Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 mars 2022

Déclaration de l'EZLN: Ni Zelensky ni Poutine. Halte à la guerre.

"En tant que zapatistes que nous sommes, nous ne soutenons pas un État ou un autre, mais plutôt ceux qui se battent pour la vie contre le système."

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Déclaration (Mexique) : Il n’y aura aucun paysage après la bataille (à propos de l’invasion de l’armée russe en Ukraine)

par EZLN / Zapatistes- Ici la version originale en espagnol

2 mars 2022.

Aux signataires de la Déclaration pour la Vie :
A la Sixième nationale et internationale :
Compagnons, sœurs et frères :

Nous vous disons nos mots et nos réflexions sur ce qui se passe actuellement dans la géographie que vous appelez l’Europe :

PREMIÈREMENT.- Il y a une force d’agresseur, l’armée russe. Il y a des intérêts du grand capital en jeu, des deux côtés. Ceux qui souffrent aujourd’hui des délires des uns et des calculs économiques rusés des autres, ce sont les peuples de Russie et d’Ukraine (et, peut-être bientôt, ceux d’autres géographies proches ou lointaines). En tant que zapatistes que nous sommes, nous ne soutenons pas un État ou un autre, mais plutôt ceux qui se battent pour la vie contre le système. Lors de l’invasion multinationale de l’Irak (il y a presque 19 ans), menée par l’armée américaine, il y a eu des mobilisations à travers le monde contre cette guerre. Personne de sensé ne pensait que s’opposer à l’invasion revenait à se ranger du côté de Saddam Hussein. Maintenant, c’est une situation similaire, mais pas la même. Ni Zelensky ni Poutine. Arrêter la guerre.

DEUXIÈMEMENT.- Différents gouvernements se sont alignés d’un côté ou de l’autre, en se basant sur des calculs économiques. Il n’y a aucune valeur humaniste en eux. Pour ces gouvernements et leurs « idéologues », il y a de bonnes interventions-invasions-destructions et il y en a de mauvaises. Les bonnes sont celles perpétrées par leurs proches, et les mauvaises sont celles perpétrées par leurs contraires. Les applaudissements pour l’argument criminel de Poutine pour justifier l’invasion militaire de l’Ukraine se transformeront en regrets lorsque, avec les mêmes mots, l’invasion d’autres peuples dont les processus ne sont pas du goût du grand capital sera justifiée.

Ils envahiront d’autres géographies pour les sauver de la « tyrannie néo-nazie » ou pour en finir avec les « narco-États » voisins. Ils reprendront alors les mêmes propos de Poutine : « nous allons dénazifier » (ou son équivalent) et abonderont en « raisonnements » de « danger pour leurs peuples ». Et puis, comme nous le disent nos camarades en Russie : « les bombes, les roquettes, les balles russes volent vers les Ukrainiens et ils ne demandent pas leurs opinions politiques et la langue qu’ils parlent », mais la « nationalité » de l’un et de l’autre va changer.

TROISIÈMEMENT.- Les grandes capitales et leurs gouvernements “occidentaux” se sont assis pour contempler – et même pour encourager – comment la situation se détériorerait. Puis, une fois l’invasion déjà commencée, ils attendaient de voir si l’Ukraine résisterait, et faisaient des comptes sur ce qu’on pouvait tirer d’un résultat ou d’un autre. Alors que l’Ukraine résiste, elle commence à émettre des factures « d’aide » qui seront perçues plus tard. Poutine n’est pas le seul surpris par la résistance ukrainienne.

Ceux qui gagnent dans cette guerre sont les grands consortiums d’armes et les grands capitaux qui voient l’opportunité de conquérir, détruire/reconstruire des territoires, c’est-à-dire créer de nouveaux marchés pour les biens et les consommateurs, pour les personnes.

QUATRIÈMEMENT.- Au lieu de recourir à ce que les médias et les réseaux sociaux des parties respectives diffusent - et que les deux présentent comme des « nouvelles » -, ou aux « analyses » de la soudaine prolifération d’experts en géopolitique et à la nostalgie du Pacte de Varsovie et de l’OTAN, nous avons décidé de trouver et d’interroger ceux qui, comme nous, sont engagés dans la lutte pour la vie en Ukraine et en Russie.

Après plusieurs tentatives, la Sixième Commission zapatiste a réussi à entrer en contact avec nos parents en résistance et en rébellion dans les géographies qu’ils appellent la Russie et l’Ukraine.

CINQUIÈMEMENT.- En résumé, nos proches, qui brandissent aussi le drapeau @ libertaire, tiennent bon : les résistants qui sont dans le Donbass, en Ukraine ; et en rébellion ceux qui marchent et travaillent dans les rues et les champs de Russie. Ils sont détenus et battus en Russie pour avoir protesté contre la guerre. Ils sont assassinés en Ukraine par l’armée russe.

Les unit entre eux, et eux avec nous, non seulement le NON à la guerre, mais aussi le refus de « s’aligner » sur les gouvernements qui oppriment leur peuple.

Au milieu de la confusion et du chaos des deux côtés, leurs convictions tiennent bon : leur lutte pour la liberté, leur répudiation des frontières et de leurs États-nations, et les oppressions respectives qui ne font que changer de drapeau.

Notre devoir est de les accompagner au mieux de nos capacités. Un mot, une image, une mélodie, une danse, un poing qui se lève, un câlin – même de lointaines géographies-, sont aussi un soutien qui animera leur cœur.

Résister c’est persister et triompher. Soutenons ces proches dans leur résistance, c’est-à-dire dans leur lutte pour la vie. Nous le leur devons et nous le devons à nous-mêmes.

SIXIÈMEMENT.- En raison de ce qui précède, nous appelons la Sixième nationale et internationale, qui ne l’a pas encore fait, à manifester contre la guerre et en soutien aux Ukrainien@s, selon leurs calendriers, géographies et méthodes. s et aux russ@s qui se battent dans leurs géographies pour un monde de liberté.

De même, nous appelons à un soutien financier pour la résistance en Ukraine dans les comptes qui nous seront indiqués à ce moment-là.

De son côté, la Sixième Commission de l’EZLN fait de même, en envoyant un peu d’aide à ceux qui, en Russie et en Ukraine, luttent contre la guerre. Des contacts ont également été pris avec nos proches à SLUMIL K´AJXEMK´OP pour créer un fonds économique commun pour soutenir ceux qui résistent en Ukraine.

Sans ambigüité, nous crions et appelons à crier et à exiger :

DEHORS L’ARMÉE RUSSE DE L’UKRAINE !

La guerre doit être arrêtée. Si elle continue, et s'aggrave comme de manière prévisible, alors peut-être que personne ne reconnaitra le paysage après la bataille.

Des montagnes du sud-est mexicain.

Sous-commandant insurgé Moisés. SupGaleano.
Sixième Commission de l’EZLN
.
Mars 2022.


Pour information :
En juin 2021

A l’arrivée à Vigo, en descendant à terre, l@ compa zapatiste Marijose (la milicienne transgenre membre de l’EZLN qui a été choisi pour « découvrir » l’Europe et faire un pied de nez au système hétéropatriarcal) dira d’une voix solennelle :

« Au nom des femmes, des enfants, des hommes, des anciens et, bien sûr, des zapatistes autres, je déclare que le nom de cette terre, que ses naturels appellent aujourd’hui “Europe”, s’appellera désormais : SLUMIL K’AJXEMK’OP, ce qui signifie “Terre rebelle”, ou “Terre qui ne se résigne pas, qui ne défaille pas”. Et c’est ainsi qu’elle sera connue des habitants et des étrangers tant qu’il y aura ici quelqu’un qui n’abandonnera pas, qui ne se vendra pas et qui ne capitulera pas. »

En complément tous les jours la rubrique Europe de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale