Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 mars 2022

Les "sanctions" contre les oligarques russes sont inefficaces -Robert Reich

Pour que cette tactique fonctionne, deux conditions doivent être remplies : premièrement, les Etats-Unis et leurs alliés doivent être en mesure de localiser et d’immobiliser les richesses oligarchiques russes. Deuxièmement, les oligarques russes doivent avoir suffisamment de pouvoir pour arrêter Poutine.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous sanctionnons les oligarques russes à tour de bras, en espérant que c’est un moyen d’amener Poutine à arrêter son attaque meurtrière contre l’Ukraine.

Mais pour que cette tactique fonctionne, deux conditions doivent être remplies : premièrement, les Etats-Unis et leurs alliés doivent être en mesure de localiser et d’immobiliser les richesses oligarchiques russes. Deuxièmement, les oligarques russes doivent avoir suffisamment de pouvoir pour arrêter Poutine.

Prenons ces conditions une par une.

Pouvons-nous localiser et immobiliser les richesses des oligarques russes ?

Anecdotiquement, les sanctions contre les oligarques semblent fonctionner. Dimanche dernier, l’industriel milliardaire Oleg Deripaska (sur la liste des sanctions américaines) et le banquier Mikhail Fridman (sur celle de l’UE) ont tous deux demandé publiquement la fin de la guerre de Poutine.

L’homme d’affaires milliardaire Roman Abramovitch a mis en vente son club de football anglais (Chelsea) et s’est engagé à reverser les recettes à « toutes les victimes de la guerre en Ukraine ». Le banquier et entrepreneur Oleg Tinkov a déclaré la semaine dernière à ses 634 000 followers sur Instagram que « des innocents meurent en Ukraine maintenant, chaque jour, c’est impensable et inacceptable ».

Mais ces sanctions sont-elles vraiment mordantes ? C’est là qu’intervient la comparaison entre les oligarques russes et les oligarques américains.

Alors que les oligarques russes (les 0,01% les plus riches de Russie) ont caché environ 200 milliards de dollars à l’étranger (plus de la moitié de leur patrimoine financier), les oligarques américains – les 765 milliardaires américains – ont caché 1200 milliards de dollars (environ 4% de leur patrimoine), principalement pour éviter de payer des impôts.

Alors que les oligarques américains placent leurs revenus et leur fortune dans des paradis fiscaux tels que les îles Caïmans, les oligarques russes ont caché leurs actifs les plus précieux aux Etats-Unis et dans l’Union européenne. La raison pour laquelle ils agissent ainsi est éloquente : les démocraties occidentales respectent l’Etat de droit.

En vertu de l’Etat de droit, avant qu’un gouvernement puisse saisir des biens, il doit suivre des procédures juridiques longues et élaborées. Par conséquent, les gouvernements américains et européens ont les mains liées lorsqu’il s’agit de prendre le contrôle des actifs des oligarques russes.

La législation américaine fait qu’il est même difficile de découvrir ce que les oligarques russes possèdent aux Etats-Unis, car ils ont dissimulé leurs actifs derrière des trusts complexes et des sociétés écrans.

Les lois américaines régissant les impôts, les sociétés, les transports et les banques sont merveilleusement pratiques pour les oligarques du monde entier. Un jet privé sur six aux Etats-Unis, par exemple, est enregistré par le biais de trusts, de sociétés du Delaware et même d’adresses de boîtes postales, ce qui rend presque impossible la découverte de leurs véritables propriétaires.

Ce n’est pas un argument contre les sanctions contre les oligarques russes. C’est juste que nous devons être lucides quant à la difficulté de le faire.

Les oligarques russes ont-ils assez de pouvoir pour arrêter Poutine ?

Les oligarques étatsuniens ont un poids politique énorme. Lors de l’élection présidentielle de 2012 (la plus récente pour laquelle nous disposons de données détaillées sur les contributions individuelles), les 0,01% des Américains les plus riches – les 1% les plus riches des 1% les plus riches – ont représenté 40% de toutes les contributions de campagne.

Qu’ont obtenu les oligarques américains de ces contributions de campagne ? Les taux d’imposition les plus bas sur les revenus les plus élevés depuis plus d’une génération – et les plus bas parmi toutes les nations riches. Ils ont également obtenu un IRS [Internal Revenue Service – agence fédérale de collecte de l’impôt sur le revenu] si appauvri en ressources qu’il est à peine capable de faire respecter la loi.

Les oligarques russes qui ont juré fidélité à Poutine ont sans doute moins de pouvoir politique en Russie que les oligarques américains aux Etats-Unis.

Dans la Russie de Poutine, le pouvoir est exercé par un cercle étroit de fonctionnaires et de généraux nommés par Poutine, qu’il a largement puisés dans l’ancien KGB. Selon plusieurs spécialistes russes avec lesquels j’ai discuté ces derniers jours, ce cercle est devenu très restreint ces derniers mois et ne compte plus qu’une demi-douzaine de personnes.

Nous devons utiliser tous les moyens à notre disposition pour que Vladimir Poutine mette fin à la guerre brutale qu’il a déclenchée. Mais il s’avère difficile d’utiliser des sanctions contre des oligarques spécifiques pour que Poutine s’arrête.

Nous devrions peut-être être plus ambitieux. Mon collègue de Berkeley, Gabriel Zucman [qui collabore avec Thomas Piketty], recommande que les Etats-Unis et l’Union européenne gèlent tous les avoirs offshore des ressortissants russes dépassant 10 millions de dollars. Cela concernerait environ 10 000 à 20 000 Russes qui ont le plus profité du pouvoir de Poutine.

Pendant ce temps, les sanctions globales contre l’économie russe ont un effet. Au cours de la semaine dernière, elles ont provoqué l’effondrement du rouble et décimé les marchés russes.

Mais le poids du fardeau est surtout tombé sur les épaules des Russes ordinaires, dont beaucoup ont déjà souffert du régime brutal de Poutine.

Comme nous l’avons vu en Corée du Nord et en Iran, les dictatures ne dépendent pas de l’approbation populaire. En fait, des difficultés généralisées peuvent conduire à encore plus de répression et de violence. Nous devons nous rappeler que Poutine n’est pas synonyme du peuple russe.


Robert Reich a été secrétaire au Travail entre 1993 et 1997 sous Bill Clinton. Il est professeur de politique publique à l’Université de Californie à Berkeley et auteur de Saving Capitalism : For the Many, Not the Few et The Common Good. Son dernier ouvrage, The System : Who Rigged It, How We Fix It, est paru en 2020.

En complément tous les jours la rubrique Europe de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel