Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10575 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 déc. 2021

L'hôpital n'est pas tant malade du covid, que du capitalisme - Nathalie Arthaud

L'état de crise permanente n’est pas dû au Covid, mais aux arrêts maladie, aux démissions et aux nombreux postes non pourvus dans les hôpitaux. Le ministre de la Santé minimise la crise en contestant le chiffre de 20 % de lits fermés avancé par plusieurs responsables, tout en reconnaissant que l’hôpital dispose, à l’heure actuelle, de moins de lits qu’en mars 2020.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: LO

Depuis des mois, les débats sanitaires tournent autour du Covid et de la vaccination. Depuis des mois le gouvernement fait la morale à la population avec les gestes barrières et le passe sanitaire. Et pendant ce temps, il laisse l'hôpital sombrer.

Les fermetures temporaires des services d’urgence se multiplient dans de nombreuses villes, y compris de services d’urgence pédiatriques en pleine épidémie de bronchiolite. Nombre de services fonctionnent à la moitié ou aux trois quarts de leurs capacités. Impossible, dans ces conditions, de rattraper le retard lié aux déprogrammations de soins et d’opérations !

Cet état de crise permanente n’est pas dû au Covid, mais aux arrêts maladie, aux démissions et aux nombreux postes non pourvus dans les hôpitaux. Le ministre de la Santé minimise la crise en contestant le chiffre de 20 % de lits fermés avancé par plusieurs responsables, tout en reconnaissant que l’hôpital dispose, à l’heure actuelle, de moins de lits qu’en mars 2020.

Autrement dit, les hôpitaux sont moins bien armés pour la cinquième vague que pour la première. Les responsables de la catastrophe sont donc au pouvoir et ils ne sont pas à chercher du côté des non-vaccinés !

Beaucoup, parmi les soignants et la population, avaient nourri l’espoir que la crise sanitaire serve d’électrochoc pour l’hôpital. Les 120 000 morts, les déprogrammations, le manque de matériel et de personnel avaient fait la preuve de la dangerosité de la gestion comptable de l’hôpital. Le personnel, applaudi pour son abnégation et son courage espérait enfin être écouté. Eh bien non ! L’après Covid a été la douche froide.

Le gouvernement prétend avoir beaucoup fait avec le Ségur de la santé, mais les primes versées n’ont été que du saupoudrage et elles n’ont pas stoppé l’hémorragie de personnel confronté à des salaires trop bas et des conditions de travail toujours plus dures. L’afflux de malades de Covid replonge aujourd'hui le personnel dans la gestion de crise, avec tout ce que cela engendre de surmenage, d’épuisement et de stress.

Pour justifier le manque de soignants, Véran se cache derrière le fait qu’il faut des années pour les former. Mais qu’il commence par les payer correctement pour qu’ils ne partent pas dans les cliniques privées ou vers la médecine libérale !

Que Véran explique aussi pourquoi le nombre de places en écoles d'infirmiers n'a quasiment pas augmenté depuis deux ans et pourquoi le financement des formations internes à l’hôpital se fait encore au compte-gouttes ! Qui peut croire qu’en deux ans, il soit impossible de former les techniciens de laboratoire, les brancardiers ou les agents d’accueil qui manquent aussi ? Des dizaines de milliers de jeunes galèrent entre petits boulots et chômage, ils seraient prêts à s’engager dans ce type de métier si on leur donnait les moyens financiers de se former.

Il y a pénurie de bras et de matériel parce que le gouvernement, comme ses prédécesseurs, gère l’hôpital comme une entreprise. Là où il faudrait soigner, il est demandé de faire du chiffre et de travailler à la chaîne. Pour le personnel, cela signifie surcharge de travail, rappel sur les jours de repos ou de congés, roulements chamboulés, horaires décalés, changements de service et mépris de la part de la hiérarchie…

La façon dont les salariés des hôpitaux sont traités ressemble au sort des travailleurs dans nombre d’entreprises car aucun secteur n’échappe à la loi du profit. Dans les hôpitaux publics, celle-ci ne se présente pas sous la forme d’actionnaires exigeant leur dividende, mais elle s’impose au travers des restrictions budgétaires, des indicateurs financiers et des critères de rentabilité artificiels. Cela, parce que les capitalistes profitent volontiers de toutes les affaires qu’ils peuvent faire avec les hôpitaux, tout en exigeant du gouvernement qu’il réduise les dépenses publiques.  

C’est cette course au profit qui fait mourir les hôpitaux à petit feu. C’est aussi elle qui empêche la levée des brevets sur les vaccins anti-covid et freine la lutte contre la pandémie. C’est elle qui provoque le chômage de masse, la précarité et pèse sur les salaires. C’est elle qui s’oppose au respect des hommes et de l’environnement.

Mais la loi du profit n’est pas une loi de la nature, c’est une loi de la bourgeoisie qui est la seule à avoir intérêt à ce que rien ne change. Quand, à travers des luttes, les travailleurs prendront conscience qu’ils ont la force d’imposer leur propre loi et d’organiser la société pour qu’elle réponde à leurs besoins et aux intérêts de la majorité, la course au profit n’aura plus lieu d’être !                                             

Nathalie Arthaud

En complément tous les jours la rubrique Santé de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie
Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak
Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber