Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 janv. 2022

La grève générale de l’enseignement public pose la question du régime

La leçon de cette journée de grève générale de l’enseignement public est très claire et doit être affirmée : ce qui est nécessaire, ce qui se cherche dans ce pays, c’est la même chose, tous secteurs confondus, pour la santé, les salaires, l’emploi, les services publics, l’avenir, contre Macron, son régime et son monde.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

.

Source: Aplutsoc

Il faut donner leur nom aux faits : aujourd’hui, jeudi 13 janvier 2022, s’est produite une grève générale de l’enseignement public en France.

Une grève majoritaire partout, ultra-majoritaire dans les écoles, dirigée contre le gouvernement et particulièrement contre son ministre emblématique, M. Blanquer. Une grève provoquée par la goutte d’eau qui fait déborder le vase et qui dément, contredit, liquide totalement dans ses prétentions, la soi-disant politique sanitaire de Macron/Castex/Véran/Blanquer.

Comme on le sait, c’est une poussée de révolte dans les écoles qui s’est traduite par la décision de nombreuses sections départementales du SNUIPP-FSU, puis du syndicat tout entier la semaine dernière, d’appeler à la grève, et l’unité totale s’est réalisée. Cette unité draine des secteurs entiers de la population, des parents d’élèves, des jeunes, des élus locaux. Les professions les plus précaires de l’éducation, Atsem des écoles maternelles, AESH, AED, y ont apporté leur combat. Les assistantes maternelles et les infirmiers se sont parfois joints, montrant la rechercher de la jonction de toutes les professions du soin, contre le gouvernement des maltraitants.

La leçon de cette journée de grève générale de l’enseignement public est très claire et doit être affirmée : ce qui est nécessaire, ce qui se cherche dans ce pays, c’est la même chose, tous secteurs confondus, pour la santé, les salaires, l’emploi, les services publics, l’avenir, contre Macron, son régime et son monde.

Par conséquent, les répliques du 13 janvier 2022 de l’école publique vont être immédiates. La grève sera parfois reconduite et des coordinations se forment, reprenant l’expérience de l’auto-organisation de décembre 2019-janvier 2020 au niveau où elle avait été stoppée. Le 27 janvier sera saisi ou pas par le mouvement qui se cherche ou il sera dépassé avant qu’il ait lieu. Comprenons bien que la question n’est pas de pousser à la grève en soi : la question est politique, elle est de permettre aux salariés, à la jeunesse, aux opprimés, de prendre conscience de leur force réelle, de la seule manière possible, en l’exerçant.

Aujourd’hui, les rencontres entre profs d’école, de collège et de lycée, Atsem, AESH, AED, territoriaux, cheminots revenant faire un tour comme en janvier 2020, précaires, ont donné aux uns et aux autres un espoir qui n’est autre que celui de leur propre force. Cette force doit pour s’unir s’étendre et se concentrer, contre le pouvoir, contre le régime.

Avec la grève générale, d’un jour à cette étape, de l’enseignement public, les grèves économiques et les mouvements de défense des libertés publiques, contre le passe, etc., reçoivent une impulsion politique, pour s’unir en se centralisant contre le pouvoir.

Ce mouvement prend bien entendu appui sur tous ceux qui l’ont précédé, Gilets jaunes, retraites, anti-passe, « outremer », grèves pour les salaires. L’école, bien commun, a fait faire à tout ce qui se cherche un pas vers son unité dans l’action. Cette unité n’a d’autre sens que d’affronter le pouvoir et le régime.

Ce mouvement se développe donc alors qu’officiellement le pays, tout en étant censé appliquer les « protocoles » des Véran et des Blanquer et de leur passe sanitaire voire vaccinal, devrait être « en campagne présidentielle ». Eh bien non : le pays n’est pas en campagne présidentielle, il a une longueur d’avance, il cherche l’issue véritable dans la construction de l’affrontement avec ce régime.

  • Changer de régime, tel est le contenu qui est au bout, mais un bout qui n’est pas un terme éloigné, qui peut rapidement devenir proche, du mouvement de grève qui se cherche.
  • Changer de régime, tel est le contenu du regroupement amorcé pour le boycott de la présidentielle.
  • Changer de régime, ouvrir la voie à la démocratie, la voie du processus dé-constituant et constituant, par l’affrontement social, telle est la voie réaliste.

En complément tous les jours la rubrique Politique de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aux États-Unis, le Sénat adopte un plan climat sans ambition sociale
Par 51 voix contre 50, le Sénat des États-Unis a adopté le plus ambitieux plan climat de l’histoire du pays, prévoyant une enveloppe de 369 milliards de dollars pour réduire de 40 % les émissions de CO2 entre 2005 et 2030. Mais le volet social a été très largement sacrifié.
par Romaric Godin
Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel