Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 févr. 2021

Birmanie: la résistance au coup d’état s'intensifie et appelle à la grève générale

Les médias d’État pour la première fois lundi ont fait référence aux manifestations, affirmant qu’elles mettaient en danger la stabilité du pays.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: Pakistantoday.com.pk

YANGON: La police a utilisé un canon à eau ce lundi sur des centaines de manifestants dans la capitale du Myanmar qui réclament le retour du pouvoir militaire aux élus, alors que les manifestations contre le coup d'État de la semaine dernière se sont intensifiées et se sont propagées à davantage de régions du pays.

Les manifestations à Naypyitaw (capitale du Myanmar), en cours depuis plusieurs jours, sont d'autant plus importantes que la ville, dont la population comprend de nombreux fonctionnaires et leurs familles, n'a aucune tradition de protestation et a une forte présence militaire.

Une manifestation a également pris de l'ampleur à un carrefour majeur du centre-ville de Yangon, la plus grande ville du pays, avec des gens scandant des slogans, levant un salut à trois doigts qui est un symbole de résistance et portant des pancartes disant: «Rejetez le coup d'État militaire» et «Justice pour le Myanmar . »

De nouvelles manifestations ont également été signalées dans des villes du nord, du sud-est et de l'est du pays, ainsi que dans la ville de Mandalay, où il y avait un cortège de marcheurs et de motos.

«Nous ne voulons pas de la junte militaire», a déclaré Daw Moe, un manifestant à Yangon. «Nous n'avons jamais voulu cette junte. Personne n'en veut. Tout le monde est prêt à les combattre".

Les médias d’État pour la première fois lundi ont fait référence aux manifestations, affirmant qu’elles mettaient en danger la stabilité du pays.

«La démocratie peut être détruite s'il n'y a pas de discipline», selon un communiqué du ministère de l'Information, lu sur la chaîne de télévision d'Etat MRTV. «Nous devrons engager des poursuites judiciaires pour empêcher les actes qui violent la stabilité de l’État, la sécurité publique et l’état de droit.»

Le coup d'État a été considéré au niveau international comme un revers choquant pour le Myanmar, qui avait fait des progrès vers la démocratie ces dernières années après cinq décennies de régime militaire. La prise de pouvoir est survenue le jour où les législateurs nouvellement élus étaient censés prendre leurs sièges au Parlement après les élections de novembre. Les généraux ont déclaré que le vote avait été entaché de fraude - bien que la commission électorale du pays ait rejeté cette affirmation.

Les manifestations croissantes rappellent les mouvements précédents dans la longue et sanglante lutte pour la démocratie de ce pays d’Asie du Sud-Est. Dimanche, des dizaines de milliers de manifestants se sont rassemblés à la ville de Pagode Sule, qui était un point central des manifestations contre le régime militaire lors d'un soulèvement massif de 1988 et de nouveau lors d'une révolte de 2007 dirigée par des moines bouddhistes. L'armée a utilisé une force meurtrière pour mettre fin à ces deux soulèvements. Hormis quelques officiers, les soldats ne sont pas descendus dans les rues lors de manifestations la semaine dernière.

Les photos de l'impasse à Naypyitaw lundi ont montré une vaste foule de manifestants cernés de plusieurs côtés par un grand nombre de véhicules de police et de police. Les officiers y ont entraîné un canon à eau sur la foule, qui était rassemblé près d'une statue géante d'Aung San, qui a mené la lutte du pays pour l'indépendance de la Grande-Bretagne dans les années 1940 et est le père d'Aung San Suu Kyi, le chef élu qui a été déposé la semaine dernière. prendre le contrôle. Suu Kyi - qui est devenue un symbole international de la lutte pour la liberté du pays alors qu’elle était détenue à son domicile pendant 15 ans et qui a remporté le prix Nobel de la paix pour ses efforts - est de nouveau assignée à résidence.

Les risques de tels affrontements ont été mis en évidence dimanche dans la ville de Myawaddy, à la frontière orientale du Myanmar avec la Thaïlande, lorsque la police a tiré en l'air dans le but de disperser une foule. L'Association d'assistance aux prisonniers politiques, un groupe de surveillance indépendant, a déclaré qu'une femme avait été abattue, sans fournir de détails sur son état.

Il n’ya eu aucun signe que les manifestants ou l’armée reculeraient dans leur lutte pour savoir qui est le gouvernement légitime du pays: les politiciens du parti de la Ligue nationale pour la démocratie de Suu Kyi, qui a remporté largement les récentes élections , ou la junte. Le parti de Suu Kyi a demandé une reconnaissance internationale en tant que représentants légitimes du peuple.

Un appel à la grève générale a été lancé dimanche soir par plusieurs groupes d'activistes à Yangon, mais il n'était pas clair s'il avait été largement diffusé ou adopté par le mouvement de désobéissance civile organisé de manière informelle au premier rang des manifestations. Pour autant, des observateurs notaient lundi 8 février des manifestations d'instituteurs, d'infirmières et autres agents de santé, de fonctionnaires divers...

L'Association d'assistance aux prisonniers politiques a déclaré que 165 personnes, pour la plupart des politiciens, avaient été arrêtées depuis le coup d'État du 1er février, dont 13 seulement avaient été libérées.

Un étranger a été confirmé détenu par les autorités, Sean Turnell, économiste à l’Université Macquarie d’Australie et conseiller du gouvernement de Suu Kyi. Il a été détenu samedi dans des circonstances peu claires.

Un communiqué publié lundi par le bureau de la ministre australienne des Affaires étrangères, Marise Payne, a déclaré qu'il recevait un soutien consulaire et l'a décrit comme «un conseiller hautement estimé, membre de la communauté universitaire».

Tous les jours 200 titres en 24 rubriques au service des acteurs de l’émancipation. Cliquez sur le logo

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième méga-feu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Été de tous les désastres : le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates américains ont déposé plainte contre l'agence de renseignements américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l'ambassade équatorienne de Londres alors qu'il été la cible d'une vaste opération d'espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Russie, une guerre criminelle, une opinion complice ?
Une analyse du sociologue russe Lev Goudkov, qui démonte les leviers de la propagande du pouvoir russe et y voit l'explication du soutien passif, mais majoritaire apporté par la population russe à l'intervention militaire en Ukraine. Il ne cessera, selon lui, qu'avec un choc qui lui fasse prendre conscience des causes et des conséquences de la guerre, processus qui n'est pas encore engagé.
par Daniel AC Mathieu
Billet de blog
Quand la langue nous fait défaut
Les mots ne sont plus porteurs de sens, ils ne servent qu'à indiquer ce que l'on doit penser et ce qu'il est interdit de penser. La réaction du gouvernement français aux bombardements de Gaza le démontre une fois de plus.
par ekeland
Billet de blog
De Kaboul à Kyiv : femmes déchues de leur citoyenneté
[Rediffusion] Rien en apparence semble lier le sort des femmes afghanes à celui de leurs contemporaines ukrainiennes si ce n’est déjà la dure expérience d’une guerre sans fin. A travers leur corps de femme, peu importe leur âge, elles subissent une guerre menée contre leur statut durement gagné en tant que citoyennes ayant des droits, au nom d’une violence patriarcale que l’on espérait révolue.
par Carol Mann
Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm