Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 mars 2022

Appel aux Russes d’un socialiste ukrainien

Poutine peut tout planifier, mais même si la Russie prend Kiev et installe son propre gouvernement d'occupation, nous résisterons. Le combat continuera jusqu'à ce que la Russie se retire de l'Ukraine et paye pour toutes les pertes et toutes les destructions.  Par conséquent dépêchez-vous de renverser le régime de Poutine, dans votre intérêt comme dans le nôtre.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Taras Bilous -Traduction Karine Clement

Argumenter maintenant avec les Russes qui ne condamnent pas les actions de leur armée en Ukraine est la tâche des Russes anti-guerre, pas des Ukrainiens. Mais je vais essayer de les aider un peu, peut-être que cela servira à quelque chose. Premièrement, pour ceux qui demandent "Pourquoi avez-vous été silencieux pendant 8 ans quand le Donbass était bombardé ?" Je n'ai pas gardé le silence. Par exemple, voici mon article (https://commons.com.ua/ru/aviaudar-po-budivli-luganskoyi-oda/) sur la frappe aérienne ukrainienne contre l'administration d'État régionale de Lugansk (c'est important pour moi personnellement, car je suis de Lugansk). J'ai également écrit sur les autres victimes parmi les civils en 2014-2015 (vous trouverez plus d'informations sur ce sujet ci-dessous). J'ai également dénoncé le blocus économique du Donbass et je suis allé à un rassemblement antifasciste dans le centre de Kiev avec une pancarte "dissoudre le régiment d'Azov". En bref, j’étais pour un règlement pacifique du conflit dans le Donbass.  

Mais maintenant tout est différent. L'invasion actuelle de l'armée russe est une agression impérialiste qui doit se terminer par une défaite, sinon nous aurons une « nouvelle normalité » dans laquelle l'intervention militaire deviendra monnaie courante. Lorsque la Russie a commencé à bombarder les villes ukrainiennes, j'ai décidé de m’engager dans la Défense territoriale. Malheureusement, cela n'a pas fonctionné pour moi, car à Kiev, il n'y a pas assez d'armes pour tout le monde.  

Si vous pensez toujours que l'armée russe ne combat ici qu'avec les "nazis", vous vous trompez. Des hommes âgés, des hipsters et gars des quartiers se tiennent ensemble dans d'énormes files d'attente pour les armes. Découvrez comment les Russes ont été reçus par les habitants russophones de Berdiansk, dans le sud-est de l'Ukraine : https://zona.media/article/2022/02/28/berdyansk. Pour nous, c'est une guerre de libération populaire.  

Je ne comprends pas comment les Russes peuvent encore croire à la propagande selon laquelle les "nazis" règnent en Ukraine après qu'un juif russophone de Krivoy Rog avec un programme de paix pour le Donbass est devenu président. Oui, le règlement pacifique n'a pas fonctionné, mais cela s'est produit, entre autres, à cause de la réticence de Poutine à faire des concessions. Néanmoins, il a été possible de parvenir à une réduction sans précédent du nombre de violations du cessez-le-feu et il y a eu beaucoup moins de victimes civiles. Mais maintenant, à cause de l'invasion russe, les habitants du Donbass vivent à nouveau sous les bombardements, la ville de Shchastia a été rasée par l'armée russe : https://zona.media/article/2022/02/28/berdyansk

 Sur les victimes civiles dans le Donbass  

Ceux qui disent maintenant "pourquoi avez-vous été silencieux pendant 8 ans" doivent également comprendre qu'une partie importante des pertes civiles dans le Donbass est le résultat des bombardements par les républiques populaires du Donetsk et de Lougansk elles-mêmes, ainsi que par l'armée russe. Si vous ne me croyez pas, vous pouvez lire le rapport du Centre des droits de l'homme "Memorial" (https://memohrc.org/sites/all/themes/memo/templates/pdf.php?pdf=/sites/default/files/old/files/1658.pdf ). Je vous conseille particulièrement de lire la rubrique "La destruction des villages de Novosvetlovka et Khryashchevatoe dans la région de Lougansk", où la responsabilité de la grande majorité des destructions et des morts incombe aux milices des républiques et à l'armée russe, qui essayaient d'éliminer de ce territoire les unités des forces armées ukrainiennes. Une situation similaire s'est produite à Debaltseve, des habitants du Donbass sont également morts des bombardements des milices des républiques à Marioupol, Volnovakha et à d'autres endroits.  

Et bien sûr, le cas le plus meurtrier pour les civils en 2014 est dû à l'armée russe - le crash du Boeing 777 dans la région de Donetsk. Si quelqu'un croit encore à la propagande russe selon laquelle ils ne l'ont pas abattu, alors je ne sais pas comment on peut discuter de quoi que ce soit avec ces gens. Mais ici, je veux dire autre chose. Dans le territoire sous contrôle ukrainien de Stanytsia Luhanska, toutes ces années, les gens ont pu honorer la mémoire de leurs concitoyens décédés à la suite d'une frappe aérienne d'avions ukrainiens, comme ils le souhaitaient. Sans les militaires et l'hymne national. 

En même temps, dans les républiques populaires du Donetsk et Lougansk, sur le site du crash d'un Boeing, à Novosvetlovka, Khryashchevaty et à d'autres endroits où des civils sont morts des actions des milices et de l'armée russe, ce n'était pas du tout comme ça. Toutes ces années, l'élite militariste des républiques séparatistes a continué à mentir en disant que ce n'était pas eux qui avaient abattu le Boeing et utilisé les personnes décédées de leurs propres actions afin d'aggraver encore la haine envers l'Ukraine. A chaque événement à la mémoire de ces victimes, ils ont menti et parlé de génocide, bien qu'eux-mêmes aient tué ces personnes.  

Et dernier point, concernant les pertes civiles après la fin de la phase chaude de la guerre. 

Comme le montre le diagramme ci-dessus (voir l’original du message : https://teletype.in/@ahatanhel/6MNkfwoNNQk), la grande majorité des victimes civiles dans le Donbass ont été tuées ou blessées en 2014-2015, après quoi le nombre de victimes a progressivement diminué. Mais il y a là un fait important, dont on n'a pas aimé parler pendant toutes ces années en Ukraine : la majorité des victimes civiles des bombardements depuis 2016 se trouvaient sur le territoire des républiques populaire du Donetsk et Lougansk, donc étaient tombées victimes des bombardements par les forces armées ukrainiennes.  

L'automne dernier, j'ai travaillé sur un article dans lequel j'essayais de trouver une réponse à la question de savoir pourquoi il en est ainsi. Malheureusement, en raison d’une dépression, je n'ai jamais pu terminer le travail, mais ici vous pouvez voir un tableau dans lequel j'ai essayé de systématiser toutes les informations sur les victimes civiles des rapports de l'ONU et de l'OSCE :https://docs.google.com/spreadsheets/d/1Ph43ZYufroB5x3RLsInxuKz6XNhy-07vzRdDKHdB0QM/edit#gid=0. Et j'ai quelque chose à dire sur ce sujet.  

Il y a une explication évidente à cette tendance qui peut passer par la tête de quiconque regarde la carte de la ligne de démarcation dans le Donbass. Depuis février 2015, la ligne de front n'a presque pas changé. Or il se trouve que du côté des républiques séparatistes, il y a des grandes villes comme Gorlovka et Donetsk près de la ligne de front, alors que ce n'est pas le cas du côté ukrainien. Marioupol est sensiblement plus éloigné de la ligne de front que Donetsk.

 En général, la densité de population de la zone de première ligne du côté des républiques du Donetsk et Lougansk est plus élevée, c'est pourquoi la probabilité d'y frapper des civils est plus élevée.  

Mais ce n'est pas une explication exhaustive. Le rapport du nombre de victimes des deux côtés a changé dans le temps, ce qui nécessite une explication. Et ici, je veux citer un rapport de l’ONU (p. 7) : https://www.ohchr.org/Documents/Countries/UA/UAReport18th_RU.pdf 

« 26. Comme au cours de la période précédente, le HCDH a relevé des cas où les forces armées ukrainiennes avaient évacué des locaux précédemment occupés dans des zones résidentielles à Vidrodzhennya et Nevelskoye, ce qui a entraîné une réduction des bombardements dans ces zones. Le HCDH félicite le Gouvernement ukrainien pour ces actions, qui démontrent que les mesures visant à protéger la population civile pendant un conflit armé sont réalisables et efficaces en termes de respect des obligations découlant du droit international humanitaire. » 

Je n'ai pas trouvé de tels « compliments » dans les rapports de l'ONU à l’adresse des républiques populaires du Donetsk et Lougansk. Je ne suis pas sûr que ce soit une explication exhaustive de la différence du nombre de victimes des deux côtés de la ligne de front. Mais elle en explique une grande part.  

En conclusion, je citerai ma lettre à la gauche occidentale : https://commons.com.ua/en/letter-western-left-kyiv/  

« Poutine peut tout planifier, mais même si la Russie prend Kiev et installe son propre gouvernement d'occupation, nous résisterons. Le combat continuera jusqu'à ce que la Russie se retire de l'Ukraine et paye pour toutes les pertes et toutes les destructions.  

Par conséquent, mes derniers mots s'adressent aux Russes : dépêchez-vous de renverser le régime de Poutine. C'est dans votre intérêt comme dans le nôtre. 

En complément tous les jours la rubrique Europe de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale