Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10345 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 oct. 2021

Nanterre: la présidence doit abandonner les poursuites contre Victor et Micka

Le 14 octobre prochain, Victor et Micka, militants Unef, sont convoqués devant la commission d'instruction du CNESER avec un dossier monté par l'ancienne présidence qui avait pour but de les exclure. Il s'agit d'en faire des exemples auprès des autres étudiant-e-s, en intimidant celles et ceux qui voudraient défendre leurs droits et leurs conditions d’études.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A Nanterre, deux militants de l'UNEF, Victor et Micka, risquent l'exclusion pour s'être mobilisés en 2018. Après les avoir interdits d'accès pendant 30 jours sous prétexte qu'ils auraient constitué « une menace à l'ordre de l'établissement », l'ancien président de Nanterre Jean-François Balaudé les avait poursuivis devant la section disciplinaire de l'Université. Celle-ci les avait entièrement relaxés, mais la présidence avait malgré tout choisi de faire appel devant le Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche (CNESER). Ces deux camarades se voient reprocher leur participation en 2018 à la grève étudiante contre la mise en place de Parcoursup, la mobilisation pour l'inscription des sans-facs en septembre-novembre, et à la grève étudiante contre la hausse des frais d'inscription pour les étudiant-e-s étranger-e-s en décembre. En réalité, ce qu'on leur reproche ce sont des faits de syndicalisme étudiant et leur participation à des actions de la grève, votées dans des Assemblées générales regroupant jusqu'à 2500 personnes !

Ce n'est pas la première fois que l'ancienne présidence s'en était prise à des militants de l'UNEF. En 2018, Victor avait été poursuivi pour avoir participé à une Assemblée générale contre Parcoursup dans le cadre d'un mouvement national contre la sélection. Puis en octobre 2019, dans le cadre de la mobilisation des sans-facs, Victor, Ayoub, Barth et Selim avaient été mis en garde à vue puis convoqués au tribunal pour avoir participé à la délégation accompagnant Victor et Barth à la Commission de formation et de vie universitaire où ils étaient élus mais pour laquelle la présidence ne les avaient jamais convoqués. Tous les militants de l'UNEF ont depuis lors été relaxés !

PHILIPPE GERVAIS-LAMBONY NE DOIT PAS POURSUIVRE LA POLITIQUE D'ACHARNEMENT RÉPRESSIF DE JEAN-FRANÇOIS BALAUDÉ : IL DOIT ABANDONNER LES POURSUITES !

Le 14 octobre prochain, Victor et Micka sont convoqués devant la commission d'instruction du CNESER avec un dossier monté par l'ancienne présidence qui avait pour but de les exclure. Il s'agit d'en faire des exemples auprès des autres étudiant-e-s, en intimidant celles et ceux qui voudraient défendre leurs droits et leurs conditions d’études.

Nos organisations condamnent un tel acharnement antisyndical, alors que cette convocation intervient dans un moment où le gouvernement poursuit sa politique antisociale et répressive contre les jeunes et les salarié-e-s, après une année pourtant catastrophique : suppression du repas Crous à 1€ pour les non-boursier-e-s, application de la hausse des frais d’inscription dans plusieurs universités, loi sécurité globale et loi séparatisme, etc. Localement, les étudiant-e-s de Nanterre subissent la suppression de la compensation intégrale et de nombreux autres droits afin de renforcer la sélection en rendant plus difficile la réussite aux études.

Militer n'est pas un crime : le président de l'Université de Nanterre Philippe Gervais-Lambony a la possibilité d’abandonner ses poursuites et de mettre fin à cet acharnement. Il doit abandonner les poursuites contre Victor et Micka et retirer l'appel au CNESER ! S'il se dit soucieux du sort des étudiant-e-s en cette période de crise sanitaire et s’il souhaite réellement rompre avec la politique répressive de Balaudé comme il s’y était engagé, il ne doit pas poursuivre cet acharnement . Si la Présidence décide de maintenir les poursuites, nous mettrons en place une campagne de soutien et ferons la démonstration que si un-e étudiant-e mobilisé-e est poursuivi-e, c'est l'ensemble des étudiant-e-s, des personne-l-le-s et des salarié-e-s qui doivent riposter !

Toutes ces procédures coûtent de l’argent car il faut assurer la défense juridique : les factures se comptent en plusieurs milliers d’euros. Soyons solidaires en donnant sur le pot commun pour les frais d’avocats et en faisant tourner : https://www.cotizup.com/solidarite-etudiants-rep-ntr !

En complément tous les jours la rubrique Jeunesse/Education de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO