Le danger c’est Macron.

Source: aplutsoc

Un gouvernement démocratique représentant la population, mandaté pour ses intérêts, aurait mis en place depuis des mois la vaccination systématique contre le Covid, en commençant par lever les brevets sur les vaccins, pour en faire un bien public, gratuit pour les personnes, de même que les tests et les masques. En son temps, la Commune de Paris offrait une prime aux familles faisant vacciner leurs enfants. Un gouvernement démocratique prendrait au sérieux la population et assurerait la pleine publicité à l’information scientifique, au lieu de nous infliger des spots d’une niaiserie affligeante.

Honte : Macron s’est saisi de sa propre gabegie vaccinale pour punir et tenter de diviser la population. Rendant les tests payants et préservant les rentes de situation de l’industrie pharmaceutique, il stigmatise les non vaccinés, et, pire, son ministre Véran annonce qu’au 15 septembre, les soignants non vaccinés n’auront « ni travail ni salaire ». Ce gouvernement qui a perdu toute confiance chez les infirmières et aides-soignant-e-s, à cause des bas salaires, des fermetures de lits et de la casse de l’Hôpital public, ce gouvernement qui a sciemment laissé proliférer les fantasmes obscurantistes, au lieu de faire en sorte que tout le monde se vaccine par une politique de santé publique pour toutes et pour tous, annonce la coercition et la mort sociale des non vaccinés, s’orientant vers la création de catégories de réprouvés, des sans-droits, parmi les citoyens, cassant l’égalité des droits. Honte à lui !

La menace de Macron et de Véran pour le 15 septembre ne vise en rien le virus. Leur cible, c’est le statut de la Fonction publique, ce sont les droits des salariés : ni salaire ni travail pour les réprouvés au 15 septembre ? Honte à ce gouvernement illégitime qui ose tenter de détourner ainsi la colère sociale !

Des vaccins publics pour toutes et pour tous ! Tests et soins gratuits ! Défense du droit du travail et du statut de la fonction publique : aucune mise à pied le 15 septembre ! Ce sont Macron et Véran qu’il faut licencier !

Macron veut aussi faire passer sa contre-réforme de l’Assurance chômage au 1° octobre. Il espère, en invitant les « partenaires sociaux » au « dialogue », remettre en route la destruction du droit à la retraite. Son ministre Blanquer veut finir de rendre le Bac local et de mettre au pas élèves et enseignants qui, comme dans les Hôpitaux, malgré le gouvernement, sans lui, contre lui, ont maintenu le système scolaire.

Les conditions se réunissent d’un affrontement social central d’ici octobre. Il s’agit de battre Macron, maintenant. C’est bien là la meilleure façon de « préparer les présidentielles » qui pourraient alors avoir le sort des Régionales ! Et pour cela, les directions de nos syndicats ne doivent pas aller au « dialogue social » pour détruire le droit à la retraite.

Nous avons réalisé le 18 novembre 2018 et le 5 décembre 2019. C’est cela que Macron tente de neutraliser, d’une manière infâme. Le prolétariat, actifs, jeunes, chômeurs, retraités, peut relever le gant !

En complément tous les jours la rubrique Politique de la Revue de Presse Emancipation!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.