Inde: le soulèvement paysan exige llibération des militants emprisonnés

Par ailleurs des leaders paysans ont tenu à confirmer que la marche sur le Parlement prévue début mai mais repoussée à cause du covid était toujours d'actualité.

par Jacques Chastaing

Aujourd'hui, malgré les pluies diluviennes qui ont partiellement détruit le campement de Tikri à Delhi, après déjà ceux de Singhu, Ghazipur et Saharajanpur, mais que les paysans reconstruisent avec un énorme courage, le soulèvement paysan a tenu des meetings pour la libération de dizaines et dizaines de militants et d'intellectuels emprisonnés parce qu'ils défendent les droits des indigènes, des pauvres agriculteurs, des Intouchables, des femmes... Ils sont emprisonnés dans les pires conditions parfois depuis des années parce que le pouvoir veut les tuer et semer la terreur, veut supprimer toute liberté d'expression dans le pays.

Dépassant le cadre de leurs seules revendications paysannes, le soulèvement paysan a relevé le gant démocratique et affirme ainsi son combat pour les libertés de tous, son combat pour une réelle démocratie pour toute la population.

Par ailleurs des leaders paysans ont tenu à confirmer que la marche sur le Parlement prévue début mai mais repoussée à cause du covid était toujours d'actualité ; ils attendaient seulement la bonne occasion pour relancer cet objectif, c'est-à-dire, la fin ou l'atténuation de l'épidémie. Ils ont rappelé que le covid avait interrompu la préparation de cette marche qu'ils avaient initié par la visite au quasi porte à porte de centaines de districts (départements) de nombreux Etats. Cependant, dés que la situation le permettrait, ils reprendraient toutes ces mobilisations et à un niveau encore plus élevé.

PHOTOS

Affiche du soulèvement paysan pour exiger la libération des militants et intellectuels emprisonnés par le pouvoir ; meeting paysan à Delhi les pieds dans l'eau sous les pluies diluviennes pour la libération de dizaines de militants et d'intellectuels

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.