Ce que dit la journee du 8 décembre, par Jacques Chastaing

La semaine qui vient, le mouvement va poser à tous les salariés et les militants la question d'un autre niveau de blocage de l'économie, celui de la grève, de la grève générale qui cheminera en début de semaine pour se décliner concrètement à partir du 14 décembre.

Edito de la lettre d'info n°174 du Front Social. A lire en intégralité ici

Le message de peur qu'ont propagé les médias de Macron pour dissuader de manifester a échoué.

A ce message a répondu la détermination populaire et sa participation massive aux manifestations.

Le sens des responsabilités du mouvement et son unité ont mis un terme aux tentatives de division entre les soit-disant modérés et les prétendus violents.

Il apparaît clairement que c'est l'ensemble du mouvement qui est radical d'une part par ses origines, les plus pauvres, ceux qui n'ont rien à perdre et d'autre part par ses objectifs : virer Macron et faire payer les riches

Le 8 décembre clôt également la période des représentants auto-proclamés et la fin pour Macron et les dirigeants syndicaux de la possibilité d'une politique de négociation.

Le prétendu apolitisme des gilets jaunes atteste d'un sens politique aigu car il affirme que seul le mouvement de masse dans la rue est légitime et qu'ainsi aucune manipulation ne sera possible.

Le mouvement est en train d'impliquer peu à peu dans l'action tous ceux qui le soutenaient jusque là dans l'opinion. Il rejette ainsi sur le côté tous ceux qui ne veulent pas du sentiment d'unité qu'il génère.

Par son énergie, les souffrances humaines profondes dont il est l'expression et par là, par son ouverture à un autre monde, le mouvement des gilets jaunes a déjà entraîné la jeunesse lycéenne et étudiante dans son sillage.

Parce qu'il veut bloquer l'économie et plus seulement les automobilistes, il a convaincu la base syndicale.

La semaine qui vient, le mouvement va poser à tous les salariés et les militants la question d'un autre niveau de blocage de l'économie, celui de la grève, de la grève générale qui cheminera en début de semaine pour se décliner concrètement à partir du 14 décembre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.