Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10602 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 déc. 2020

Bharat Banh et Chalo Delhi, solidarité !

Ce mardi 8 décembre 2020, la grève générale s’est affirmée en Inde, le pays le plus peuplé du monde aujourd’hui. Il y avait déjà eu 250 millions de grévistes le 26 novembre dernier. La grève semble aujourd’hui plus puissante encore – c’est donc le plus grand mouvement de grève simultané de travailleurs, de l’histoire.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

8 décembre -source: aplutsoc

Les Indiens ont deux mots pour désigner ce qu’ils sont en train de faire.

Bharat Bandh, भारत बंद : littéralement, en hindi, « action dans toute l’Inde », « fermeture générale », le sens populaire et médiatique est très clairement grève générale.

Chalo Delhi, भारत बंद चलो देहली : littéralement, « tous sur Delhi », « on monte tous à Dehli », c’est aussi le sigle populaire des millions de paysans qui marchent sur la capitalle, environ 300 000 à 400 000 tenant les entrées, face à la police.

Bharat Bandh et Chalo Delhi :  facile de traduire dans le français « lutte de classe » : cela donne « grève générale » et « tous à Paris, à l’Elysée » !

Est-ce pour cela que les médias en France observent un silence total, abyssal, radical, sur le processus révolutionnaire qui s’amorce dans le pays le plus peuplé du monde ?

Dans le monde entier, la diaspora indienne se mobilise en solidarité : de nombreuses manifestations ont lieu, par exemple, aux États-Unis, y compris dans des villes moyennes. C’est bien le silence absolu de l’information en France qui est hallucinant !

La force du mouvement est liée à son apparente originalité : ce sont les paysans, fermiers, ouvriers agricoles et communes rurales villageoises traditionnelles, qui en sont le fer de lance, car ils réagissent aux lois ultralibérales du gouvernement Modi comme à une question de vie ou de mort, ce que bien souvent elle est pour eux. Des couches profondes de la population hindoue se sont retournées radicalement contre un pouvoir exécutif qui avait utilisé le confinement pour semer le chaos et perturber le mouvement démocratique général qui le menaçait déjà début 2020. Les routiers sont entrés en grève depuis trois jours et bloquent les principaux axes routiers.

En Andhra Pradesh (50 millions d’habitants), 5 millions de salariés ont grève en solidarité avec les paysans, à l’appel des centrales syndicales (sauf celle liée au parti gouvernemental ethno-nationaliste hindou, le BJP).

Grève importante et fermeture des marchés à Mumbai, la ville de Modi.

A Chennai, le siège du gouvernement régional est entouré de piquets de grève et les employés des banques et du secteur de l’électronique et des télécommunications ont manifesté leur solidarité.

A Kolkata, les cheminots sont en grève, les autoroutes sont bloquées et les étudiants ont manifesté.

Au Bihar (100 millions d’habitants, paysans pauvres à 90%) les transports sont paralysés.

Au Pendjab, la majorité des fonctionnaires de l’État a fait grève.

Au Jammu-et-Cachemire, province que Modi avait claquemurée, quadrillée et réprimée, le Bharat Banh est saisi par la population pour imposer le droit de manifester et de s’exprimer.

Dans l’Assam, autre Etat où Modi a sévi contre les « étrangers » et les musulmans, également et la capitale Guwahati est arrêtée.

En Uttar Pradesh des heurts ont eu lieu à Agra et la police a séquestré chez eux des dizaines de militants paysans et d’opposants politiques.

Delhi la capitale est assiégée, la police bloque les entrées et les millions de paysans se massent aux portes, pendant que les transports sont en grève, que les industries automobile du district de Gurgaon-Manesar, coeur industriel, entre en grève, et que les quelques 400 000 salariés misérables ou « indépendants » d’Uber et de Ola ont cessé le travail !

Mardi, 21h en France, il est 16h à Delhi. Le Bharat Banh continue : il pose la question du pouvoir !

Un outil unique au service des acteurs de l’émanciapation. Cliquez sur le logo

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes portugais résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose