Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 juin 2021

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Inde: les paysans font reculer la police et la justice aux ordres du dictateur

Le mouvement paysan vient d'imposer une série de reculs à l'Etat. Ce n'est qu'un début disent les leaders paysans. Dés que le covid le permettra, on peut être sûr que les jours du gouvernement Modi seront comptés.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing

Lors de la journée de bannissement social et de blocage des résidences des députés et responsables du BJP, appelée par le mouvement paysan le 5 juin, l'un des députés bloqué dans l’État de l'Haryana - État dirigé par le BJP particulièrement agressif dans cette région - s'était énervé et avait agressé verbalement et physiquement des paysans, avec l'aide de la police qui avait procédé à l'arrestation de 3 militants paysans.

Aussitôt, les paysans ont riposté et ont, d'une part, demandé au député de s'excuser et, d'autre part, ont appelé les paysans à bloquer le poste de Police de Tohana dans l'Haryana où avait eu lieu l'incident jusqu'à ce que les militants soient libérés. A partir du 5 juin et jusqu'au 7 juin au matin, le poste de police a donc été bloqué jour et nuit par des milliers et des milliers de paysans et leurs soutiens, qui ont installé leurs tentes et des cantines gratuites, amenant même leurs vaches, autour du poste de police, y tenant meeting en permanence.

En même temps que des paysans affluaient de toute la région pour renforcer le piquet de blocage de Tohana, le SKM (Front Uni Paysan), la coordination qui anime le soulèvement, appelait à bloquer tous les postes de police de l'Etat de l'Haryana (25 millions d'habitants) à partir du 7 juin si les paysans emprisonnés n'étaient pas libérés, ce qui aurait signifié peut-être un appel plus tard à bloquer tous les postes de police du pays, si le BJP s'obstinait.

Voyant la mobilisation grandir et craignant qu'elle soit l'étincelle qui entraîne la colère de tout le pays, le BJP cédait, libérait les paysans arrêtés et accédait à toutes leurs demandes : le député Babli s'excuse, ses collègues retirent leur plainte contre les paysans, les procès sont annulés.

C'est une démonstration de force et une victoire à caractère national pour les paysans, pour quatre raisons.

D'abord, elle suit un autre succès du même type obtenu le 24 mai, à Hisar, toujours dans l'Haryana, où déjà, lors de leur application du bannissement social des responsables du BJP par les paysans, c'est-à-dire l'interdiction de toutes leurs activités publiques, les paysans avaient bloqué le 16 mai le ministre chef (1er ministre) de l'Etat d'Haryana, qui pour se libérer avait fait donner sa police de manière très violente, blessant de nombreux paysans, en arrêtant un certain nombre et en accusant 350 de violences et même de meurtre !

La riposte paysanne avait été massive.

Face à ça, comme à Tohana, le BJP, avait cédé, renonçant à toute poursuite et indemnisant même les paysans qui avaient eu des dégâts matériels, du fait de la police, par exemple sur leurs véhicules.

Ensuite, la seconde raison, c'est que ces reculs du parti au pouvoir, là où il est le plus agressif depuis le début, montrent l'impuissance du pouvoir face aux mesures montantes de bannissement social prononcées par le mouvement paysan. Le pouvoir donne ainsi une certaine reconnaissance au contre pouvoir paysan et une certaine légitimité "légale" à ses actions pour paralyser le BJP.

Et cela parce que le 5 juin, journée où le mouvement paysan appelait pour la première fois à une journée de bannissement social - de blocage des résidences des responsables BJP et alliés ou centres de pouvoir partout dans le pays (en brûlant effigies de Modi ou lois agricoles) - alors que jusque là il n'était en capacité de le faire que dans deux à trois Etats, Pendjab, Haryana et Uttar Pradesh, cet appel avait été massivement suivi dans quasi tous les Etats et les districts du pays.

La troisième raison est que ces succès à Tohana et Hisar donnent le moral aux paysans et les incitent à renforcer leur mobilisation et aller plus loin encore.

Ainsi, les convois de paysans et soutiens qui montent sur les campements de Delhi sont de plus en plus nombreux et fournis, et d'Etats divers, comme le Rajasthan, l'Uttarakhand ou l'Uttar Pradesh, avec par exemple, près de 3 000 véhicules de paysans et soutiens venus de Ambala (Haryana) pour la seule journée du 6 juin.

Ainsi, les paysans ont prêté serment le 6 juin, dans de nombreux village, qu'ils continueraient la lutte jusqu'à la victoire totale.

Ainsi encore, beaucoup annoncent qu'après la défaite électorale du BJP au Bengale occidental, ils feraient bientôt tomber les gouvernements BJP dans l'Uttar Pradesh et l'Uttarakhand puis le Madhya Pradesh et que dès que le covid le permettrait, ils reprendraient les Mahapanchayats.

Ainsi enfin, le 6 juin, les paysans rendaient hommage dans de nombreux endroits à 7 paysans assassinés par la police en 2017 ans le Madhya Pradesh, s'inspirant de leur sacrifice pour mener leur combat jusqu'au bout.

La quatrième raison est que ce succès des paysans, confirme leur autorité grandissante sur la société, entraînant derrière eux toutes les classes popularies et fédérant avec eux toutes les colères, des ouvriers, des jeunes des commerçants, des femmes, des étudiants et de tous ceux qui sont révoltés par la gestion scandaleuse du covid par le gouvernement Modi, comme ceux, qui par exemple se rassemblent tous les dimanches en hommage aux victimes du covid, pour dire que le gouvernement est responsable de chaque mort par défaut de lits, d'oxygène ou de médicaments.

Ce n'est qu'un début comme le disent les leaders paysans, et dés que le covid le permettra, on peut être sûr que les jours du gouvernemente Modi seront comptés.

PHOTOS

Campement devant le poste de police de Tohana, bloqué jour et nuit par les paysans ; tous les dimanches ont lieu des rassemblements pour rendre hommage aux victimes du covid tuées par le gouvernement de Modi, faute de lits, d'oxygène, de médicaments ; les paysans arrivent à Hisar, où comme à Tohana, le pouvoir a reculé

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes