Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10379 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 juil. 2021

Inde en marche vers le double pouvoir: paysans arrêtent dirigeants du BJP de Modi

Une douzaine de dirigeants du Bharatiya Janata Party (BJP), parti au pouvoir, dont le secrétaire général du Pendjab, Subhash Sharma et le responsable de la ville de Patiala, Bhupesh Aggarwal, ont été "arrêtés" et "détenus" par une foule de paysans pendant près de 12 heures dimanche 11 juillet dans une maison de Rajpura à Patiala dans l'Etat du Pendjab.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing

Une douzaine de dirigeants du Bharatiya Janata Party (BJP), parti au pouvoir, dont le secrétaire général du Pendjab, Subhash Sharma et le responsable de la ville de Patiala, Bhupesh Aggarwal, ont été "arrêtés" et "détenus" par une foule de paysans pendant près de 12 heures dimanche 11 juillet dans une maison de Rajpura à Patiala dans l'Etat du Pendjab.

Les paysans estimaient qu'ils devaient être arrêtés pour les insultes et les menaces qu'ils avaient proférées à leur égard mais surtout parce qu'un responsable de la sécurité du BJP les avait menacés d'un revolver.

Ils ont été finalement libérés par la police après qu'un tribunal de l'ordre encore dominant ait ordonné leur libération.

Par ailleurs, un peu plus tôt, les paysans avaient chassé le leader local du BJP, Shanti Sapra et perturbé une réunion du BJP au niveau du district à Rajpura, où les manifestants ont coupé l'alimentation électrique du bâtiment où avait lieu la réunion. Ils auraient également endommagé les véhicules de certains dirigeants du BJP, ainsi que le pare-brise d'un fourgon de police, jetant des briques aux uns et aux autres lorsque les dirigeants du BJP étaient évacués par le police.

De la même manière, la maison d'un député BJP, Vinod Bhayana, a été entourée des paysans à Hisar dans l'Haryana qui ont décidé de camper là jour et nuit pour ses propos insultants pour les femmes, tandis qu'après que les paysans aient bloqué le président BJP de l'Assemblée d'Haryana, Ranbir Singh Gangwa, la ville de Sirsa toujours a été complétement bloquée par les paysans pour aussi des violences et provocations du BJP. Les activités du BJP ont été également bloquées ce week-end à Jhajjar, Panipat, Fatehabad, Jind et Yamunanagar dans l'Haryana.

Bref, les paysans ripostent au coup par coup aux provocations et violences du pouvoir et celui-ci perd un peu plus d'autorité chaque jour tandis qu'en Haryana et au Pendjab il ne semble plus en situation de commander à beaucoup de choses.

D'autre part, après leur manifestation géante à Viskhapatnam dans l'Andhra Pradesh, les ouvriers des aciéries en lutte contre leur privatisation qui avaient appelé les paysans à une lutte commune, ont décidé de marcher sur Delhi les 5 et 6 août tandis que les manifestations contre la hausse des prix en particulier de l'essence, du diesel et du gaz domestique sont quotidiennes.

PHOTOS

Course mouvementée entre des policiers qui essaient de protéger un responsable du BJP et des paysans qui tentent de l'arrêter ; 2 photos des Anganwadi (employées médico-sociales rurales très proches du mouvement des paysans) en lutte nationale ce 12 juillet 2021 ; les ouvriers des aciéries de Vizag en lutte depuis 5 mois ont décidé de monter sur Delhi les 5 et 6 août ; les manifestations contre la hausse des prix en particulier du fuel et du gaz domestique continuent un peu partout dans le pays

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation! 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B