Comme le 12 Févier 1934, traçons samedi la route de la grève générale

Des grèves en grand nombre mais encore émiettées que la lutte pour les libertés peut contribuer a unifier

Source: Luttes Invisibles

Voir plus bas la liste des grèves en cours actuellement.

En plus des journées d'action par profession quasi quotidiennes depuis le mois de mai, le pays connaît actuellement un grand nombre de grèves mais relativement peu efficaces car toujours très dispersées. Ce ne sont pas les directions syndicales ou politiques qui les unifieront car elles n'y ont guère intérêt, les unes trop empêtrées dans le dialogue social les autres n'ayant comme but que les élections présidentielles de 2022.

Pourtant, tout le monde sait que nous subissons des attaques centralisées, planifiées et coordonnées par le grand patronat et le gouvernement et qu'il faudrait une riposte tout autant collective. Ce qui peut donc débloquer la situation en unifiant les luttes est ce qui donne comme objectif le gouvernement.

Or aujourd'hui, c'est la lutte contre sa politique de restrictions des libertés et son alliance objective avec les forces fascistes. Les manifestations du 12 pourraient donc ouvrir des perspectives, unifiant partis, syndicats, associations comme les organismes de base pour peu qu'elle est une suite, refusant dans la rue le piège qu'on nous tend aux présidentielles de 2022.

Refuser aujourd'hui dans la rue et tout au long des derniers mois de 2021 et les premiers mois de 2022, le faux choix entre Macron et Le Pen, permettrait d'unifier toutes les forces politiques divisées par le jeu électoral et d'unifier les forces syndicales, montrant par là que cette unité est possible aussi sur les questions économiques pour peu qu'elle se donner le moyen de vouloir dégager le duo Macron/Le Pen du pouvoir et de la possibilité d'y accéder.

Rappelons-nous, c'est de la lutte surgie le 12 février 1934 contre la tentative de coup d'Etat du 6 février 1934, qu'est sortie la grève générale de mai-juin 1936.

LISTE NON EXHAUSTIVE DES GREVES ACTUELLES (contre les licenciements, pour les salaires, les conditions de travail...) :

Treca, Ilevia, Novandie, Signify, Bombardier, Lizi Creuset, PPG, TUI, Daher, Verrescence, Stanley Black et Decker, Sonarep, Carrefour Port de Bouc, Vir Fossé, Hélios, MCGR, Cargill, Castmetal, Nocibé, Pompiers Bastia, Poste Ajaccio, nettoyage gare de Lyon Perrache, Transdev, Mairie d'Avignon, port de Lorient, clinique Beausoleil, régulateurs samu 47, Ganil, Abattoirs Languidic, polyclinique Bordeaux, urgences hôpital Avicennes, Urgences hôpital Roubaix, Hôpital E. RouxLimeil-Brévannes, Foyer de vie Pontchateau, CHRU Nancy, mairie Pamiers, clinique Théza, cantines des écoles de Rennes, centrale Gardanne, médipôle Lyon-Villeurbanne, Port autonome Tahiti, urgences CHU Limoges, réanimation hôpitaux Lyon, Déchetteries Marseille, Keolis Bus Verts, agents ville de Rouen, AIDP Foix, Musée Beaux Arts Rennes, MBF, Webhelp, Canal + Antilles, Setram, Urgences CHIVA, Renault FDB, Galliance, Fareva, Bio Mad auxquelles il faut ajouter les nombreuses grèves actuelles des territoriaux, l'occupation de 80 à 90 théâtres contre la loi chômage, une grève des CAF le mardi, une mobilisation de la culture le vendredi et toutes les mobilisations lors des journées d'action comme aujourd'hui, les psychologues, les infirmières scolaires, et demain, les 15, 19, 22 juin, la fonction publique dont le médical et le médico-social, les postiers, cheminots, électriciens et gaziers, etc, etc.

Peut être une image de debout, foule et plein air

En complément tous les jours la rubrique Social de la Revue de Presse Emancipation!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.