Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10594 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 nov. 2021

Inde: appel paysans-ouvriers à intensifier le mouvement à partir du 26 novembre

Le dernier appel commun paysans-ouvriers à la grève avait conduit le 26 novembre 2020 - au début du mouvement paysan - au plus grand mouvement de l'histoire du monde avec 250 à 300 millions de grévistes. Cette fois-ci, les syndicats ouvriers appellent à deux journées de grève consécutives, pourrait déclencher bien des surprises politiques et sociales, encore plus qu'en 2020.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

par Jacques Chastaing

Alors que les affrontements entre les paysans et la police sont quasi quotidiens du fait d'une part des restrictions de distribution d'engrais, la même raison qui est à l'origine du soulèvement paysan actuel au Sri Lanka, et d'autre part de la politique de "boycott social" des paysans à l'encontre des dirigeants du BJP à qui ils interdisent tout déplacement quotidien, le SKM (coordination qui anime le mouvement) a annoncé une nouvelle intensification de leur mouvement à partir du 26 novembre.

Ils ont en effet décidé de célébrer l'anniversaire d'un an de mobilisation paysanne le 26 novembre par une marche de paysans avec leurs tracteurs sur Delhi venant des Etats voisins du Pendjab, de l'Haryana, de l'Uttar Pradesh, de l'Uttarakhand, du Madhya Pradesh et du Rajasthan avec la construction de fortifications en dur pour les campements paysans autour de la capitale tandis que les paysans et soutiens des Etats plus éloignés célébreraient le premier anniversaire de leur lutte historique en organisant de grands rassemblements dans les capitales des États.

Tous les jours à partir du 29 novembre, jour d'ouverture de la session parlementaire d'hiver et jusqu'à la fin de la session, 500 paysans se rendront quotidiennement avec leurs tracteurs au Parlement pour faire valoir leur droit de manifester dans la capitale nationale (ce qui leur a été interdit par des barrages policiers considérables) et d'ainsi tester, maintenir et augmenter au quotidien la pression avec la population de Delhi sur le gouvernement central du BJP.

De grands rassemblements se tiendront en même temps dans les capitales des États avec des Mahapanchayats géants. Au Kerala et au Tamil Nadu les rassemblements se feront également dans toutes les capitales de chaque district (département) .

Le premier Mahapanchayat préparatif à cette mobilisation aura lieu le 16 novembre à Jind dans l'Haryana.

Le second Mahapanchayat, le plus important, aura lieu avec 1 million de participants attendus à Lucknow dans la capitale de l'Uttar Pradesh dans le cadre de la campagne « Vote ki Chot » (faire des dégâts en votant) pour faire tomber le gouvernement BJP de cet Etat aux prochaines élections en début d'année prochaine, "le dernier clou du cercueil du BJP" ont déclaré les dirigeants paysans.

Un autre Mahapanchayat gigantesque paysans-ouvriers agricoles-ouvriers et citoyens aura lieu pour la première fois à Mumbai (Bombay) le 28 novembre, avec la convergence de marches Asthi Kalash Yatra, marches commencées à Pune le 27 octobre portant les cendres des 4 agriculteurs et du journaliste assassinés par le fils du ministre de l'Intérieur à Lakhimpur Kheri, venant de tout l'Etat du Maharashtra pour - disent les paysans - " obtenir l'abrogation des lois agricoles, des lois anti-ouvrières, obtenir une loi centrale pour garantir un prix minimum aux produits agricoles, un smic paysan, la division par deux du prix du diesel, de l'essence et du gaz de cuisine et l'arrêt de la privatisation des services publics et des compagnies d'Etat vendues au capital pour une bouchée de pain".

Parallèlement, l'alliance des dix principaux syndicats ouvriers du pays a décidé d'appeler les ouvriers à participer à la journée anniversaire paysanne du 26 novembre et d'appeler à deux jours consécutifs de grève nationale durant la session parlementaire de décembre (sans en avoir précisé la date), en coordination avec les paysans, afin de défendre les services publics, les droits ouvriers et exiger un budget en faveur des classes populaires.

Rappelons que le dernier appel commun paysans-ouvriers à la grève avait conduit le 26 novembre 2020 - au début du mouvement paysan - au plus grand mouvement de l'histoire du monde avec 250 à 300 millions de grévistes. C'est à la suite de cette journée que les paysans avaient appelé à une seconde journée une semaine plus tard et à partir de là qu'était partie la marche des paysans sur Delhi puis tout le mouvement paysan à l'échelle nationale. Cette fois-ci, les syndicats ouvriers appellent à deux journées de grève consécutives (s'ils tiennent leurs engagements) ... ce qui n'est jamais arrivé de leur part et qui pourrait déclencher bien des surprises politiques et sociales encore plus qu'en 2020...

Jacques Chastaing

Photo : le dernier Mahapanchayat géant de Muzzafarnagar dans l'Uttar Pradesh avec Rakesh Tikait, le leader paysan le plus populaire, au micro

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation! 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française