Calcutta: la police perd son sang froid et les étudiants se soulèvent -J. Chastaing

Dans le même temps, la démocratie directe des mahapanchayats (structures municipales élargies sous contrôle d'une AG populaire) gagne du terrain, et les campements paysans à Delhi se renforcent et sont prêts à tenir jusqu'en octobre.

 La démocratie directe des Mahapanchayats qui s'étend fait peur au pouvoir. Aujourd'hui le mouvement de démocratie directe s'étendait à l'Etat du Bihar et donnait toute sa vigueur au Pendjab, tandis que tous les péages autoroutiers étaient levés au Rajasthan.

Dans le même moment les syndicats des banques publiques annoncent contre leur privatisation un mouvement continu du 14 février au 16 mars, avec manifestations et grèves, tandis que la grève des employées des crèches et garderies rurales en lutte depuis deux mois et aux côtés des paysans, ont bloqué avec l'aide des employées de cantines scolaires et des retraités, le secrétariat du gouvernement du Tamil Nadu a Chennai, paralysant toute son activité alors que hier les employés des transports urbains faisaient la même chose et que les agents de santé du même Etat partaient en grève illimitée dans une grande ville.

Mais le plus marquant de la journée est la manifestation à Calcutta des jeunes dont des étudiants demandant du travail qui a été sauvagement matraquée par la police, ce qui a provoqué la colère des étudiants et des affrontements violents dans différents quartiers et rues de la ville qui ont encore cours au moment où j'écris.

PHOTOS

Mahapanchayat (démocratie directe de structures municipales élargies sous contrôle d'une AG populaire) à Jagraon dans le Pendjab ; marche de la jeunesse pour avoir du travail à Calcutta (170 000 personnes ont perdu leur travail par heure depuis le mois d'avril) ; meeting paysan de 5 000 personne à Aligahr dans l'Uttar Pradesh ; 78e jour d'occupation dans les campements aux portes de Delhi à Singhu, Tikri, Ghazipur... ; le gouvernement a coupé internet, l'eau, l'électricité mais les paysans décidés à rester longtemps ont installé des panneaux solaires pour leur électricité, tiré une ligne de fibre optique, les paysans et voisins ont fourni l'accès à l'eau et de nombreux tankers, des WC mobiles ont été réinstallés, des écrans géants sur dix places des campements pour retransmettre les informations en continu, une centaine de caméras de surveillance aux abords pour surveiller l'activité de la police, 600 volontaires de surveillance en gilets verts contre des provocations fascistes ou policières, et la vie a repris avec boulangeries, laveries, cordonneries, infirmeries, ambulances, écoles, crèches, garderies, cinémas, spectacles, bibliothèques, débats, repas collectifs gratuits, et même apprentissage collectif du repassage... Nous serons là encore en octobre s'il le faut disent les habitants de ces townships militants ; les paysans de la canne à sucre ont manifesté à Chennai dans le Tamil Nadu et bloqué le secrétariat du gouvernement ; Manifestation des employés des crèches et garderies rurales ainsi que des employés de cantines et des retraités à Chennai dans le Tamil Nadu ; journal paysan du jour ; affrontements violents à Calcutta entre la jeunesse qui veut du travail et les forces de police, des émeutes ont actuellement lieu contre la violence de la police, les routes de Calcutta sont bloquées par les étudiants ;

Ici les 13 photos suivantes 

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la nouvelle Revue de Presse Emancipation!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.