Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 mars 2022

Une défaite politique de Poutine, sans victoire des impérialismes occidentaux

Un succès déjà de la résistance populaire à placer dans le sillage de tous les soulèvements populaires depuis 2018 contre toutes les oppressions capitalistes dans le monde.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing

Poutine bombarde les villes, les hôpitaux, les écoles, tue les civils, particulièrement dans les régions russophones qu'il prétendait libérer. Il fait appel à des troupes de massacreurs tchétchènes et de tortionnaires syriens toutes deux d'inspirations nazies pour soit disant libérer l'Ukraine des nazis. Ce sont deux défaites de sa propagande, deux défaites politiques. Mais la pire des défaites, c'est que malgré l'énorme supériorité militaire de son armée, il se heurte d'une part à une résistance massive de la population ukrainienne, les armes à la main ou à mains nues, face à son armée ou dans les villes qu'il a déjà occupées et d'autre part à une opposition importante déjà aujourd'hui de la population russe voire même à la possible résistance demain de la classe ouvrière de Russie, si on en croit la grève victorieuses des ouvriers de l'usine Gemont de Nizhnekamsk qui ont fait grève et ont gagné contre une baisse de leurs salaires à cause de la guerre.

Même si Poutine arrivait à occuper militairement l'Ukraine et ses villes, il est bien probable qu'il aurait affaire à une résistance dans ces villes, armée ou politique, qui ferait encore plus de dégâts sur le physique et le moral de ses soldats comme de la population russe. L'armée russe avait perdu environ 50 000 soldats en Afghanistan tout comme l'armée américaine au Vietnam. Aujourd'hui, en douze jours de combats, il y aurait déjà eu entre 2 000 et 12 000 soldats russes tués suivant les sources. Or, même si on prend le chiffre le plus bas et qu'on le divise même encore par deux, ça fait relativement cinq fois plus de morts qu'il y en a eu en Afghanistan en dix ans de guerre ou au Vietnam. Or ces soldats, sont des fils, des frères, des pères aimés. C'est cela et les protestations que cela avait entraîné dans la population en Russie comme aux USA qui avait été un des éléments importants des retraits des armées russes et américaines de ces pays.

C'est pourquoi, Poutine, par ses bombardements des civils face à la résistance de ses mêmes civils, a déjà perdu politiquement et va perdre totalement au final, il n'y a que la date qui n'est pas fixée..

Une défaite de Poutine serait non pas une victoire des impérialismes occidentaux mais une victoire des peuples qui refusent toutes les oppressions, tous les impérialismes. Il faut situer l'étonnante résistance populaire en Ukraine dans le sillage de toutes les étonnantes résistances et tous les soulèvements populaires qui traversent la planète depuis 2018 contre toutes les oppressions et exploitations du capitalisme mondial. La résistance ukrainienne n'en est différente que par la forme militaire, sur le fond c'est la même. C'est le refus de l'oppression.

Il faut arrêter de raisonner en "camps militaires opposés", qui est la manière de raisonner des exploiteurs, parce qu'elle se fait depuis le dessus, indépendamment donc des souffrances des peuples et de leurs révoltes. Il faut regarder les choses par en bas, avec le regard de ceux d'en bas, ceux qui souffrent et luttent.

Il n'y a que deux "camps", celui des peuples qui luttent pour leur émancipation, celui des prolétaires, de la révolution, contre le camp de tous les oppresseurs, de tous les exploiteurs. Celui de la révolution sociale contre la barbarie capitaliste.

Se ranger aux côtés du peuple ukrainien en lutte, ce n'est pas se ranger aux côtés des impérialismes occidentaux, c'est se ranger avec ceux d'en bas, avec la perspective de la révolution mondiale. C'est cela qu'il nous faut mettre en avant : tous les renverser, parce que nous n'avons pas d'autre choix.

(Photo de l'hôpital d'Izyum près de Kharkiv, détruit par les bombardements de l'armée russe)

https://www.catalunyapress.es/.../ejercito-ruso-destruye...

En complément tous les jours la rubrique Europe de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal — Amériques
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale