Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10567 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 juin 2021

Inde: appel à bloquer les sièges des gouverneurs de tous Etats le 26 juin

L'action nationale du 26 juin des paysans donnera une voix nationale et coordonnée à toutes ses colères unifiant tous les émiettements possibles des combats corporatistes ou particuliers en désignant un responsable commun à toutes ses luttes, le gouvernement Modi.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing

L'épidémie de Covid continue à faire ses ravages, et faute de moyens publics, d'hôpitaux, de lits, de respirateurs, d'oxygène, de médicaments, de médecins, de vaccins du fait de la politique criminelle de Modi, chacun doit se se battre pour sa survie, pour celle des membres de sa famille, de ses amis, ses voisins et ses collègues...

Mais cela n'empêche pas les indiens de se battre contre le gouvernement de Modi, qu'ils jugent plus dangereux que le covid. Bien sûr, cela limite l'ampleur des luttes et des mobilisations, puisque même si l'activité économique reprend ici ou là, bien des Etats et secteurs sont encore sous confinement et couvre-feu.

C'est pourquoi, le mouvement paysan cherche des actions qui puissent concilier la colère contre Modi, cette situation de confinement et le respect des règles sanitaires.

Ainsi, le 26 mai, ils ont appelé avec beaucoup d'intelligence les indiens à couvrir le pays de drapeaux noirs pour dénoncer le gouvernement Modi. Et le pays s'est couvert de noir.

Le 5 juin, ils ont monté d'un cran et ont appelé à bloquer les logements des députés et responsables du BJP, le parti au pouvoir, ce qui a été fait quasiment partout, avec le soutien des ouvriers, étudiants, féministes, syndicalistes... montrant là l'influence grandissante des paysans sur toutes les classes populaires du pays et parallèlement le déclin de celle du pouvoir.

Aujourd'hui, ils franchissent encore une nouvelle étape, et ont appelé à bloquer les sièges des gouverneurs (des représentants du pouvoir central au niveau de chaque Etat qui doublent le pouvoir des gouvernements locaux) de tous les Etats. Cela signifie des manifestations moins dispersées que pour les députés et responsables BJP et donc de plus grande importance et dans les grandes villes, dans les capitales d'Etats. Ce n'est pas tout à fait le retour à ce qui se passait avant la seconde vague du covid, mais ça en prend progressivement la direction.

En fait, dans ce contexte d'épidémie dramatique de covid, et certainement plus d'un millions de morts en un mois et demi, mais aussi de grande colère contre Modi, le soulèvement paysan construit sa force pas à pas, mesurant à chaque moment ce qui est possible et ne l'est pas.

La société indienne sort peu à peu de la situation de sidération dans laquelle la catastrophe épidémique l'a plongée et le mouvement paysan accompagne ce sentiment, l'organise et lui donne une dimension nationale coordonnée pour que Modi ne puisse pas s'en sortir comme ça.

Aujourd'hui par exemple, les directions syndicales des banques, après une journée de grève le 25 mars où plus d'un million d'employés de banques publiques avaient fait grève contre les privatisations voulues par Modi, soutenus par les employés des assurances, ont déclaré qu'elles allaient reprendre la lutte contre les privatisations, les syndicats déclarant que les banques doivent appartenir au peuple.

De la même façon, le syndicat ouvrier CITU a appelé à 10 jours d'action du 1er au 10 juin, pour obtenir des moyens médicaux et que pour que tous ceux à qui le confinement a fait perdre son emploi ou ses revenus, puissent toucher des aides pour ne pas mourir de faim ; et le mouvement a été plutôt bien suivi.

Ou encore, hier, les ouvriers des aciéries Vizag - qui jouent un rôle important dans le pays et la lutte contre les privatisations coordonné à celle des paysans - ont annoncé qu'ils allaient reprendre la lutte contre les privatisations fin juin avec trois journées d'action

En même temps de grandes manifestations d'Adivasis (indigènes) ont lieu dans l'Etat de Chhattisgahr contre le vol de leurs forêts par l'armée.

L'action nationale du 26 juin des paysans donnera une voix nationale et coordonnée à toutes ses colères unifiant tous les émiettements possibles des combats corporatistes ou particuliers en désignant un responsable commun à toutes ses luttes, le gouvernement Modi.

VIDEO :

"L'eau, l'air, la jungles, la forêt nous appartiennent", voilà le slogan des manifestants adivasis (indigènes) à Silgarh dans l'Etat de Chhattisgahr contre l'installation d'un camp des forces de sécurité soit disant pour lutter contre le terrorisme, mais en fait qui leur prend leurs forêts.

https://www.facebook.com/CPIMVIZAG/videos/227689769162262

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a provoqué la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Nucléaire et transition climatique : les éléments clés du débat
Le nucléaire peut-il être une énergie de transition climatique ? Alors que les candidats à l’élection présidentielle ont tous un avis tranché sur la question, nous tentons ce soir de dépassionner le débat avec nos deux invités, Cyrille Cormier, ingénieur, spécialiste des politiques énergétiques et climatiques, et Nicolas Goldberg, senior manager énergie chez Colombus Consulting.
par à l’air libre
Journal
Zemmour et CNews condamnés pour injure raciste et provocation à la haine
Lundi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Éric Zemmour, désormais candidat à l’élection présidentielle, à 10 000 euros d’amende pour ses propos sur les mineurs étrangers non accompagnés, qui visaient à « susciter un élan de rejet et de violence » contre l’ensemble des personnes immigrées, d’après le jugement. Le directeur de la publication de CNews écope de 3 000 euros d’amende.
par Camille Polloni
Journal — France
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre
Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran