SNU: arrêtons le massacre !

Les service national universel (SNU) pur instrument d'embrigadement de la jeunesse et de recrutement pour les bandes armées de l'Etat, est combattu par pratiquement toutes les organisations de jeunesse. Cette Saga du Néant en Uniforme patauge dans la boue. Il est temps de lui donner le coup de grâce.

capture-d-ecran-2021-04-12-a-07-58-45

Source: Solidaires Jeunesse et Sport

Pour l’Education populaire ? Des uniformes !

Depuis le début, nous nous opposons à ce dispositif et exigeons son abandon immédiat car malgré l’effort de propagande fait autour de lui par le Gouvernement, il n’est rien d’autre qu’un énième dispositif souhaitant mettre au pas la Jeunesse. De plus, nous demandons à ce que les personnels Jeunesse et Sports ne soient plus associés à ce simulacre de « mixité sociale » qui n’est en fait rien d’autre qu’un acharnement du président de la République et un reflet parfait de la « politique communicationnelle ».

Dispositif décadent (re)cherche partenaires particuliers

Aujourd’hui, il n’est pas difficile de dire que le Service National Universel (SNU) est rejeté par l’écrasante majorité des acteurs.trices du champ de l’Education Populaire et la Jeunesse. La première fédération à avoir rejeté ce dispositif, dès octobre 2019, est la Fédération des Centres sociaux et Socioculturels de France (FCSF), depuis de très nombreuses organisations de Jeunesse et de l’Education populaire lui ont emboîté le pas.

En ce mois de mars, le Comité pour les relations nationales et internationales des associations de jeunesse et d’éducation populaire (CNAJEP), par l’intermédiaire de sa vice-présidente Lucille Bertaud, émet même des doutes sur la « pertinence » du SNU concernant l’enjeu de la mixité sociale. De surcroît, le CNAJEP demande de "redéployer les crédits du SNU, vers une politique de jeunesse globale attentive aux jeunes qui en ont le plus besoin" .

25 mars 2021

Documents à télécharger

SNU : Arrêtons le massacre

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.