Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10381 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 août 2021

Inde: les classes populaires aux capitalistes: "Quittez l'Inde...

...ou on vous chassera". C'est une référence à la journée du 9 août 1942 où Gandhi exigeait des britanniques qu'ils quittent le pays, lançant ainsi avec la formule très populaire "Quit India" le mouvement qui allait mener à l'indépendance 5 ans plus tard.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing

Le 9 août dans une grande journée de mobilisation, de grèves, rassemblements, meetings, manifestations de tous les secteurs professionnels et dans tous les Etats de l'Inde, à l'appel des syndicats ouvriers et du soulèvement paysan, ouvriers et paysans ont dit aux dirigeants du BJP : "Quittez l'Inde" !

C'est une référence à la journée du 9 août 1942 où Gandhi exigeait des britanniques qu'ils quittent le pays, lançant ainsi avec la formule très populaire "Quit India" le mouvement qui allait mener à l'indépendance 5 ans plus tard. Sauf que cette fois-ci, c'est aux capitalistes et à leurs représentants politiques à qui les classes populaires demandent de quitter le pays, sinon ils les en chasseront.

Ce même jour du 9 août, pour la seconde fois, le parlement paysan qui siège depuis presque deux semaines à côté du Parlement officiel bourgeois, était exclusivement composé de femmes, montrant à tout le pays le visage de l'Inde pour lequel le soulèvement paysan se bat, totalement à l'opposé de la politique du gouvernement BJP qui ne vit qu'en alimentant les divisions de sexes, de religions, de castes. Ce Parlement paysan donnait ainsi l'horizon de la société que visent les soulèvements actuels avec l'objectif de chasser le gouvernement des grands capitalistes du pays.

Le 10 aout, pour son 13e et dernier jour de session, le Parlement paysan a déclaré que le le gouvernement Modi avait totalement perdu la confiance du peuple, avait terriblement restreint les droits démocratiques du peuple indien et n'avait plus aucun droit moral, éthique et constitutionnel à rester au pouvoir.

Le parlement paysan a indiqué que le seul espace démocratique qui restait en Inde était celui qu'avait ouvert le combat paysan et son nouveau Parlement et qu'il donnait un nouveau rendez-vous au peuple indien le 15 août pour de nouvelles actions pour sa libération.

Le 10 août, également, après bien d'autres, c'était au tour des 1,5 millions de salariés de l'électricité à entrer en grève nationale contre leur privatisation et la libéralisation du secteur qui supprimerait, entre autre, les tarifs protégés pour les paysans.

La contestation, les grèves et les manifestations ne cessent pas en Inde et s'enroulent de plus en plus autour du pivot social, sociétal et maintenant politique qu'est devenu le soulèvement paysan, dessinant pas à pas, mais de plus en plus précisément ce qu'il veut : chasser Modi et son gouvernement au service des grands groupes capitalistes et marcher vers une société plus fraternelle débarrassée de l'oppression et de l'exploitation.

PHOTOS

2e journée à Delhi le 9.08.2021 du parlement paysan des femmes, un exemple pour tout le pays ; un peu partout dans le pays le 9 août était la journée commune de lutte ouvriers-paysans pour "sauver le pays", ici photo à Salem ; un des multiples rassemblements du jour pour "sauver le pays" dans l'Haryana ; un des nombreux rassemblements du jour "sauver l'Inde" dans l'Etat du Telangana

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation! 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa