Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10597 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 déc. 2020

Simone Weil, pionnière de la décroissance

Philosophe, cégétiste, anticolonialiste, résistante, ouvrière… Simone Weil a traversé la vie comme une météorite. L’excellent livre « Simone Weil et l’expérience de la nécessité », de Geneviève Azam et Françoise Valon, détaille sa pensée : sa critique des idéologies utilitaristes du progrès, sa conception de la liberté...

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 10 décembre 2020  - Reporterre

  • Présentation du livre par Vincent d’Eaubonne :

La philosophe Simone Weil (1909-1943) est largement ignorée, dans l’ombre de son homonyme, la magistrate et femme d’État décédée en 2017. Sa critique radicale de la société la rend pourtant d’actualité, elle qui écrivait dès 1913 : « L’expansion capitaliste n’est plus loin du moment où elle se heurtera aux limites même de la surface terrestre. »

Élève d’Alain, enseignante en philosophie, cégétiste, anticolonialiste, manœuvre puis ouvrière spécialisée (d’où ses réflexions passionnantes sur l‘aliénation par le travail industriel, répétitif), combattante de la guerre d’Espagne au sein de la Confédération nationale du travail (CNT), syndicat d’inspiration révolutionnaire, relevant de l’anarcho-syndicalisme, résistante (arrêtée, puis relâchée comme « folle »)… Simone Weil a traversé la vie comme une météorite, alliant une pensée profondément matérialiste à un combat politique et une expérience mystique extrêmement critique envers l’Église.

« En ce qui concerne les choses humaines, ne pas rire, ne pas pleurer, ne pas s’indigner, mais comprendre », écrivait cette passionnée d’humanité.

De santé fragile, elle mourra à 34 ans de tuberculose et de malnutrition en Angleterre, où elle avait rejoint la France libre.

Il faut redécouvrir son œuvre, principalement rédigée entre 1941 et 1943, grâce à l’excellent livre Simone Weil et l’expérience de la nécessité, de Geneviève Azam et Françoise Valon. En 120 pages, avec une présentation soignée et des textes choisis, elles mettent en lumière quelques pivots de sa pensée :

  • sa critique des idéologies utilitaristes du progrès, notamment de l’illimitisme – cette aberration qui ne reconnaît pas le périmètre des choses et des êtres, et nous emporte dans une accélération constante nous privant de l’expérience du monde ;
  • le déracinement des peuples et des êtres qui en découle ;
  • sa conception de la liberté, qui s’inscrit dans ce qu’elle appelle « l’expérience de la nécessité », dont le travail, libéré de l’asservissement productiviste, serait une des premières pièces. Sans cette « confrontation à la matière du monde », le concept de liberté ne serait que prétexte à justifier les privilèges des dominants.

Simone Weil peut se lire en camarade d’humanité, un peu comme Montaigne et tous celles et ceux qui, au fil des siècles, se sont posé la même question : « Comment vivre ? »


  • Simone Weil et l’expérience de la nécessité, de Geneviève Azam et Françoise Valon, Le Passager clandestin, coll. Précurseur.ses de la décroissance, 120 p., 10 euros.
  • Un outil unique au service des acteurs de l’émanciapation. Cliquez sur le logo

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin