Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10573 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 avr. 2021

Inde: le soulèvement paysan invente une nouvelle forme de vie en commun

Avec la saison des récoltes, pour associer travail et politique, le soulèvement paysan invente une nouvelle forme de vie en commun qui ressemble a ce qu'ont fait les soviets en leur temps

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing

Avec le mois d'avril, s'ouvre pour beaucoup de paysans, la saison des récoltes, ce qui nécessite beaucoup de main d’œuvre, or une bonne partie des paysans se trouve aux campements des portes de Delhi.

Que faire ? Comment mener de pair travailler et protester ? Et cela d'autant plus qu'une bonne partie des tracteurs et leurs chariots se trouvent aux portes de la capitale ?

En s'organisant collectivement et démocratiquement.

Pour prendre l'exemple du Pendjab et la récolte du blé (soit environ 17 à 18 millions de tonnes de blé), les moissonneuses-batteuses et les tracteurs seront mis en commun.

Dans chaque quartier de village, chaque village et chaque département, des réunions ont eu lieu sur la manière dont toute cela sera organisé et coordonné ; tout le monde s'est prononcé en faveur d'une telle mise en commun. Ainsi un système démocratique à trois niveaux (quartier, village, département) a été créé pour couvrir toutes les familles afin que personne ne subisse de perte et puisse mener de front, travail et politique.

Ainsi les paysans partent pour les frontières de Delhi par lots en fonction du moment de la récolte. Un lot part d'un quartier, un lot d'un autre quartier arrive. Un autre lot achemine les récoltes au Mandi (marché d'Etat).

Et ce qu'il y a de plus remarquable, c'est que ces différents lots, sont composés bien sûr de paysans, mais aussi d'ouvriers agricoles mais encore d'ouvriers, d'employés, d'étudiants, d'enseignants, tous les soutiens qui le veulent. Ainsi, les paysans et leurs soutiens, vont et viennent des villages à Delhi et réciproquement sur la base d'une organisation démocratique et solidaire remarquable, améliorant la solidarité humaine et accélérant ainsi de fait le processus de récolte.

Le gouvernement a attendu la saison de récolte du blé pour faire croire que le mouvement était mort en combinant cette politique avec une attitude de la presse qui tout à la fois fait disparaître les soulèvement paysan de ses articles et en même temps, lorsqu'elle en parle, tente de faire croire que la participation diminue, que c'est la fin.

Le soulèvement paysan l'a anticipé et c'est pourquoi la tentative de division de Modi s'est transformé en son contraire. Elle s'est transformée en un renforcement des structures d'organisations économiques paysannes élargies à d'autres catégories professionnelles, qui ainsi combinées aux structures de décisions politiques démocratiques des panchayats déjà existantes dans le soulèvement paysan depuis février 2021, renforce globalement le pouvoir du soulèvement paysan sur un mode de plus en plus soviétique.

Il faut associer cette organisation du travail au Pendjab avec la création il y a quelques jours à l'initiative du SKM (Front Uni Paysan) d'une coordination paysans-ouvriers-etudiants-enseignants qui va se substituer peu à peu à la coordination paysanne pour élargir son combat à toutes les catégories populaires, à toutes les revendications, dont la première décision a été d'envoyer ouvriers, employés, étudiants, enseignants aux campements de Delhi pour remplacer les paysans qui doivent rentrer pour les récoltes et qui tiendra son premier meeting public, demain 8 avril.

C'est pourquoi l'ultimatum d'hier du SKM (Front Uni Paysan) au gouvernement exigeant des dirigeants du BJP qu'ils démissionnent, sinon ils les banniront de toute vie sociale, n'est pas que parole en l'air, puisque le SKM a les bases et les structures sociales pour le mettre en œuvre et que les paysans ont déjà commencé à le faire.

En attendant l'importante journée de demain 8 avril, le soulèvement paysan a tenu de manière démonstrative 3 mahapanchayats ayant une portée politique symbolique importante pour l'élargissement de son combat, l'un avec des ouvriers agricoles, l'autre avec des femmes et le troisième dans l'Arunachal Pradesh, un Etat à la frontière birmane, ou les peuples Singpho, Lisu (Yobin), Tangsa, Sema, Tai-Khamti et Tai-Phake ont manifesté il y a quelques jours à Jairampur pour affirmer leur solidarité avec les birmans en lutte contre la dictature militaire.

PHOTOS

Mahapanchayat ouvriers agricoles et paysans à Gurdaspur dans l'Etat du Pendjab ; Mahapanchayat de femmes à Hisar dans l'Etat de l'Haryana où tout est organisé par les femmes ; mahapanchayat à Paonta Sahib dans l'Etat de l'Himachal Pradesh, pour la première fois dans cet Etat ; manifestation du soulèvement paysan en moto à Gurugram (banlieue industrielle de Delhi) ; manifestation à Jairampur dans l'Arunachal Pradesh en soutien aux birmans contre la dictature militaire

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Au sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ». Reportage.
par Nejma Brahim
Journal
Covid-19 : lever les brevets, une solution mondiale ?
Vaccination générale, nouveaux médicaments contre le Covid-19 : les profits des laboratoires pharmaceutiques explosent. Est-il envisageable qu’ils lèvent un jour leurs brevets ? On en parle avec nos invités Isabelle Defourny, de MSF, Jérôme Martin, cofondateur de l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament, et Rozenn Le Saint, journaliste santé à Mediapart.
par à l’air libre
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Gauche(s)
Les partis de gauche opposés à la Primaire populaire durcissent le ton
Alors que le vote d’investiture de la Primaire populaire, qui compte déjà 288 000 inscrits, a lieu entre le 27 et le 30 janvier, les coups pleuvent sur cette initiative citoyenne. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille