Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10591 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 déc. 2020

Inde : c'est un peuple entier qui se lève

Organisations professionnelles, fédérations sectorielles, associations de transport, étudiants, employés d’université, travailleurs de l’industrie et du thé, khap panchayats (communautés villageoises traditionnelles qui ont un poids important à la campagne. ndr) - tous apportent leur soutien à l’appel «Bharat Bandh» (à la grève générale appelée par les paysans.ndr) du 8 décembre.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ronak Chhabra -07 déc.2020 -Newsclick

New Delhi: La liste des sections de la population active qui expriment leur solidarité aux agriculteurs protestataires ne cesse de s'allonger, soulevant des questions sur l'affirmation du gouvernement selon laquelle l'agitation actuelle contre les législations agricoles controversées est limitée à une communauté de quelques États seulement.

Les organisations professionnelles, les fédérations sectorielles, les associations de transport, les étudiants, les employés d'université, entre autres - de partout au pays se sont manifestés le lundi 7 décembre avec leurs appels respectifs pour soutenir le jour Bharat Bandh le 8 décembre.

Appelé par Delhi Chalo (nom des marches paysannes sur Delhli. ndr) - Samyukta Kisan Morcha, un organisme parapluie comprenant environ 500 groupes d'agriculteurs, le bandh national devrait organiser des barrages routiers sur les autoroutes, la fermeture des bazars (marchés. ndr), ainsi qu'à des manifestations de blocages divers dans différents États. Les agriculteurs ont fait appel à leurs partisans pour des blocages de routes, autoroutes et autres organismes dans les rues jusqu'à 15 heures le jour de la manifestation.

Les groupes, dirigés par le Kisan Morcha, espèrent faire pression sur le gouvernemnt, car ils devraient entamer un sixième cycle de négociations sur leurs revendications un jour plus tard, le 9 décembre. Un arrêt complet du pays dans le cadre de leur programme Bharat Bandh, dans les discussions à venir avec le gouvernement, mettra certainement en valeur la force du mouvement paysan.

La plate-forme conjointe de 10 syndicats ouvriers centraux, dans le communiqué de presse de l'IR daté du 5 décembre, a réitéré son «soutien sans réserve» aux manifestations d'agriculteurs en cours qui portent notamment sur la suppression des réformes agricoles «draconiennes», un amendement à la loi sur l'électricité et la promulgation de une législation garantissant un prix de soutien minimum (PSM) sur les produits végétaux.

«… Les travailleurs et les employés et leurs syndicats ont été pleinement actifs en organisant de nombreuses actions en solidarité avec les luttes des agriculteurs en cours, dans tous les États du pays, bravant les arrestations et les intimidations de nombreux membres de l'administration / police d'État», le communiqué appelant à la soutien au Bharat Bandh du 8 décembre, ont-ils déclaré.

«La réponse (le mouvement paysan) a été massive», a déclaré Tapan Sen, secrétaire général du Centre des syndicats indiens (CITU) (le 3e syndicat ouvrier du pays. ndr) à NewsClick. Selon lui, les fédérations sectorielles actives dans la banque, l'assurance, ainsi que les employés de la défense nationale et les employés du gouvernement central et de l'État ont étendu leur soutien aux agriculteurs en lutte et ont exhorté le gouvernement à tenir compte de leurs revendications au plus tôt.

De même, la All India Railwaymen Federation (AIRF), la plus grande fédération d'employés des chemins de fer indiens, a également appelé tous ses syndicats affiliés à soutenir la grève pan-indienne. Les employés du secteur des télécommunications de la société d'État Bharat Sanchar Nigam Limited (BSNL) organiseront des déjeuners de démonstration et porteront des badges pour soutenir les agriculteurs à cette occasion. (il faut savoir qu'en Inde, le droit de grève est extrêmement limité, les employés de services publics doivent déclarer leur grève 6 semaines à l'avance, le patron peut lockouter, fermer l'entreprise sans payer ses salariés, les grévistes peuvent être arrêtés sans motif, etc, etc... Les aspects légaux de la grève n'étaient guère possible à tenir pour beaucoup de secteurs puisque l'appel des paysans à la grève ne date que de quelques jours, les directions syndicales ouvrières ont appelé à faire tout ce qui est possible de faire dans ce cadre. ndr).

«Comme il y avait peu de possibilités de soumettre un avis et d'observer la grève, les employés de plusieurs secteurs organiseront principalement des rassemblements et des manifestations sur leurs lieux de travail le 8 décembre», a déclaré Sen (du syndicat ouvrier Citu lié aux dirigeants du mouvement paysans.ndr). Les travailleurs industriels dans les ceintures de fabrication à travers le pays, a-t-il ajouté, «rallieront et bloqueront les autoroutes» pour soutenir les agriculteurs.

Ces travailleurs seront principalement rejoints par les travailleurs des plantations de thé du Bengale occidental, qui organiseront des manifestations conjointes en solidarité avec la communauté agricole. Abhijit Mazumdar, président en exercice du syndicat Terai Sangrami Cha Shramik, basé à Darjeeling, a déclaré à NewsClick par téléphone que des rassemblements aux portes des plantations se tiendraient dans les unités de production de la région, ce qui contribuera à une augmentation des revendications communes concernant les travailleurs du thé et les agriculteurs.

Dans la capitale nationale, les services de transport devraient s’arrêter le 8 décembre, puisque pas moins de 27 syndicats de chauffeurs se sont engagés à ne pas faire rouler leurs véhicules sur la route pour la journée. Cela comprend les taxis privés, les voitures basées sur des applications telles que celles associées à Ola et Uber, les camions, les transporteurs touristiques, entre autres.

Kamaljeet Singh, président de l'Association des conducteurs de Sarvodaya de Delhi, a déclaré à NewsClick que les transporteurs se tenaient côte à côte avec les agriculteurs qui protestaient. «Nous demanderons au plus grand nombre de chauffeurs de ne pas conduire pendant un jour pour soutenir les agriculteurs», a-t-il déclaré, ajoutant que 450 000 chauffeurs de taxi - principalement basés sur des applications - sont associés à son association.

Pendant ce temps, l'organe suprême des transporteurs routiers, All India Motor transport Congress (AIMTC), qui représente environ 9 500 000 camionneurs et d'autres entités du pays, a également prévu de suspendre leurs opérations à partir du 8 décembre (tandis que d'autres ont commencé le 7.12, ça dépend en fait des Etats, associations, etc. ndr) au cas où le gouvernement ne répondrait pas aux préoccupations de la communauté agricole.

Pas moins de 23 groupes d'agriculteurs ont formé un organisme parapluie appelé Gujarat Khedut Sangharsh dans l'Etat du Gujarat

pour organiser un appel étendu à l'appel du Barat Bandh. "Nous avons étendu notre soutien au Bandh de mardi en soutien des agriculteurs. (En plus du 8.ndr) nous organiserons des manifestations dans tout le Gujarat le 10 décembre (c'est symboliquement important puisque l'Etat du Gujarat est l'Etat sous domination totale du 1er ministre Modi, d'où est parti sa conquête du pays. ndr) , et un jour plus tard, nous allons organiser un «Kisan Sansad» (un Parlement paysan) à Satyagrah Chhavni à Gandhinagar . Le 12 décembre, les agriculteurs de Gujarat marcheront vers Delhi pour se joindre aux manifestations », a déclaré Jayesh Patel, président du Gujarat Khedut Samaj, cité par le PTI.

Lundi marque le 12ème jour de la manifestation des agriculteurs aux frontières de la capitale nationale, dans le cadre de laquelle les manifestants continuent de rester sur place à la frontière de Singhu sur l'artère GT Karnal qui relie Delhi à Haryana, et à la frontière de Tikri près de Mundka. , un autre village limitrophe de Delhi-Haryana. Les agriculteurs ont également amassé la frontière de Ghazipur reliant l'Uttar Pradesh à la capitale nationale.

