Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 mai 2022

Sri Lanka: la crise révolutionnaire s'approfondit -Jacques Chastaing

Aux derniers nouvelles en fin d'après-midi ce 7 mai, le 1er ministre Mahinda (frère du président) devrait annoncer sa démission lundi. La tentative de coup de force du pouvoir a échoué. Les évènements s'accélèrent.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En réponse au blocage de la Présidence par les manifestants qui s'est durcie et du Parlement qui a commencé lors de la grève générale massive du 6 mai avec en même temps la menace d'une grève illimitée à partir du 11 mai si le président et le gouvernement ne démissionnaient pas, le président Gota a choisi la manière forte et a décrété l’état d'urgence, accordant des pouvoirs étendus aux forces de sécurité à partir du 6 mai à minuit.

Des affrontements entre la police et les manifestants s'en sont suivis et ont duré toute la nuit en particulier devant le parlement mais la présidence et le Parlement restaient toujours bloqués avec des renforts cette nuit venus des professeur d'université.

Les manifestations défiant l'état d'urgence - qui semble donc avoir échoué - reprenaient de plus belle ce matin en particulier de la jeunesse étudiante devant la présidence comme un peu partout dans le pays de la part de la population pauvre contre les coupures d'approvisionnement en bouteilles de gaz, en essence, en électricité et en lait tandis qu'on notait ce qui s'apparente semble-t-il à une grève sauvage des conducteurs de bus et de train qui continuait aujourd'hui après la grève générale d'hier.

Ce matin 7 mai 2022 également, le centre de coordination des syndicats exigeait la levée de l'état d'urgence en association avec les associations d'avocats, et appelait pour sa part à une mobilisation nationale populaire du 7 au 13 mai avec une convention ouvrière et syndicale le 11 mai pour décider de la suite mais quoi qu'il en soit une grande mobilisation nationale le 17 mai lors de la prochaine réunion parlementaire en restant sur place autour du Parlement jusqu'à ce qu'une "solution soit trouvée" selon leurs termes.

Ce matin 7 mai également, une manifestation avait lieu aussi devant la résidence du député Ranil, dirigeant de l'UNP, l'ancien grand parti d'opposition bourgeoise qui aurait appelé ses députés à soutenir le parti au pouvoir. L'UNP avait déjà connu la scission il y a peu avec le SJB mais après ça, sa mort politique parait actée.

Aux derniers nouvelles en fin d'après-midi ce 7 mai, le 1er ministre Mahinda (frère du président) devrait annoncer sa démission lundi. La tentative de coup de force du pouvoir a échoué.

Les évènements s'accélèrent.

Jacques Chastaing

PHOTOS

Cette nuit à 1 H 30, après la déclaration de l'état d'urgence et malgré l'intervention policière, les abords de la présidence sont toujours occupés par les manifestants ; affrontements cette nuit à proximité du Parlement, les manifestants franchissent les barrières de la police ; cette nuit aux abords du parlement ; la police tente de faire barrage près du Parlement ; manifestation des étudiants ce matin 7 mai en direction de la présidence

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse