Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 oct. 2021

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Légion étrangère : tortures en routine

Absurdes travaux de forçat avec des outils faits pour abîmer les mains, bastonnades, cellules d'isolement frigorifiantes et même viols : les prisonniers en sortaient marqués à vie, certains lourdement handicapés. D'autres y sont sans doute morts, les cadres faisant disparaître les corps.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les restes d'un poteau sur lequel auraient été attachés les disciplinaires "punis", parfois des jours durant, sans possibilité de dormir. •© Facebook - Section d'Épreuve de la Légion Étrangère quartier Saint Jean Corte

Source: Lutte Ouvrière

Un ancien légionnaire est en grève de la faim sur les ruines du camp Saint-Jean, en Corse, pour faire reconnaître le passé de la « section d'épreuve » qui y était installée. Les déserteurs et contestataires de la Légion étrangère ont été torturés dans ce camp disciplinaire de 1962 à 1976.

Absurdes travaux de forçat avec des outils faits pour abîmer les mains, bastonnades, cellules d'isolement frigorifiantes et même viols : les prisonniers en sortaient marqués à vie, certains lourdement handicapés. D'autres y sont sans doute morts, les cadres faisant disparaître les corps.

C'est ainsi que l'armée française brisait de jeunes hommes, que leur vie chaotique avait mené à la Légion, afin de maintenir une discipline de fer parmi les troupes à qui elle confiait les pires tâches.

A lire également

 Bagne de la Légion, huitième jour d'une grève de la faim (Corse Matin)

 Légion étrangère : un ancien détenu raconte son calvaire (France 3)

En complément tous les jours la rubrique Leur Etat de la Revue de Presse Emancipation!

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte