Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10598 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 nov. 2021

Le capitalisme crépusculaire, par Michael Roberts

Pour prouver la thèse de la maladie sénile du capitalisme, les auteurs traitent des théories marxistes des crises du capitalisme, répondent aux critiques de l’analyse marxiste par les économistes mainstream et hétérodoxes et fournissent des preuves empiriques pour soutenir le paradigme marxiste. En tant que tel, c’est un livre ambitieux, mais son ambition est réalisée avec succès.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source : Michael Roberts Blog- Traduction Anti-K

Le capitalisme crépusculaire : Karl Marx et le déclin du système de profit est le meilleur livre sur l’économie politique marxiste en 2021. Rédigé par Murray EG Smith, Jonah Butovsky et Josh Watterton, ces économistes marxistes canadiens ont livré une analyse complète et souvent originale de capitalisme mondial au XXIe siècle.

Comme le suggère le titre du livre, les auteurs soutiennent que le capitalisme est maintenant dans sa phase crépusculaire avant sa disparition en tant que système social fonctionnel. Pour prouver cette thèse, les auteurs traitent de toutes les théories marxistes des crises du capitalisme, répondent aux critiques de l’analyse marxiste par les économistes mainstream et hétérodoxes et fournissent des preuves empiriques originales pour soutenir le paradigme marxiste. En tant que tel, c’est un livre ambitieux, mais son ambition est réalisée avec succès.

Comme les auteurs commencent par le dire, « ce livre est une sorte d’hybride », à savoir une version mise à jour des travaux antérieurs de Murray Smith, à savoir Global Capitalism in Crisis : Karl Marx and the Decay of the Profit System publié en 2010 ainsi que l’excellent Livre de 2018, Invisible Leviathan, qui guide habilement le lecteur à travers les débats sur la validité de la loi de la valeur de Marx.

Le livre commence par le « ici et maintenant » – et donc avec la pandémie de COVID. En deux chapitres, les auteurs expliquent les origines et l’évolution de la pandémie, faisant, à mon sens, un point clé. La crise du COVID a peut-être été déclenchée par une crise sanitaire mondiale, mais même avant que la pandémie ne frappe, le capitalisme mondial avait connu une période de dépression caractérisée par une faible croissance économique et des investissements productifs médiocres et, surtout, par une rentabilité faible et en baisse du capital. – l’ingrédient clé du « capitalisme crépusculaire ».

Au cours des quatre décennies précédant la pandémie, l’inégalité des revenus a augmenté car la plupart des gains de productivité ne se sont pas « répercutés » sur le travail.

Le taux annuel moyen de croissance de la productivité du travail a chuté à long terme (en grande partie en raison d’un ralentissement de la formation de nouveau capital fixe), mais la part des revenus gagnés par les 1 % les plus riches a augmenté de façon spectaculaire, passant presque sans interruption d’environ 12 % en 1985 à environ 22 % en 2017. D’autre part, les salaires, en particulier pour les 80 à 90 % des revenus les plus bas, ont stagné ou diminué en termes réels entre 1970 et 2015.

Smith et al offrent un aperçu marxiste de cette inégalité croissante des revenus et de la richesse depuis le début des années 1980 – à savoir un taux croissant d’exploitation du travail par le capital, tel que mesuré par le surplus approprié par le capital en profits, intérêts et rente(s) par rapport à les salaires des travailleurs productifs et improductifs (mais nécessaires) (v+u).

Dans les trois chapitres suivants, les auteurs abordent les détails de l’exposé de Marx sur les crises capitalistes, à la fois théoriquement et empiriquement. La principale cause sous-jacente des crises capitalistes périodiques est le problème récurrent de la production insuffisante de plus-value, un problème qui n’a cessé de muter et de s’aggraver depuis qu’une nouvelle base matérielle pour l’accumulation du capital a été établie au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. La crise financière de 2007-09 était le résultat d’un effort de plusieurs décennies de la part de la classe capitaliste, aux États-Unis et ailleurs, pour arrêter et inverser la baisse à long terme du taux de profit moyen qui s’est produite entre le années 1950 et 1970.

La Grande Récession a été le résultat cumulatif et complexe d’une série de réponses de la classe capitaliste à un malaise économique qui peut être attribué aux problèmes persistants de rentabilité du capital productif – la forme de capital associée à «l’économie réelle». Les auteurs présentent les preuves de nombreuses études empiriques d’économistes marxistes et de leurs propres travaux sur les États-Unis et le Canada, dont certains ont été publiés dans World in Crisis (2018), édité par Guglielmo Carchedi et moi-même.

Les auteurs expliquent que la forme caractéristique de la crise économique capitaliste est la surproduction. La surproduction signifie qu’il n’est pas possible de vendre (ou de liquider les marchés) suffisamment de produits à des prix qui permettent une marge bénéficiaire adéquate ; et puisque le profit est le moteur de la production capitaliste, la croissance économique doit ralentir ou même décliner, mettant un grand nombre de personnes au chômage, mettant en faillite de nombreuses entreprises et rendant la plupart des usines productives inactives.

Mais la surproduction n’est qu’une description d’une crise capitaliste, pas la cause. Comme le disent les auteurs, « selon Marx, une variété de circonstances uniques peuvent déclencher des crises de surproduction ; cependant, la cause récurrente la plus importante est la tendance du taux de profit à baisser en raison d’une suraccumulation de capital et d’une production insuffisante de plus-value. Si la surproduction implique l’incapacité du capital social à réaliser la pleine valeur de la production totale de marchandises, cette « crise de réalisation » est finalement la manifestation superficielle d’une crise de valorisation – une crise dans la production de quantités suffisantes de nouvelle valeur et de plus-value. « 

Ils impliquent la loi du profit à double tranchant de Marx , à savoir qu’ « une baisse du taux de profit moyen ne doit pas toujours précipiter une crise conjoncturelle d’accumulation du capital, une telle crise n’est pas toujours précédée d’une baisse particulièrement brutale du taux de profit moyen. . Une chute de la masse des profits combinée à d’autres perturbations peut suffire.   La baisse de la masse est le produit d’une baisse du taux de profit.

Les causes de la baisse de la rentabilité du capital dans les grandes économies sur le long terme sont très débattues par les économistes marxistes. Les auteurs défendent l’idée que le principal déterminant est une composition organique croissante du capital (augmentation de l’investissement dans les moyens de production par rapport aux salaires du travail). À mesure que la composition organique du capital augmente, le taux moyen de profit sur le capital diminue.

En promouvant la loi de rentabilité de Marx, les auteurs livrent une critique significative d’autres explications, en particulier celle de Robert Brenner dans son ouvrage phare de la fin des années 1990 ( Uneven Development and the Long Downturn: The Advanced Capitalist Economies from Boom to Stagnation (New Left Review 229, May-Juin 1998), qui dominait la pensée à l’époque. Smith et al : «L’approche de Brenner est fortement en contradiction avec notre théorisation marxiste d’une crise de valorisation et est critiquée à ce titre. En particulier, dans la mesure où la thèse de Brenner repose sur un concept de « crise de réalisation » qui a beaucoup plus de points communs avec la tradition keynésienne qu’avec la théorie de Marx, notre critique de Brenner a pour objectif plus large de révéler l’incompatibilité fondamentale des « versions du keynésianisme avec le marxisme ».

J’ajouterais que, pour moi, Brenner, en rejetant la loi de Marx d’une composition organique croissante du capital comme force sous-jacente à la baisse de la rentabilité, retombe sur la position d’Adam Smith, à savoir que la rentabilité chute en raison de la concurrence accrue entre les capitaux. La cause smithienne ouvre la réponse que, si seulement les salaires n’augmentent pas trop, les profits peuvent rester élevés et ainsi le capitalisme peut éviter les crises.

La théorie des crises du « profit squeeze » est l’inverse de la thèse de Brenner. Une théorie des crises fondée sur les salaires et les profits était populaire parmi les marxistes dans les années 1970, mais elle a perdu de son attrait aujourd’hui alors que le taux d’exploitation du travail par le capital a fortement augmenté au cours des 40 années ; et pourtant, la rentabilité moyenne est proche des plus bas historiques. Seuls les post-keynésiens, à la suite du keynésien-marxiste Michal Kalecki, parlent désormais d’explications des crises « conduites par les salaires » (salaires trop bas) ou « conduites par les bénéfices » (bénéfices trop faibles). Cette explication néo-ricardienne des crises n’a plus de support chez la plupart des économistes marxistes, étant donné l’évidence du déclin de la rentabilité, en particulier au 21 e siècle.

Il y a un chapitre important sur les théories alternatives des crises, où les auteurs critiquent les théories de divers économistes « radicaux hétérodoxes ». Les économistes radicaux populaires comme Mariana Mazzucato et Stephanie Kelton sont ici pris à partie. Ces économistes ignorent ou rejettent la théorie de la valeur de Marx et se concentrent à la place sur des analyses keynésiennes de « manque de demande », de « défaillance du marché » ou d’« instabilité » financière. Mais ils n’offrent pas une explication cohérente des crises ou des preuves empiriques suffisantes pour soutenir ces alternatives.

L’alternative populaire actuelle à la loi de rentabilité de Marx comme cause sous-jacente des crises capitalistes est la « financiarisation ». Et Smith et al conviennent qu’il y a eu une expansion massive des secteurs financier et immobilier (FIRE) et des bénéfices de FIRE au cours des 40 dernières années. Mais ils montrent qu’une grande partie de cela est fictive, c’est-à-dire qu’il s’agit de bénéfices sur papier qui ne seront finalement pas « réalisés » à partir de la valeur créée dans la production. Ce qui se passe dans le secteur créateur de valeur sera déterminant.

Les auteurs commentent : « à notre avis, le phénomène de financiarisation est une autre expression perverse des problèmes de rentabilité et de valorisation du capital productif. La financiarisation n’a pas « transformé » le capitalisme de manière fondamentale, lui permettant de se passer de l’exploitation du travail salarié productif comme moyen de générer du profit. Au contraire, le phénomène témoigne de la décadence du système de profit et des efforts frénétiques de cercles puissants au sein de la classe capitaliste pour accumuler d’immenses fortunes sans contribuer (même de manière indirecte) à la production de marchandises et de plus-value.

La financiarisation est la conséquence du malaise du secteur productif. Les capitalistes cherchent désespérément à tirer profit de l’achat et de la vente d’argent et de crédit plutôt que de l’exploitation du travail dans la production. Les auteurs rappellent au lecteur l’observation de Marx dans Capital Volume Two que, pour le possesseur de capital-argent, « le processus de production apparaît simplement comme un moyen terme inévitable, un mal nécessaire pour gagner de l’argent ». Comme l’a commenté Engels : « cela explique pourquoi toutes les nations caractérisées par le mode de production capitaliste sont périodiquement saisies de vertiges dans lesquels elles essaient de gagner de l’argent sans la médiation du processus de production ».

Ce n’est pas seulement en économie que l’échec à utiliser la théorie de la valeur de Marx conduit à une méconnaissance de la cause des crises ; cela a aussi des conséquences politiques sur la politique et les auteurs dépensent un peu d’encre sur la crise de la gauche radicale, en particulier en Amérique du Nord. Ils font remarquer que la loi de rentabilité de Marx n’est pas seulement la base pour comprendre les crises récurrentes et régulières dans les économies capitalistes modernes, mais qu’elle « fournit également un argument extrêmement puissant mais aussi essentiellement simple à l’appui de la proposition selon laquelle le développement des forces de la production sous le capitalisme pointe avec une logique inexorable vers le socialisme.  Le déclin séculaire de la rentabilité implique la nature transitoire du mode de production capitaliste alors que les crises s’intensifient. En effet, l’expansion des robots pour remplacer la main-d’œuvre dans la production accélérera cela.

Cela amène le lecteur au dernier chapitre sur le socialisme. Albert, Gindin, Mandel et d’autres sont cités dans une discussion malheureusement assez courte sur les questions clés de la planification démocratique, dans laquelle les auteurs offrent « une rétrospective historique critique sur ce qu’on a parfois appelé « le socialisme réellement existant » en Union soviétique et en Europe de l’Est. , un examen de quelques « plans » récents pour la construction d’une société socialiste et un argument en faveur de la « planification centrale prolétarienne-démocratique comme élément nécessaire dans la transition vers une civilisation socialiste mondiale vraiment digne de ce nom.  »

Dans le grand débat sur la nature de la Chine, Smith, Butovsky et Watterton n’esquivent pas la question. Je cite longuement :« La Chine n’est pas maintenant et n’a jamais été pleinement socialiste. Au contraire, il est mieux compris comme une formation socio-économique de transition, une formation qui a combiné des éléments du capitalisme et du socialisme depuis la victoire de la révolution chinoise en 1949. Certes, l’équilibre de ces éléments a changé massivement au fil du temps, et il est incontestablement une possibilité très réelle que les éléments capitalistes puissent encore prévaloir sur les socialistes. Mais il n’a pas encore été prouvé de manière convaincante qu’une « contre-révolution capitaliste » s’est déjà produite. La thèse selon laquelle la Chine a été complètement réabsorbée dans le capitalisme mondial, que la bureaucratie chinoise du parti-État est désormais un instrument de la domination de classe capitaliste et que l’économie chinoise est subordonnée à la loi de la valeur n’est tout simplement pas crédible. Quoi de plus,

Alors que l’humanité est confrontée à un désastre imminent du réchauffement climatique et du changement climatique, Smith, Butovsky et Watterton posent ce qu’ils appellent « un paradoxe difficile » pour les socialistes. « Afin de gagner un monde dans lequel nous pouvons vraiment réaliser nos capacités humaines les plus authentiques, nous devons agir de manière obstinée, stratégique et disciplinée. Le capitalisme ne peut pas être réformé, modifié ou réorienté. Il faut plutôt le remplacer… et cela, tout simplement, ne sera pas une tâche facile. Les classes dirigeantes capitalistes existantes feront tout ce qui est en leur pouvoir pour empêcher la destruction du système auquel elles sont mariées. Nous ne devons pas être moins déterminés dans nos efforts pour les empêcher de faire ce qu’ils veulent.

michael roberts | 8 novembre 2021

En complément tous les jours la rubrique Economie de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin