Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 mars 2021

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Inde: les paysans sur le front éléctoral et contre les privatisations -J. Chastaing

La révolution se construit ainsi à travers ces étapes, avant de nouvelles explosions spontanées à un niveau plus élevé, et ainsi de suite.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors que des campagnes électorales pour l'élection des parlements et gouvernements se tiennent en mars et avril dans les Etats du Kerala, Bengale Occidental, Tamil Nadu, Assam, Pondichery, des Etats principalement du sud du pays, le soulèvement paysan s'est invité dans les élections en appelant partout à ne pas voter pour le BJP (parti au pouvoir) en organisant meetings et manifestations dans ces Etats. "Punissez le BJP, cassez son arrogance, soutenez le mouvement paysan... vous avez le sort du mouvement paysan et le votre dans vos mains avec votre vote, transformez le vote en une continuation du mouvement paysan... Nous ne nous battons pas que pour les paysans, mais pour tout le pays, pour l'avenir de la jeunesse, pour la démocratie" : voilà ce que disent les leaders paysans.

Par ailleurs les ouvriers de l'aciérie Vizag (33 000 salariés) dans l'Andrha Pradesh qui sont en lutte contre leur privatisation ont appelé à une grève illimitée à partir du 25 mars et ont appelé les paysans à un meeting commun le 28 mars pour construire la lutte ensemble en pensant notamment avec eux bloquer toutes les routes de l'Etat dans la foulée.

Les ouvriers de Vizag avaient déjà entraîné tout l'Etat (50 millions d'habitants) dans une grève générale massivement suivie fin février puis à nouveau dans un mouvement spontané de lutte de trois jours les 8, 9 et 10 mars. Ce n'est pas la première fois que les leaders paysans ont été invités par des ouvriers en lutte pour la radicaliser, par exemple les chauffeurs de bus de Bengalore (qui avaient de ce fait gagné), mais c'est la première fois que cela se fait à cette échelle et surtout autour de la question des privatisations qui concerne toutes les professions, puisque le gouvernement veut tout privatiser de l'Ecole à l'industrie de défense nationale.

Ainsi les banques et assurances font-elles grèves du 15 au 18 mars contre les privatisations suivies par les électriciens les 18 mars, après déjà ceux de la Défense, des mineurs de charbon, les cheminots, les enseignants, etc... les uns derrière les autres. Or le soulèvement paysan a pu commencer un début d'unification en appelant en commun avec les directions syndicales ouvrières à une journée commune de lutte contre toutes les privatisations le 15 mars en occupant ce jour-là les gares en soutien aux cheminots. L'appel à la lutte commune des ouvriers de Vizag pourrait donner une suite à ce combat mais cette fois initié par la base face à des directions syndicales plus que frileuses.

La révolution se construit ainsi à travers ces étapes avant de nouvelles explosions spontanées à un niveau plus élevé, et ainsi de suite.

PHOTOS

Mahapanchayat à Ballia dans l'Etat du Bihar, pour la première fois où a eu lieu un appel à tous les pauvres à rejoindre le soulèvement paysan : Mahapanchayat à Bihat dans l'Etat du Bihar ; Mahapanchayat à Rajpura dans l'Etat du Pendjab ; meeting paysan à Calcutta pour appeler à punir le BJP dans les élections régionales ; Mahpanchayat à Pipar City Jodhpur dans l'Etat du Rajasthan ; comité d'accueil pour empêcher un député BJP Aseem Goyal, d'accéder à un village à Ambala dans l'Haryana ; manifestation entraînée par les paysans à Calcutta "ne votez pas BJP" ; une des affiches des paysans pour appeler à ne pas voter BJP ; meeting au campement paysan de la porte Tikri à Delhi après qu'une tempête ait partiellement détruit le camp et que les paysans l'aient reconstruit dans la foulée ; 2 photos du meeting commun paysans, employés, ouvriers à Patiala dans le Pendjab ; 2 photos du meeting commun paysans et ouvriers agricoles à Muthada Kalan, Jalandhar dans l'Etat du Pendjab ; affiche du meeting commun ouvriers et paysans demain 13 mars au campement de la porte Tikri de Delhi ; il quitte la police pour rejoindre le soulèvement paysan ; le campement paysan de Tikri après la tempête, reconstruit aujourd'hui ; manifestation des ouvriers de l'aciérie Vizag dans l'Andhra Pradesh ; meeting au campement paysan de la porte Singhu de Delhi : meeting de dentistes en soutien aux paysans ; les manifestations "ne votez pas BJP" prennent de l'ampleur

Ici 14 photos de plus

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la nouvelle Revue de Presse Emancipation!

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez