Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 déc. 2021

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Succès a dimension mondiale: Modi cède sur tout face aux paysans !

Après avoir annulé le 19 novembre les trois lois livrant la petite paysannerie indienne aux grands groupes capitalistes de l'agro-alimentaire, le gouvernement Modi vient d'accéder ce 9 décembre 2021 à toutes les autres exigences du mouvement paysan. Nous entrons dans une nouvelle ère !

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing

Le gouvernement Modi vient en effet d'accepter, par écrit sur papier officiel, le MSP (prix de soutien minimum) pour tous les paysans, pour tous les produits et dans tous les domaines agricoles, c'est-à-dire un prix de vente des produits agricoles qui soit indépendant du marché mondial, qui soit égal à une fois et demi le coût de production et qui soit déterminé conjointement par l'Etat et les organisations, syndicales paysannes, c'est-à-dire en l’occurrence avec le SKM (Front Uni Paysan), la coordination de 40 organisations paysannes qui anime le mouvement et organe exécutif de l'AIKSCC, regroupement de 500 organisations paysannes. C'est la satisfaction d'une revendication considérable, puisque cela assure une sorte de salaire minimum garanti à près de 600 millions de paysans alors que 30% environ des paysans en bénéficiaient jusque là et seulement dans de mauvaises conditions et à bas prix dans un pays où l'immense majorité des ouvriers, soit environ 400 millions, n'a pas de salaire minimum, aucune protection contre la maladie, le chômage ou la retraite. On peut donc facilement imaginer quel formidable coup de tonnerre cela va être pour toute l'Inde mais aussi au delà, en particulier dans toute l'Asie et plus généralement tous les pays pauvres.

Le gouvernement s'est également engagé par écrit à annuler et lever toutes les sanctions et condamnations contre les paysans et leurs soutiens dans les Etats que son parti, le BJP dirige, en Haryana, Uttar Pradesh, Uttarakhand, Madhya Pradesh et Himachal Pradesh en sachant par exemple que rien que dans l'Haryana il y a 46 000 paysans et soutiens poursuivis ou condamnés.

Le gouvernement a aussi accepté de donner des compensations aux familles des 700 paysans morts durant le conflit, c'est-à-dire environ 500 000 roupies (environ deux ans du salaire moyen indien) par victime et un emploi d'Etat pour chaque famille des victimes.

Il a également accepté que la loi qui privatisait l'électricité (et donc augmentait les tarifs pour les paysans) serait annulée lors de la prochaine session parlementaire.

Il a enfin déclaré que toutes les amendes contre les paysans et leurs brûlis accusés de polluer l'air des villes, seraient annulées.

Il reste encore en suspens le limogeage du ministre de l'Intérieur qu'exigeaient les paysans, dont dans l'état actuel des informations, on ne sait pas encore ce qu'il en est.

Le gouvernement a donc accédé à toutes les revendications des paysans.

Le SKM a annoncé en conséquence que les paysans organiseraient une grande fête le 11 décembre à Singhu (un des campements paysans à Delhi) pour fêter leur victoire. A partir du 11 décembre, ils commenceraient à lever les campements autour de Delhi, et, à partir du 15 décembre, ils lèveraient les barrages sur les autoroutes. Le SKM a toutefois décidé d'organiser une nouvelle réunion le 15 janvier pour voir si le gouvernement tenait ses engagements et pour repartir en lutte si c'était nécessaire.

Quoi qu'il en soit, c'est une victoire historique.

Face à un gouvernement s'affichant ouvertement au service du grand capital, dont les leaders se réclamaient de Hitler et Mussolini et dont la fonction était d'écraser les classes populaires, liquider tous leurs acquis, et pour cela cultivait en permanence les haines et divisions entre communautés, religions, sexes, castes pour asseoir sa domination, c'est non seulement une victoire des prolétaires, parce que les paysans indiens sont plus des ouvriers de la terre que des paysans comme on l'entend ici, mais aussi une victoire contre toutes les divisions et les haines entre pauvres. En ce sens, et par l'enthousiasme et l'entrainement que cette victoire va avoir sur tous les prolétaires d'Inde et probablement bien plus loin, cette victoire ouvre une nouvelle période où les exploités et opprimés ne seront plus à mener des luttes défensives pour ne pas reculer mais commenceront à mener des luttes offensives pour améliorer leur situation et changer la vie, construire un monde meilleur.

Un évènement de dimension mondiale qui ouvre une nouvelle ère des luttes.

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation! 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre