Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10369 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 juil. 2021

Haïti: la version officielle sur l'assassinat prend l'eau

Mon article d'hier indiquait qu'il fallait prendre en compte l'hypothèse du besoin d'"alternance politique" pour éviter un soulèvement populaire. En même temps, la version officielle du commando agissant pour " on ne sait qui " s'avère de plus en plus fragile...

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


Suite a l’assassinat du Président Jovenel Moïse, Mathias Pierre, Ministre chargé des questions électorales et des relations avec les partis politiques a demandé l'envoi de troupes US et/ou de l'ONU, en expliquant:  « Nous avons pensé que des mercenaires pourraient détruire quelques infrastructures afin de créer le chaos dans le pays."

Il a déjà essuyé hier 9 juillet un refus de Washington qui s’est engagé toutefois à coopérer à l’enquête. La proposition n'est surtout pas du goût de tous les haïtiens. Ils ont le souvenir amère de l'occupation américaine de près de deux décennies qui a suivi l'assassinat en 1915 du président Jean Vilbrun Guillaume Sam. Quant à la dernière intervention des Nations unies, elle n'a apporté aucun progrès démocratique. Par contre, elle est synonyme de viols et de milliers de personnes tuées par le choléra.

En attendant, la situation politique se complique. Le Sénat haïtien, malgré l'absence de quorum, puisqu'il est réduit à un tiers de ses membres en l'absence des élections qui devaient le renouveler, a désigné son président, Joseph Lambert, comme président du pays. Cela fait trois prétendants: Claude Joseph, qui se considère en exercice, malgré sa démission le 5 juillet, Ariel Henry, désigné par le président Moïse deux jours avant son assassinat, mais non investi par le Sénat, et Joseph Lambert. Il faut croire que la fonction a des avantages à la hauteur des risques. Après tout, il y a plus d'un siècle qu'un président n'avait pas été assassiné. C'est beaucoup mieux que chez le grand frère, qui a connu en quelques années le coup double avec Kennedy bien ajusté, puis Reagan presque liquidé...

Dernière nouvelle: des partis politiques diamétralement opposés comme le PHTH, la DIRPOD, la Fusion, l'AAA, le RDNP, En avant, INITE, FND, VERITE, Veye yo, se sont mis  d'accord pour faire du sénateur Joseph Lambert le président provisoire de la République et du Dr Ariel Henry lePremier ministre.

Mais surtout, les politiciens de l'opposition et les médias en Haïti et en Colombie mettent désormais en doute la version des faits par Claude Joseph et le chef intérim de la Police. 

L'ex sénateur d'opposition Steven Benoît a déclaré à la station de radio locale Magik9 : "Le président a été assassiné par ses propres gardes, pas par les Colombiens." Le chef du parquet de Port-au-Prince, Me Bed-Ford Claude, pose la question à un million de gourdes: « Je n’ai constaté aucun policier victime, sinon le président et son épouse. Si vous êtes responsables de la sécurité du président, où étiez-vous ? Qu’avez-vous fait pour éviter ce sort au président ? ». D'après CNN, le juge d'instruction du quartier, Carl Henri Destin, lorsqu'il est arrivé tôt le matin, aucun des gardes de sécurité n'était plus présent, et la guerrite de la police était vide.

Par contre, la veuve du président, dans une brève déclaration depuis Miami, a dénoncé des "mercenaires".

Le magazine colombien Semana, citant une source anonyme, suggère que les anciens soldats colombiens s'étaient rendus en Haïti après avoir été engagés en fait pour protéger Moïse, après qu'il ait reçu des menaces de mort.

Le journal colombien El Tiempo affirme que les vidéo de sécurité montrent que le commando est arrivé entre 2 h 30 et 2 h 40 du matin mercredi, soit une heure et demie après le crime...

L'épouse de l'un des Colombiens arrêtés a déclaré à la radio que son mari, Francisco Eladio Uribe, avait été engagé par une agence pour se rendre en République dominicaine afin d'assurer la sécurité de familles aisées.

Ici une vidéo qui visite une partie de la résidence de Moïse criblée de balles.

En complément sur Haiti et bien au delà, tous les jours la rubrique Amérique Latine et Caraïbes de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Des traitements à prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro