Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 mai 2021

Pourquoi parler de « part des dépenses publiques dans le PIB » est une imposture

On fait croire que les administrations publiques aspirent plus de la moitié des richesses créées chaque année. La Commission sur l’avenir des finances publiques s’est dernièrement appuyée sur ce ratio pour justifier sa préconisation de réduction des dépenses publiques. Cette idée reçue est une imposture.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sylvain Billot - Blog Alter Eco

On entend souvent dire, y compris de la part d’économistes, que le poids des dépenses publiques dans le PIB est devenu insoutenable. Le ratio entre les dépenses publiques et le PIB est en effet aujourd’hui supérieur à 50 %. Ainsi, on fait croire que les administrations publiques aspirent plus de la moitié des richesses créées chaque année pour fonctionner. Cette idée reçue vise à donner un fondement scientifique à la réduction des dépenses publiques. La Commission sur l’avenir des finances publiques (présidée par Jean Arthuis) s’est dernièrement appuyée sur ce ratio pour justifier sa préconisation de réduction des dépenses publiques.

Nous allons voir que cette idée reçue est une imposture. À l’aide d’un petit exemple, en s’appuyant sur le cadre de la comptabilité nationale, nous démontrerons que le ratio entre les dépenses publiques et le PIB peut même être supérieur à 100 %, ce qui suffit à prouver l’absurdité du mythe de la « ponction » des administrations publiques sur le PIB.

On distingue principalement deux grands types de dépenses publiques[1] :

- les dépenses de redistribution du revenu (environ 60 % des dépenses publiques) : les administrations ont alors une fonction d’intermédiaire. Elles collectent des impôts et des cotisations pour les redistribuer aux ménages (mais aussi aux entreprises) sous forme principalement de prestations sociales en espèces (retraites, allocations chômage et familiales, RSA, etc. dont les ménages disposent librement) ou de prestations en nature, appelées aussi transferts sociaux en nature marchands (consultations de médecine libérale et médicaments remboursés, allocation logement…).

- les dépenses qui financent la production non marchande des administrations publiques (environ 30 % des dépenses publiques). Cette partie minoritaire des dépenses publiques est la seule qui a un rapport avec le PIB, à condition de ne pas les interpréter comme une ponction sur un PIB préexistant. D’une part, les dépenses publiques incluent les consommations intermédiaires des administrations publiques (non incluses dans le PIB). D’autre part, ces dépenses financent une production (en permettant le paiement des salaires des fonctionnaires, des consommations intermédiaires…) dont la valeur ajoutée (qui n’est qu’une partie de cette production) est une composante du PIB. Au lieu de payer cette production sur un marché, les ménages paient cette production en payant des impôts. De la même façon qu’il serait absurde d’affirmer que les ménages ponctionnent le PIB en payant leur baguette, il est absurde de dire que les ménages ponctionnent le PIB en payant la production non marchande des administrations avec leurs impôts.

Autrement dit, les dépenses publiques ne peuvent pas s’analyser comme un « prélèvement » sur la richesse nationale : soit elles contribuent à la production de richesse - en permettant la production de services non marchands individualisables (éducation, hôpital public…) ou collectifs (armée, police, justice…) qui bénéficient à la population -[2], soit elles redistribuent la richesse.

Illustrons maintenant notre propos à l’aide d’une représentation fictive et très simplifiée d’une économie. L’objectif de cette représentation est simple : montrer qu’il est tout à fait possible d’avoir une économie avec du privé (un secteur marchand) et une dépense publique en % du PIB supérieure à… 100% !

Nous mobilisons ici des notions simples de comptabilité nationale. Notre économie est composée de deux branches d’activité :

- une branche marchande qui a une production de 90 et des consommations intermédiaires (de produits marchands) de 20 : la valeur ajoutée de la branche marchande est donc de 70. On supposera que cette valeur ajoutée est partagée en 50 de salaires (salaires nets + cotisations) et 20 de profits.

- une branche non marchande qui a une production de 40. Cette production est estimée en comptabilité nationale comme la somme des coûts de production. Ici on supposera que les coûts de production sont les suivants : 30 de salaires des fonctionnaires et 10 de consommations intermédiaires de produits marchands (achats de fournitures pour les écoles…). On suppose, pour simplifier, que cette production non marchande est entièrement une production de services individualisables (dont on peut identifier les bénéficiaires), comme la production d’éducation ou de santé.

Quel est le PIB de notre économie simplifiée ? On distingue « trois approches du PIB », c’est-à-dire trois façons de calculer le PIB (pour atteindre bien entendu le même résultat) :

- une « approche production » : le PIB est la somme des valeurs ajoutée des branches[3]. Le PIB est donc égal à 70 (VA de la branche marchande) + 30 (VA de la branche non marchande) = 100

- une « approche revenu » : le PIB est la somme des salaires (salaires nets + cotisations) et des profits. Le PIB est donc égal à 30 (salaires des fonctionnaires) + 50 (salaires des salariés du privé) + 20 (profits des capitalistes) = 100

- une « approche demande » : le PIB est la somme de la consommation et de l’investissement (on supposera ici que le solde des importations et exportations est nul tout comme la variation de stocks)[4].

Pour appréhender le PIB selon l’approche demande, il faut s’intéresser aux emplois (utilisation) des produits. Ici, nous supposerons que le produit marchand (90) est utilisé comme consommation intermédiaire pour un montant de 30 - 20 par la branche marchande (achat de bois et de vis par les producteurs de tables…) et 10 par la branche non marchande (achat de fournitures par les administrations), consommée de façon finale par les ménages pour un montant de 50 et investi pour un montant de 10. Quant au produit non marchand (40), il est entièrement consommé de façon finale (éducation, hôpital public…) par les ménages.

Selon l’approche demande, le PIB est égal à 50 (consommation par les ménages de produits marchands) + 40 (consommation par les ménages de services publics  non marchand) + 10 (investissement) = 100.

On peut synthétiser notre économie selon les trois approches du PIB avec le « tableau entrées-sorties » simplifié suivant :

Dans notre économie, quel est le revenu primaire des ménages ? On supposera que la moitié du profit est distribué aux ménages sous forme de dividendes (10), l’autre moitié servant pour l’investissement. On a donc un revenu primaire des ménages de 80 (leurs salaires) + 10 (leurs dividendes) = 90.

Supposons que la moitié des salaires est payée sous forme de cotisations sociales (40), qui financent des prestations sociales en espèces de sécurité sociale (40) reversées aux ménages.

Supposons également que les impôts sur le revenu des ménages s’élèvent à 70 : 40 financent la production non marchande des administrations, et 30 sont reversées sous forme de prestations sociales d’État (du type RSA aujourd’hui) en espèce.

Les ménages ont un revenu disponible égal à 90 (revenu primaire) – 40 (cotisations) + 40 (prestations de Sécu) – 70 (impôts) + 30 (prestations d’État) = 50.

Avec ce revenu, ils consomment le produit marchand pour un montant de 50 (leur épargne est nulle pour simplifier).

Les ménages ont un revenu disponible ajusté de 90 : au revenu disponible (50), on ajoute les « transferts sociaux en nature non marchands » (40) qui correspondent à la valeur de la production non marchande des administrations dont bénéficient les ménages.

Quel est le niveau des dépenses publiques ? Il faut additionner :

- les prestations sociales en espèce de sécurité sociale : 40

- les prestations sociales en espèce d’État : 30 

- le coût de la production non marchande : 40 (consommations intermédiaires et salaires des fonctionnaires).

On a ainsi un niveau de dépenses publiques de 110, supérieur au PIB (100)… et pourtant l’économie marchande existe dans cette économie.

[1]    Il y a aussi les dépenses d’investissement, le paiement des intérêts de la dette, etc.

[2]    Nous laissons ici de côté la question des rapports entre activités marchandes et non marchandes, à savoir si l’augmentation de la production non marchande se fait (ou pas) au détriment de la production marchande.

[3]    La formule exacte est PIB = somme des valeurs ajoutées des branches + impôts nets sur les produits (nuls dans notre exemple).

[4]    La formule exacte est Production + Importation = Consommations intermédiaires + Consommation finale + Investissement + Variations de stocks + Exportations. Dans notre exemple, cela se résume à Production – Consommations intermédiaires (PIB) = Consommation finale + Investissement

En complément tous les jours la rubrique Economie  de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
En Seine-Maritime, Alma Dufour veut concilier « fin du monde et fin du mois »
C’est l’un des slogans des « gilets jaunes » comme du mouvement climat. La militante écologiste, qui assume cette double filiation, se lance sous les couleurs de l’union de la gauche sur ce territoire perfusé à l’industrie lourde, qui ne lui est pas acquis.
par Mathilde Goanec
Journal — Sports
Ligue des champions : la France gagne le trophée de l’incompétence
La finale de la compétition européenne de football, samedi à Saint-Denis, a été émaillée de nombreux incidents. Des centaines de supporters de Liverpool ont été nassés, bloqués à l’entrée du stade, puis gazés par les forces de l’ordre. Une faillite des pouvoirs publics français qui ponctue de longues années d’un maintien de l’ordre répressif et inadapté, souvent violent.
par Ilyes Ramdani
Journal — Europe
En Italie, Aboubakar Soumahoro porte la voix des ouvriers agricoles et autres « invisibles »
L’activiste d’origine ivoirienne, débarqué en Italie à l’âge de 19 ans, défend les ouvriers agricoles migrants et dénonce le racisme prégnant dans la classe politique transalpine. De là à basculer dans la politique traditionnelle, en vue des prochaines élections ? Rencontre à Rome. 
par Ludovic Lamant
Journal — Moyen-Orient
Le pouvoir iranien en voie de talibanisation
La hausse exponentielle des prix pousse à la révolte les villes du sud et de l’ouest de l’Iran. Une contestation que les forces sécuritaires ne parviennent pas à arrêter, tandis que le régime s’emploie à mettre en place une politique de ségrégation à l’égard des femmes.
par Jean-Pierre Perrin

La sélection du Club

Billet de blog
« La puissance des mères », extrait du livre de Fatima Ouassak
A l'occasion de la fête des mères, et de son braquage par le Front de mères pour faire de cette journée à l'origine réactionnaire une célébration de nos luttes et de nos victoires, extrait du livre « La Puissance des mères, pour un nouveau sujet révolutionnaire » de Fatima Ouassak. Il s'agit de la conclusion, manifeste écologiste, féministe et antiraciste, lue par Audrey Vernon.
par Jean-Marc B
Billet d’édition
Ma grand-mère, fille mère
Les récits familiaux reprennent dans l'édition «Nos ancêtres les gauloises». Celui-ci nous est proposé par un contributeur qui tient à rester anonyme. Son histoire, entre mémoire et fiction, explore un secret de famille où la vie des bonnes «engrossées» par leur patron rencontre celle des soldats de la Guerre de 14...
par ELISE THIEBAUT
Billet de blog
Les mères peuvent-elles parler ?
C'est la nuit. Les phares des voitures défilent sur le périphérique balayant de leurs rayons lumineux le lit et les murs de ma chambre d'hôpital. Je m'y accroche comme à un rocher. Autour de moi, tout tangue. Mon bébé hurle dans mes bras.
par Nina Innana
Billet de blog
Pourquoi la fête des Mères est l’arnaque du siècle
À l’origine la Fête des Mères a donc été inventé pour visibiliser le travail domestique gratuit porté par les femmes. En effet, Anna Jarvis avait créé la Fête des Mères comme une journée de lutte pour la reconnaissance du travail domestique et éducatif gratuit ! Aujourd'hui personne n'est dupe sur les intérêts de cette fête et pourtant...
par Léane Alestra