Inde: le soulèvement paysan fait la fête et prend en main le calendrier national

Demain, il rendra hommage au plus célèbre des Intouchables, Ambedkar et appellera tous les intouchables, les tribus et tous les exclus, des basses castes, des femmes, les musulmans, ,etc... à organiser de grands rassemblements partout en empêchant également les rassemblements du même type organisés par le BJP et ses alliés. Et ça risque d'être chaud !

Par Jacques Chastaing

Après les fêtes Diwali, Lohri et Holi, le soulèvement paysan a décidé de fêter aujourd'hui 13 avril, le Baisakhi, une fête traditionnelle pour l'ouverture de la période des récoltes qui a lieu dans de nombreux Etats et sous le nom de Baisakhi au Pendjab.
Il organise donc des grandes fêtes dans les campements paysans des portes de Delhi avec spectacles sportifs, de danse, de musique, feux d'artifice auxquels participent les paysans des campements mais aussi tous ceux qui de Delhi ou ses banlieues veulent y participer... 

Ainsi le soulèvement paysan s'empare de plus en plus des évènements de la société indienne pour leur donner sa propre tonalité subversive, pour les faire siens en y associant tous ceux qui le veulent, pour faire de tout le calendrier indien, le calendrier du soulèvement. Il apparaît de plus en plus qu'il y a deux pouvoirs, deux sociétés qui s'affichent à toute occasion et chaque évènement l'un contre l'autre, la société et le pouvoir des paysans et des pauvres d'un côté et de l'autre celui du gouvernement des capitalistes et des riches.

Par contre, dans les zones que le soulèvement paysan influence, là où les représentants du BJP et ses alliés ont voulu aussi fêter cet évènement, ils ont été chahuté ou empêché par les paysans comme l'ont décidé les Mahapanchayats avec le bannissement social du BJP et ses alliés.

Aujourd'hui, le soulèvement paysan commémore également le massacre de Jallianwala bagh où des centaines d'indiens ont été tués par les britanniques le 13 avril 1019. Ce n'est pas la première fois que le soulèvement rend ce genre d'hommages, il le fait très souvent, et de cette manière, en commémorant de très nombreux héros du mouvement social ou des faits de son histoire, le soulèvement paysan reconstruit aussi une autre histoire de l'Inde que celle de l'histoire officielle des riches et des puissants, une histoire des pauvres, des invisibles et de leurs combats mais aussi de leurs valeurs et leur dignité.

Demain, par exemple il rendra hommage au plus célèbre des Intouchables, Ambedkar et appellera tous les intouchables, les tribus et tous les exclus, des basses castes, des femmes, les musulmans, ,etc... à organiser de grands rassemblements partout en empêchant également les rassemblements du même type organisés par le BJP et ses alliés. Et ça risque d'être chaud !

PHOTOS

Mahapanchayat à Gurdaspur dans le Pendjab ; pour le Baisakhi (fête du début des récoltes), de nombreuses festivités étaient organisées aux campements paysans des portes de Delhi, danse, musique, spectacles, sports, feux d'artifice et ici à la porte Tikri, course de chevaux avec les guerriers Nyangs qui soutiennent le mouvement paysan ; Subkhir Badal, député d'un parti sikh du Pendjab allié au BJP de Modi, chahuté par le foule alors qu'il voulait célébrer le Baisakhi ; au Baisakhi du campement paysan Tikri de Dehli ; des camps médicaux gratuits ont été installés au campement paysan de la porte Singhu à Delhi pour les habitants des villages alentour ; 3 affiches des paysans utilisant la fête du Baisakhi pour le mouvement : ce 13 avril le soulèvement paysan commélore aussi l'anniversaire du massacre de Jallianwala bagh de centaines d'indiens par les britanniques le 13 avril 1019

Ici trois photos de plus

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.