Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10369 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 juil. 2021

Haïti: couper l'herbe sous le pied à un soulèvement populaire ?

Je tenterai dans les jours ou semaines qui viennent de répondre à la question essentielle: Où va Haiti ? Mais pour répondre à cette question, il est déjà utile de répondre à celle-ci : à qui profite l'assassinat du président Moïse ? Les deux hypothèses le plus souvent avancées ne doivent pas occulter une troisième. Et le crime peut profiter à plusieurs acteurs. C'est la tâche des alliances...

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On ne peut écarter dès maintenant la thèse d'un réglement de compte entre gangs liés à différents secteurs de l'oligarchie et leurs relais politiques. A ce jour, les déclarations du chef de la police Léon Charles donnent plutôt corps à cette explication. On peut penser aussi que le chef de la police a ordre de les diriger dans ce sens. Mais l'hypothèse ne peut être à cette étape écartée. Les affrontements entre secteurs de la bourgeoisie ne manquent pas dans un contexte de désastre économique, écologique et sanitaire.

On ne peut pas non plus écarter la seconde hypothèse, plus shakespearienne, dont ne parle évidemment pas le chef de la police: la volonté du Premier ministre Claude Joseph de prendre le pouvoir - ce qu'il a fait en déclarant l'Etat d'urgence - juste avant que le nouveau premier ministre, Ariel Henry, nommé par le président Moïse deux jours avant son assassinat, ne prenne ses fonctions. Le conflit est patent "Y-a-t-il plusieurs Premiers ministres nommés dans le pays?", a interrogé Ariel Henry, assurant que Claude Joseph n'était que ministre des Affaires étrangères.

Mais quand on connait bien l'histoire contemporaine d'Haiti, on ne peut s'empêcher de penser à un coup beaucoup plus politique. C'est la stratégie "couper l'herbe sous le pied" (à Washington "cut the rug out from under"). Les puissances impérialistes l'utilisent facilement, sur tous les continents.

En Haiti, la CIA l'a utilisée en 1986 et en 2004.

En 1986, face à la montée inexorable du mouvement populaire contre Bébé Doc, la CIA a organisé un coup de l'armée, dirigée par le général Namphy.

En 2004, rebelote: Aristide, élu par un vote massif en 1990, renversé par un coup militaire en 91, et remis en selle après avoir été retourné lors d'un "exil' doré à Wahsington, est ramené Port-au Prince pour imposer les plans du FMI. Mais il fait face en 2004 à une montée du mouvement populaire, là aussi très menaçante pour l'oligarchie. Alors, toujours pour "couper l'herbe sous le pied" d'une révolution populaire, l'armée US débarque, occupe le pays et expulse Aristide cette fois-ci en Afrique du Sud.

Or depuis le soulèvement populaire de juillet 2018, sans doute le plus important depuis justement la chute de Duvalier fils en 1986, le régime est en sursis. Il n'a aucune légitimité et ne repose que sur une violence inouie, orchestrée par la police, l'armée ressucitée et les gangs alliés au régime. Il était temps de changer le comédien en chef. En France, on parlerait d'alternance...

Par ailleurs, la composition du commando, 26 colombiens, au moins 6 liés à l'armée de ce pays, et deux haitiano-américains, correspond au vivier de tueurs couramment au service des Etats-Unis. Enfin, que 11 d'entre eux aient tenté de se réfugier dans l'ambassade de Taïwan, protégée des USA, n'est peut-être pas par hasard. Mais 11 sur 28, cela ressemble plus à un débandade, qu'à un plan d'évacuation. Il faudrait avoir la chronologie de tous les faits qui ont suivi la sortie de la résidence. Ce commando est-il tombé dans un piège ?

Enfin, le président, qui n'avait qu'une confiance limitée dans la police, avait recruté un service de protection auprès de la société Blackwater, très liée à Washington. Or le commando est entré dans la résidence comme dans une église...

Mais aucune hypothèse n'est confirmée. De plus, le crime peut profiter à plusieurs acteurs. C'est la tâche des alliances...

En complément sur Haiti et bien au delà, tous les jours la rubrique Amérique Latine et Caraïbes de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Des traitements à prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.