Julien Salingue: Israël et sa politique coloniale responsables de l'explosion

La situation est dramatique en Palestine : les bombardements israéliens et les tirs de roquettes se poursuivent alors qu'en une semaine, plus de cent Palestiniens et sept Israéliens ont été tués. Pour en parler, Julien Salingue, docteur en science politique spécialiste du Proche et Moyen Orient.

Julien Salingue : " Israël et sa politique coloniale sont responsables de l'explosion actuelle " © Regards

Sur les causes de la situation actuelle en Palestine

« C’est à cause des politiques des autorités israéliennes qu’on est dans la situation actuelle. »

« Un des gros biais médiatiques et politiques que l’on voit ces derniers jours, c’est de vouloir faire commencer la séquence au début de la semaine alors qu’en réalité, sans remonter jusqu’en 1948, on s’inscrit dans une séquence longue et, en ce qui concerne spécifiquement Jérusalem, si des dizaines de milliers de Palestiniens de Jerusalem se sont mobilisés ces dernières semaines autour du quartier de Cheikh Jarrah contre les expulsions de familles palestiniennes, c’est parce que cela s’inscrit dans une politique générale de judaïsation de la partie orientale de Jerusalem faite de colonisation et d’expulsions. »

« La population palestinienne dit, une fois de plus, trop, c’est trop. »

« La situation n’a pas commencé à se détériorer avec les tirs du Hamas de lundi : la politique coloniale dure depuis des décennies, avec des accélérations et des ralentissements. »

« L’explosion à laquelle on assiste actuellement est de l’entière responsabilité d’Israël et de sa politique coloniale. »

Sur les évolutions possibles de la situation en Palestine

« On est hélas dans une configuration assez classique - et c’est triste de le dire comme ça. »

« Israël est en train de faire une démonstration de sa force militaire et de rappeler à l’ensemble de la population palestinienne les règles du jeu : nous sommes ceux qui décidons et si vous osez relever la tête, on vous écrasera. »

« La situation politique en Israël est une situation de crise qui dure depuis deux ans : quatre élections législatives, une incapacité à former une majorité gouvernementale, Netanyahu très contesté avec des procédures judiciaires en cours contre lui… »

« Netanyahu a l’opportunité de se placer comme chef de guerre et en défenseur des colons. »

« Quand bien même on dirait qu’il y a eu des provocations supplémentaires de la part des autorités israéliennes ou des colons, il ne faut pas sous-estimer qu’il y a une colère sourde, larvée et forte de la population palestinienne et c’est normal qu’elle explose au bout d’un moment parce que la situation quotidienne des Palestiniens est indigne et intolérable. »

Sur la responsabilité de la situation 

« La responsabilité de la colonisation en incombe à la puissance coloniale. »

« On parle des tirs de roquettes du Hamas depuis lundi mais avant, ces dernières semaines et mois, il n’y avait pas eu de tirs de roquettes. Par contre, on a assisté à la poursuite de la politique coloniale avec des expulsions, avec, en 2 ans, 170 morts, 1.200 Palestiniens qui ont vu leur maison détruite, 11.000 Palestiniens arrêtés. Le problème, c’est qu’on ne se focalise que sur les moments de tensions militaires visibles. »

« Il y a une violence quotidienne infligée aux Palestiniens. »

« Moi, je n’ai pas de sympathie du tout pour le Hamas : c’est un projet de société qui est très loin d’être le mien. Mais ça ne veut pas dire qu’il faut les rendre responsables de la dégradation de la situation. »

Sur le positionnement de la France par rapport à la situation palestinienne

« L’idée du positionnement palestinien de la France a des racines historiques et des bases matérielles mais elle a fait son temps : les mandats Sarkozy, Hollande et Macron sont l’expression d’un alignement de plus en plus fort sur les positions israéliennes. »

« Emmanuel Macron ne condamne pas les bombardements israéliens : on n’est même plus dans une position d’équilibriste qui consiste à renvoyer tout le monde dos-à-dos. C’est un soutien quasiment explicite à l’Etat d’Israël. »

« Ceux qui disent qu’il faut revenir au calme doivent comprendre que cela veut dire revenir au calme colonial, c’est-à-dire que les Palestiniens se taisent. En fait, le calme passe par le démantèlement des colonies, la fin de l’occupation, la fin du blocus de Gaza… »

« Il y a même des interdictions de manifester à Paris mais c’était déjà le cas à l’été 2014 sous Hollande et Valls. »

Sur le positionnement de la gauche française

« Toute une partie de la gauche française s’est alignée sur une position pacifiste abstraite : dénoncer les violences de manière très générale sans aucune prise avec la réalité. Et surtout, on est très loin de al solidarité avec un peuple opprimé. »

« La gauche la plus institutionnalisée et intégrée à l’appareil d’Etat suit l’alignement de l’exécutif sur les positions de l’Etat d’Israël : du côté du Parti socialiste, on a parfois été plus aligné sur Israël qu’une partie de la droite. »

En complément tous les jours la rubrique Proche et Moyen Orient de la Revue de Presse Emancipation!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.