Singh a informé NewsClick qu'une délégation conjointe de transporteurs s'était rendue hier, le 6 décembre, à la frontière de Singhu et avait contribué un montant de 300 000 roupies aux agriculteurs qui protestent en signe de soutien.

Les étudiants universitaires, qui ont participé ces derniers jours à des actions de solidarité avec les agriculteurs sur les sites de protestation à la frontière de Delhi, ne sont pas non plus en retard. Dans un communiqué publié lundi par le All India Forum To Save Public Education, les étudiants de toutes les universités du pays ont été exhortés à organiser des manifestations dans leurs régions ou campus respectifs en solidarité avec les agriculteurs le jour du Barat bandh.

«La lutte pour l'indépendance de l'Inde a été menée par des travailleurs marginalisés et des masses paysannes et l'État indien de Modi a déclaré une guerre à son propre peuple au lieu de répondre à l'agitation démocratique des agriculteurs», a déclaré le "forum", qui est un rassemblement de syndicats d'étudiants de toutes affiliations politiques ou sans.

L'organisme parapluie des étudiants (le forum) a accusé le gouvernement d'encourager le «pillage par les entreprises» à travers les trois législations agricoles récemment adoptées - un sort similaire dans lequel l'éducation dans le pays a été «commercialisée» par le biais de la Nouvelle politique éducative (NEP) 2020, qui est également vouée à tomber par notre action.

De plus, les étudiants sont rejoints par des employés de l’université et des professeurs pour ne pas laisser les agriculteurs seuls en train de lutter. À cet égard, la Confédération de tous les employés des universités indiennes et le Forum étudiant conjoint pour le mouvement sur l'éducation ont apporté leur soutien à l'ensemble de la grève générale en Inde le 8 décembre.

L'appel des agriculteurs pour un Bandh d'un jour a également uni les partis d'opposition, avec plus de 15 d'entre eux prêtant leur soutien aux groupes de paysans protestataires dans leur lutte contre le gouvernement dirigé par le parti Bharatiya Janata. (BJP d'extrême droite.ndr)

Harpal Singh, secrétaire à l'organisation de l'unité Bharatiya Kisan Union (Chaduni) - Haryana, a déclaré par téléphone à NewsClick depuis la frontière de Singhu que dans son état, «tous» les khap panchayats (communautés villageoises traditionnelles qui ont un certain pouvoir pour les affaires courantes ou familiales) - au nombre de plus de 100 - ont également soutenu l'appel au Barath bandh.

Parlant du plan de lutte, il a dit: «Nous avons donné un appel pour bloquer toutes les autoroutes (et voies ferrées.ndr) jusqu'à 15 heures; les citoyens de tout le pays sont également invités à fermer leurs magasins tout au long de la journée pour soutenir les agriculteurs qui protestent. Il a ajouté que seule l'exemption de mouvement sera accordée aux ambulances et aux services d'urgence.

Le secrétaire général de All India Kisan Sabha (AIKS), Hannan Mollah, a déclaré que même si le Barat bandh a été «certainement» appelé à faire pression sur le gouvernement pour qu'il accepte les demandes des agriculteurs protestataires, il n'y a guère d '«espoir» de parvenir à une solution concluante rapide des pourparlers en cours.

«Le gouvernement essaie simplement de gagner du temps et attend que les manifestations se calment d'elles-mêmes. C'est maintenant à nous de savoir combien de temps pouvons-nous maintenir la pression grâce à nos actions », a déclaré Mollah, qui fait partie des négociateurs des agriculteurs avec le gouvernement central, à NewsClick, ajoutant: « C'est dans ce contexte que nous avons appelé au bandh et c'est pour ça qu'il faut la nécessité de son succès dans tout le pays. »

Un outil unique au service des acteurs de l’émanciapation. Cliquez sur le logo

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz