Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10586 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 juin 2021

Inde: les paysans font reculer la police et la justice aux ordres du dictateur

Le mouvement paysan vient d'imposer une série de reculs à l'Etat. Ce n'est qu'un début disent les leaders paysans. Dés que le covid le permettra, on peut être sûr que les jours du gouvernement Modi seront comptés.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing

Lors de la journée de bannissement social et de blocage des résidences des députés et responsables du BJP, appelée par le mouvement paysan le 5 juin, l'un des députés bloqué dans l’État de l'Haryana - État dirigé par le BJP particulièrement agressif dans cette région - s'était énervé et avait agressé verbalement et physiquement des paysans, avec l'aide de la police qui avait procédé à l'arrestation de 3 militants paysans.

Aussitôt, les paysans ont riposté et ont, d'une part, demandé au député de s'excuser et, d'autre part, ont appelé les paysans à bloquer le poste de Police de Tohana dans l'Haryana où avait eu lieu l'incident jusqu'à ce que les militants soient libérés. A partir du 5 juin et jusqu'au 7 juin au matin, le poste de police a donc été bloqué jour et nuit par des milliers et des milliers de paysans et leurs soutiens, qui ont installé leurs tentes et des cantines gratuites, amenant même leurs vaches, autour du poste de police, y tenant meeting en permanence.

En même temps que des paysans affluaient de toute la région pour renforcer le piquet de blocage de Tohana, le SKM (Front Uni Paysan), la coordination qui anime le soulèvement, appelait à bloquer tous les postes de police de l'Etat de l'Haryana (25 millions d'habitants) à partir du 7 juin si les paysans emprisonnés n'étaient pas libérés, ce qui aurait signifié peut-être un appel plus tard à bloquer tous les postes de police du pays, si le BJP s'obstinait.

Voyant la mobilisation grandir et craignant qu'elle soit l'étincelle qui entraîne la colère de tout le pays, le BJP cédait, libérait les paysans arrêtés et accédait à toutes leurs demandes : le député Babli s'excuse, ses collègues retirent leur plainte contre les paysans, les procès sont annulés.

C'est une démonstration de force et une victoire à caractère national pour les paysans, pour quatre raisons.

D'abord, elle suit un autre succès du même type obtenu le 24 mai, à Hisar, toujours dans l'Haryana, où déjà, lors de leur application du bannissement social des responsables du BJP par les paysans, c'est-à-dire l'interdiction de toutes leurs activités publiques, les paysans avaient bloqué le 16 mai le ministre chef (1er ministre) de l'Etat d'Haryana, qui pour se libérer avait fait donner sa police de manière très violente, blessant de nombreux paysans, en arrêtant un certain nombre et en accusant 350 de violences et même de meurtre !

La riposte paysanne avait été massive.

Face à ça, comme à Tohana, le BJP, avait cédé, renonçant à toute poursuite et indemnisant même les paysans qui avaient eu des dégâts matériels, du fait de la police, par exemple sur leurs véhicules.

Ensuite, la seconde raison, c'est que ces reculs du parti au pouvoir, là où il est le plus agressif depuis le début, montrent l'impuissance du pouvoir face aux mesures montantes de bannissement social prononcées par le mouvement paysan. Le pouvoir donne ainsi une certaine reconnaissance au contre pouvoir paysan et une certaine légitimité "légale" à ses actions pour paralyser le BJP.

Et cela parce que le 5 juin, journée où le mouvement paysan appelait pour la première fois à une journée de bannissement social - de blocage des résidences des responsables BJP et alliés ou centres de pouvoir partout dans le pays (en brûlant effigies de Modi ou lois agricoles) - alors que jusque là il n'était en capacité de le faire que dans deux à trois Etats, Pendjab, Haryana et Uttar Pradesh, cet appel avait été massivement suivi dans quasi tous les Etats et les districts du pays.

La troisième raison est que ces succès à Tohana et Hisar donnent le moral aux paysans et les incitent à renforcer leur mobilisation et aller plus loin encore.

Ainsi, les convois de paysans et soutiens qui montent sur les campements de Delhi sont de plus en plus nombreux et fournis, et d'Etats divers, comme le Rajasthan, l'Uttarakhand ou l'Uttar Pradesh, avec par exemple, près de 3 000 véhicules de paysans et soutiens venus de Ambala (Haryana) pour la seule journée du 6 juin.

Ainsi, les paysans ont prêté serment le 6 juin, dans de nombreux village, qu'ils continueraient la lutte jusqu'à la victoire totale.

Ainsi encore, beaucoup annoncent qu'après la défaite électorale du BJP au Bengale occidental, ils feraient bientôt tomber les gouvernements BJP dans l'Uttar Pradesh et l'Uttarakhand puis le Madhya Pradesh et que dès que le covid le permettrait, ils reprendraient les Mahapanchayats.

Ainsi enfin, le 6 juin, les paysans rendaient hommage dans de nombreux endroits à 7 paysans assassinés par la police en 2017 ans le Madhya Pradesh, s'inspirant de leur sacrifice pour mener leur combat jusqu'au bout.

La quatrième raison est que ce succès des paysans, confirme leur autorité grandissante sur la société, entraînant derrière eux toutes les classes popularies et fédérant avec eux toutes les colères, des ouvriers, des jeunes des commerçants, des femmes, des étudiants et de tous ceux qui sont révoltés par la gestion scandaleuse du covid par le gouvernement Modi, comme ceux, qui par exemple se rassemblent tous les dimanches en hommage aux victimes du covid, pour dire que le gouvernement est responsable de chaque mort par défaut de lits, d'oxygène ou de médicaments.

Ce n'est qu'un début comme le disent les leaders paysans, et dés que le covid le permettra, on peut être sûr que les jours du gouvernemente Modi seront comptés.

PHOTOS

Campement devant le poste de police de Tohana, bloqué jour et nuit par les paysans ; tous les dimanches ont lieu des rassemblements pour rendre hommage aux victimes du covid tuées par le gouvernement de Modi, faute de lits, d'oxygène, de médicaments ; les paysans arrivent à Hisar, où comme à Tohana, le pouvoir a reculé

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles