morts ne brisent pas la résistance

Manifestations quotidiennes, affrontements majeurs entre l'armée des généraux et armées ethniques, entre l'armée des généraux et soulèvements civils armés, rupture de l'armée ethnique d'Arakan avec le pouvoir, création d'une force de défense populaire par le gouvernement d'unité nationale, universités désertées par étudiants et enseignants...

par Jacques Chastaing

Tandis que les manifestations quotidiennes continuent depuis plus de trois mois - certes avec une participation moindre - mais avec plus de 800 morts tués par l'armée, des affrontements majeurs ont lieu entre l'armée putschiste des généraux et les armées ethniques dans les États Kayin et Kachin, et entre l'armée des généraux et des soulèvements de civils armés dans l'État Chin et les régions de Sagaing et Magway.

Par ailleurs, l'armée ethnique d'Arakan vient de rompre son alliance avec le pouvoir et pourrait bien entrer à son tour en guerre contre les généraux

À Kachin, l'armée de l'indépendance kachin a abattu mardi un hélicoptère Tatmadaw dans le canton de Momauk, tuant un capitaine, un major et un sergent. Des civils ont pris les armes dans la région reculée de l'ouest de Magway cette semaine, le premier incident de ce genre que nous ayons entendu jusqu'à présent dans cette région, tuant quatre soldats dans le canton de Tilin. Le canton de Hakha, dans l'État de Chin, a également connu de nouveaux affrontements, des habitants ayant tué neuf soldats de Tatmadaw. Dans le canton de Sintgaing, à Mandalay, une bande armée de 20 personnes aurait attaqué un avant-poste de police gardant un gazoduc chinois, tuant trois des six policiers qui y étaient stationnés. Enfin, des affrontements majeurs ont éclaté entre les Tatmadaw et l'Armée de libération nationale alliée de Ta'ang et l'Armée de l'Alliance nationale démocratique du Myanmar dans le canton de Kutkai, dans le nord de l'État de Shan, mardi et mercredi, dans peut-être les combats les plus féroces dans l'État de Shan depuis le coup d'État.

Cela pourrait être particulièrement préoccupant pour les Tatmadaw, étant donné que l’État Shan a connu une violence limitée depuis la prise de pouvoir militaire et que l’armée souhaite vraisemblablement maintenir la violence contenue dans la mesure où elle fait face aux menaces croissantes dans les États Kachin et Kayin. Cela pourrait également mettre plus de pression sur l'AA pour qu'elle adopte une position plus ferme contre la junte, étant donné qu'elle est étroitement alignée sur le TNLA et le MNDAA.

Le gouvernement d'unité nationale parallèle a annoncé la création d'une force de défense populaire, mais on ne sait pas dans quelle mesure le gouvernement en exil peut réellement influencer les combats sur le terrain pour le moment.

Par ailleurs les généraux ont rouvert les universités mais celles-ci sont vides d'étudiants qui boycottent cette université au service de l'armée avec plus de militaires dans les bâtiments que d'étudiants et seulement 20% des enseignants qui ont repris le travail, pour beaucoup ayant des liens familiaux avec l'armée, malgré les arrestations d'enseignants qui ne reprenaient pas les cours.

PHOTOS

Manifestation aujourd'hui 7 mai à Tarmakhan, Hpakant ; à Mandalay avec aussi une manifestation d'étudiants ; manifestation d'étudiants à Myaing, Magway ; manifestation à Monywa

En complément tous les jours la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.