Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 févr. 2020

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Joyeux anniversaire, Jeunes pour le climat ! Nous avons cessé d'attendre.

Après avoir procédé à une méticuleuse redécoration des couloirs et d’un openspace beaucoup trop triste, ils sont sortis du bâtiment encerclé par les brigades d’intervention de la police munis de bouteilles de champagne trouvées sur place. Nous publions ici le communiqué du groupe Désobéissance Écolo Paris qui a pris part à l’opération.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

lundimatin#229, le 10 février 2020

Ce lundi 10 février, des militants pour le climat accompagnés de Gilets jaunes et de tant d’autres anonymes, ont occupé les bureaux de Black Rock rue du quatre septembre à Paris. Considérée comme l’un des symboles d’une probable privatisation du régime des retraites et de l’investissement cynique dans la destruction de la planète, les (jeunes) militants ont pris vigiles et police par surprise et sont parvenus à se barricader toute la matinée dans les locaux de l’entreprise. 

Photo : Théophile Pouillot-Chévara

JOYEUX ANNIVERSAIRE, JEUNES POUR LE CLIMAT ! #BLACKROCK

(English version below)

Il y a un an quasiment jour pour jour, le 8 février 2019, nous nous réunissions à Jussieu (Paris) pour une assemblée des jeunes pour le climat. Nous y avions acté que la situation climatique et écologique était catastrophique, et que le gouvernement ne faisait rien. Que nous nous mettrions donc en grève scolaire le vendredi, comme d’autres jeunes dans le monde, et que nous entreprendrions des actions de désobéissance.

Nous avons occupé le parvis du ministère de l’écologie, nous avons marché pour le climat et manifesté avec les gilets jaunes, nous avons envahi des centres commerciaux, et tout cela avec politesse et dignité, et un peu d’espoir aussi. Les secrétaires ministériels et les politiciens sont venus prendre des photos avec nous, nous ont proposé des invitations dans leurs cabinets pour ’discuter’, et Macron a prétendu tous les trois mois entamer un ’virage écologique’. Rien de tout cela n’était sérieux. Malgré nos efforts tout à fait policés pour nous faire entendre, les violents qui détruisent la planète ont continué à nous prendre pour des buses (alors qu’ils savent pertinemment qu’elles sont en voie de disparition).

En ce jour d’anniversaire de notre mouvement, à l’initiative de Youth For Climate Paris, nous inaugurons donc un nouveau cycle de visites amicales chez nos ’décideurs’ préférés, en organisant une journée ’portes ouvertes’ dans les bureaux de la multinationale BlackRock, connue pour ses liens financiers avec Vinci, Total, BNP, et la Société Générale.

Evidemment le choix de cette multinationale est un clin d’oeil à nos ami·e·s du mouvement contre la réforme des retraites, qui savent que BlackRock a poussé le gouvernement français à faire cette réforme. Notre objectif était de proposer à tout écologiste curieux une journée de stage dans les bureaux feutrés où l’on supervise le ravage planétaire. Nous sommes donc entrés respectueusement, offrant un jour de congé aux employés de BlackRock afin qu’ils puissent méditer sur l’inutilité de leur métier. Des discussions patientes et passionnées ont eu lieu. Le champagne a été sabré pour trinquer à la démission des employés et à leur reconversion immédiate dans le miel de châtaignes. Dans l’ivresse, des ateliers d’embellissement et de réaménagement des locaux ont été entrepris, afin de ramener un peu de vie dans cet enfer en velours.

Quand on s’est engagé pour le climat, on nous a dit qu’il fallait faire des ’écogestes’. Fermer le robinet, éteindre la lumière, prendre le vélo, utiliser un peu moins son téléphone. Nous ne nous sommes pas privés d’appliquer certaines de ces propositions qui faisaient sens pour nous. Mais nous ne voulons pas être tenus pour responsables de la crise écologique quand les multinationales et les Etats, eux, ne font rien pour fermer le robinet du pétrole, éteindre la lumière du nucléaire, prendre le vélo pour sortir du capitalisme, et arrêter de nous bassiner avec la 5G qui nous permettra juste de voir le monde brûler en HD sur nos écrans.

Nous répandrons notre jeunesse et notre gaieté partout où ils sèment la mort et la désolation. Nous leur rendrons la vie insupportable jusqu’à ce qu’ils finissent par fuir sur des îles désertes. Et puisque nous voulons vivre une belle vie, nous continuerons, de notre côté, à cultiver les sols, à nous entraider, et aller à la rencontre de tous ceux et celles qui veulent sortir du pétrin où ils nous ont mis. Notre joie ne sera jamais intimidable.

Joyeux anniversaire, jeunes en grève pour le climat ! Nous avons cessé d’attendre !

Désobéissance Ecolo Paris

HAPPY BIRTHDAY, YOUTH CLIMATE MOVEMENT

NB : It has been one year since the beginning of the global youth climate movement which started with Greta Thunberg’s call for international demonstrations on March, 15th 2019. In France, the #youthforclimate movement has started a bit earlier, on February, 8th, and is thus celebrating its birth day by inaugurating a new cycle of spreading life and happiness among the corporate destroyers of the world.

One year ago almost to this day, on February 8th, 2019, we met at Jussieu University (Paris) for a youth assembly concerning climate strikes. We acknowledged that climatic and ecological issues were catastrophic, and the government did nothing. We thus went on a school strike on Fridays, like other young people around the world, and we took civil disobedience actions.

We occupied the forecourt of the Ministry of Ecology, we marched for the climate and demonstrated with yellow vests, we invaded shopping malls, and all this with politeness and dignity, and a little hope as well. Ministerial secretaries and politicians came to take pictures with us, offered us invitations to their offices to ’talk’, and president Macron claimed every three months to be ’going green’. None of this was serious. Despite our respectful efforts to make our voices heard, the violent class who is destroying the planet continued to think we are buzzards, even though they know they are disappearing [referring to the endangered buzzard bird, which is a French expression for ’loonies’]).

On this birth day of our movement, we are therefore inaugurating a new cycle of friendly visits to our beloved ’policy-makers’, by organising an ’open day’ in the offices of the BlackRock corporation, known for its financial ties with Vinci, Total, BNP, and Société Générale.

Obviously the choice of this corporation is a nod to our friends fighting against Macron’s pension reform, who know that BlackRock insisted on the French government to make this reform. Our aim was to propose to any curious ecologist a one day internship into the cosy offices from where the planetary devastation is monitored. Thus we entered politely, offering a day off to BlackRock employees so that they could meditate on the uselessness of their profession. Patient and passionate discussions took place. Champagne was broken out to toast to the employees’ resignation and to their immediate professional conversion in chestnut honey production. In the euphoria, embellishment and refurbishment workshops were undertaken, in order to bring a little life back into this velvet hell.

When we committed ourselves for climate, we were told to adopt eco-friendly behaviors. Turn off the tap, turn off the light, take the bike, use your phone a little less. We did not hesitate to apply some of these proposals when they made sense to us. But we don’t want to be held responsible for the ecological crisis when the multinational corporations and the States do nothing to turn off the tap of fossil fuels, turn off the nuclear lights, ride their bicycle toward the end of capitalism, and stop harassing us with their 5G that would just allow us to watch the world burn on 4K screens.

We will therefore spread our youth and cheerfulness wherever they sow death and desolation. We will make their lives unbearable until they finally flee to deserted islands. And since we want to live a good life, we will continue, on our part, to restore farms, cultivate the soil, help each other, and meet all those who want to get out of the mess they have gotten us into. Our joy will never be intimidated.

Happy birthday, Youth for Climate ! Let’s not wait any longer !

Désobéissance Ecolo Paris

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Justice
Les liaisons dangereuses de Rachida Dati avec les barbouzes du PSG
Enquête illicite dans l’affaire Renault-Nissan, intervention auprès d’un préfet, renvois d’ascenseur : la justice s’intéresse aux relations entre l’ancienne garde des Sceaux et un lobbyiste mis en examen dans l’affaire qui secoue le club de foot.
par Yann Philippin et Matthieu Suc
Journal
Harcèlement, violences, faux en écriture publique : des policiers brisent « l’omerta » 
Dans un livre à paraître jeudi 1er décembre, six fonctionnaires de police sortent de l’anonymat pour dénoncer, à visage découvert, les infractions dont ils ont été témoins et victimes de la part de leurs collègues. Une lourde charge contre « un système policier à l’agonie ». 
par Camille Polloni
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan