Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 mars 2022

Gérard Mordillat: boycotter la présidentielle pour disqualifier cette supercherie

« Ceux qui sont aux affaires sur le plan économique, politique ou social, ne rendront pas les clefs simplement par conscience morale : il faudra les leur prendre. »

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

" Il faut boycotter la présidentielle pour disqualifier cette supercherie de système électoral " © Regards

ET À LIRE...

 Sur son appel au boycott de l’élection présidentielle 
« Le boycott de l’élection présidentielle permettrait de disqualifier à tout jamais le système électoral actuel qui est une supercherie. »
« Les forces financières et leurs supports médiatiques ont déjà choisi qui sera le lauréat au bout du compte. »
« Il faut rompre avec l’illusion démocratique. »
« Dans les dernières élections, il y a eu plus de 60% d’abstention : il faut lui donner un sens politique. »
« Il faut transformer l’abstention en boycott, c’est-à-dire une prise de position publique contre ce que l’on nous propose. »
« Si un président est élu avec une participation extrêmement faible, sa présidence pourra être remise en cause. »
« En revanche, les élections législatives sont gagnables : il faut tout investir dessus. »
« Le modèle, c’est l’élection de François Ruffin à Amiens en 2017 : il a réussi à réunir toutes les forces de gauche, y compris le NPA, dans une circonscription où le Front National faisait 35% et la droite soit-disant républicaine 20%. »
« Oublions la présidentielle : tout le pouvoir aux législatives. »
« Si la gauche l’emportait aux législatives, ce serait le moment où jamais de s’établir en constituante pour refonder la République sur des bases vraiment démocratiques. »
« Ceux qui sont aux affaires sur le plan économique, politique ou social, ne rendront pas les clefs simplement par conscience morale : il faudra les leur prendre. »

 Sur la situation de la gauche 
« La gauche me désespère parce que l’on a vu comment François Hollande avait réussi l’exploit d’éradiquer le Parti socialiste - ce qui n’était pas gagné d’avance - mais les autres, que ce soit Jean-Luc Mélenchon ou Fabien Roussel, s’intoxiquent en pensant qu’ils vont y arriver. C’est une erreur totale. La seule chance, c’était l’union. Mais est entré en scène le bal des égos qui fait que tout le monde est d’accord que si c’est derrière untel ou unetelle. »
« Il faudrait relire Lénine : il s’est associé avec des gens qui avaient moins d’affinités que ce de la gauche d’aujourd’hui. Mais Lénine avait la perspective de prendre le pouvoir. Aujourd’hui, ce qui me désespère avec la gauche, c’est qu’elle semble avoir intégré que la seule perspective pour elle, c’était la défaite. »
« Si on veut vraiment prendre le pouvoir, il faut renoncer à être un homme ou une femme politique. »

 Sur la possibilité que Jean-Luc Mélenchon atteigne le deuxième tour de l’élection présidentielle 
« J’ai beaucoup d’amitié et d’admiration pour Jean-Luc Mélenchon mais je pense qu’à la fois sur le plan tactique et stratégique, il va tout droit vers la défaite. »
« Les forces de droite et d’extrême droite sont aujourd’hui les plus puissantes en France - et je mets M. Macron et la politique qu’il mène car s’il veut jouer le chevalier blanc, il dit seulement d’une façon sucrée ce que disent d’une façon vulgaire Mme Le Pen, M. Zemmour ou Mme Pécresse. »
« La politique qu’Emmanuel Macron a menée vis-à-vis des immigrants, des travailleurs sans-papiers et des étrangers en général, il n’y a pas l’épaisseur d’un papier à cigare avec ce qu’aurait pu faire l’extrême droite. »
« Même si Jean-Luc Mélenchon parvenait à accéder au second tour, je pense qu’il aurait peu de chances dans ce type d’élection de parvenir à remporter la présidentielle. »
« Le boycott, c’est l’arme des pauvres. Mais nous sommes pauvres, nous n’avons rien, nous n’avons ni les forces médiatiques, ni les forces financières. »

 Sur le divorce entre les intellectuels, le monde populaire et la politique 
« Il y a un très grand manque de réflexion théorique à gauche. Or, elle est indispensable car elle sera l’ossature de la future République. »
« Les intellectuels de droite se réjouissent de toutes les mesures coercitives prises en ce moment mais pour penser la société, il faut pouvoir réfléchir de façon théorique et profonde aux questions qui nous traversent. »
« Il y a une incompréhension avec le monde populaire mais ce n’est pas qu’à mettre à la charge des partis de gauche ou des syndicats car ces derniers font face à une propagande néolibérale sur l’ensemble des grands médias qui finit par devenir la doxa… »
« Lorsque l’intelligence populaire est mise en oeuvre, on aboutit à des choses formidables. »

 En complément tous les jours la rubrique Politique de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aux États-Unis, le Sénat adopte un plan climat sans ambition sociale
Par 51 voix contre 50, le Sénat des États-Unis a adopté le plus ambitieux plan climat de l’histoire du pays, prévoyant une enveloppe de 369 milliards de dollars pour réduire de 40 % les émissions de CO2 entre 2005 et 2030. Mais le volet social a été très largement sacrifié.
par Romaric Godin
Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
À la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous