Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 mars 2022

Non à la guerre de Poutine ! -Info Com CGT

Pour le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et à résister à l’oppression.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 NON A LA GUERRE DE POUTINE !

POUR LE DROIT DES PEUPLES À DISPOSER D’EUX-MÊMES ET À RÉSISTER À L’OPPRESSION

 L’agression impérialiste de Poutine contre l’Ukraine et sa population relève de crimes de guerre. Elle soumet le peuple russe à une dictature qui le prive d’exprimer son refus de cette entreprise meurtrière.
Les options diplomatiques, qui auraient pu résoudre jusqu’au dernier moment le conflit, ont été ignorées. Elles doivent prendre le pas sur l’écrasement des populations par les bombes.
À BAS LA TERREUR NUCLÉAIRE NON À LA BOMBE NUCLÉAIRE
Poutine, à la tête d’un arsenal nucléaire majeur, en joue pour terroriser les populations victimes de sa guerre de conquête. Cette menace s’adresse tant aux populations qu’il veut soumettre qu’aux puissances nucléaires de l’OTAN, France - Grande-¬Bretagne et USA.
L’accident nucléaire de la centrale de Tchernobyl, avant celui de Fukushima, suffisent amplement à établir notre hostilité à l’arme nucléaire et à la prise en otage par la guerre des installations réputées civiles.
 RÉSISTANCE À LA REMILITARISATION CONTRE L’ENGRENAGE DE LA GUERRE
La guerre en cours déclenche une remilitarisation générale en Europe et en France, spectaculaire en République fédérale allemande. L’engrenage de la guerre est en route.
UN ENGRENAGE DE 3e GUERRE MONDIALE : LE FACE·À·FACE DES BLOCS MILITAIRES
L’Organisation du traité de sécurité collective OTSCJ, à vocation politico-militaire, fondée le 7 octobre 2002, regroupe l’Arménie, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, la Russie et le Tadjikistan.
L’Organisation du traité de l’Atlantique Nord, organisation politico-militaire :
États membres : Albanie, Allemagne, Belgique, Bulgarie, Canada, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, États-Unis, France, Grèce, Hongrie, Islande, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Macédoine Nord, Monténégro, Norvège, Pays¬ Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie, Turquie.
11 États associés : Arménie, Autriche, Azerbaïdjan, Bosnie-Herzégovine, Finlande, Géorgie, République de Moldova, Suède, Suisse, Serbie et Ukraine.
L’Algérie, Israël, la Jordanie et le Maroc sont partenaires régionaux.
 DANS LE CAMP DE LA PAIX
L’Otan et sa volonté d’extension jouent un rôle clé dans les causes de guerre.
La proposition réitérée maintes fois à l’Ukraine d’intégrer l’OTAN a suscité un raidissement du Kremlin.
À l’infernale logique des blocs militaires, nous nous situons dans le camp de la paix et du désarmement.
 SAUVER LE VIVANT, LES VIVANTS, ET NON SEMER LA MORT
À la pandémie en cours, nécessitant des moyens de santé considérables pour sauver la vie, les États répondent par la mobilisation de moyens gigantesques pour semer la mort.
Le conflit en Europe, qui s’ajoute à la trentaine de conflits armés sur la Planète, tourne le dos aux mesures urgentes requises par le rapport du GIEC sur le péril qui pèse
sur le vivant.
Cette guerre entraîne son lot de déchaînements économiques spéculatifs sur le prix des matières premières et des biens de première nécessité, qui introduisent d’ores et déjà la guerre dans notre vie quotidienne, à commencer par le dopage de l’inflation qui précédait la guerre.
NOS INTÉRÊTS COMMUNS CONTRE LA GUERRE !
Notre pouvoir d’achat est visé par la guerre, et le défendre est déjà présenté comme le tribut naturel de guerre ! Les oligarques de Total, si proches de Poutine, doivent payer de leurs dividendes la spéculation sur les carburants. Et avec eux les oligarques français du CAC 40 aux profits astronomiques.
Le budget public doit aller à l’hôpital public, à la santé de toutes et tous, pas à la guerre et aux marchands de canons.
Les salaires doivent être indexés sur l’inflation, les profits et les dividendes doivent être partagés selon les besoins communs.
 SOLIDARITÉ AVEC LES RÉFUGIÉS, SANS DISTINCTION
Les victimes des guerres, en Ukraine comme ailleurs, populations chassées par les dictatures et les dérèglements climatiques, doivent bénéficier d’une hospitalité sans obstacle aucun.

En complément tous les jours la rubrique Europe de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal — Amériques
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous