Nanterre: Halte aux agressions policières et judiciaires

Appel a une réunion unitaire contre la répression des étudiants de Nanterre mercredi 12 septembre à 19h au bâtiment D de l'université de Nanterre.

11 septembre 2018

Contre la sélection et la répression: abandon des charges contre les étudiants arrêtés à la fac de Nanterre le 9 avril 2018 !

Les facs connurent, au printemps 2018 un large et grand mouvement contre la Loi ORE. Plus de la moitié furent touchés et ont connus des assemblées générales de masses et des milliers de jeunes dans la rue.

La Loi ORE via Parcoursup instaure la sélection qui à pour conséquence la non affectation des milliers de lycéen.es, comme si il n'avait pas leur place dans l'enseignement supérieur.

Ce mouvement a été marqué par une forte répression tant chez les salarié.es que sur les lycéen.es et étudiant.es.

Après le scandale de Montpellier, où le doyen de la faculté de Droit avait chargé une milice d'extrême de droite de s'en prendre aux étudiant.es mobilisé.es, les présidences d'université ont successivement fermé les sites touchés par les blocages et les occupations prétextant la sécurité afin d'affaiblir la mobilisation. La contestation se généralisant la réponse ne fut pas la fermeture mais les interventions policières. Ainsi les campus de : Nantes, Bordeaux, Paris, Lille, Caen, Dijon, Grenoble, Strasbourg connurent de brutales interventions. Pire les CRS avaient frappé les étudiants et les cheminots rassemblés sur le campus de Lille 2.

C'est dans ce contexte que le 9 avril, la police est intervenue à Nanterre pour déloger les étudiants réunis en assemblée générale malgré la fermeture administrative. Ces derniers longuement séquestrés furent frappés , traînés, plaqués et molestés malgré leur total pacifivité. Du gaz lacrymogène a était utilisé dans la salle. 

Pire encore, plusieurs d’entre eux et elles avaient été blessés dont un grièvement. A cela s'ajoute l’arrestation de 7 étudiants dont 6 placés en garde à vue alors qu'ils n’opposent aucune résistance.

L’irruption des CRS dans un amphithéâtre d’université est un fait grave.

Les 6 étudiants de Nanterre placés en garde à vue le 9 avril ont passé la nuit et la journée de mardi 10 avril au poste avant d’être libérés.

Pour 3 étudiants le procès devait se tenir le 20 juin mais a été décalé au 19 septembre. Parmi ces 3 étudiants un militant de l’UNEF Nanterre, Victor, est poursuivi pour “violences sur personne dépositaire de l’autorité publique” !

Nous demandons l’abandon des poursuites contre les 3 étudiants qui passent en procès.

C’est dans cette optique que nous appelons une réunion unitaire ouverte à toutes les organisations qui le souhaitent ce Mercredi 12 septembre 2018 a 19h00 au bâtiment D de l'université de Nanterre.

Barthélémy Piron, élu UNEF à la CFVU de Nanterre, membre du bureau national : 06 46 13 43 46
Florian Mazet, président de l'UNEF Nanterre: 06 09 08 35 76 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.