Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 mars 2022

Alain Krivine : " L'insurrection est possible dans un pays capitaliste moderne”

Voici le récit de Mai 68 par Alaine Krivine, décédé samedi dernier, tel que publié dans Paris Match en 1998.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: Paris Match n°2552, 23 avril 1998

Dès l'annonce de la grève à Billancourt, Krivine entraîne les étudiants à la rencontre des ouvriers. © René Vital / Paris Match

"Dans tout mouvement de ce type, rien n'est jamais spontané. Personne n'avait prévu l'éclatement de 68. Le milieu étudiant était travaillé par l'extrême gauche. Nous développions des idées internationalistes, anticapitalistes, celles d'une minorité. D'un seul coup, ces idées vont être reprises par une majorité. Ça c'est le fond. Il fallait un prétexte. Ce fut l'attaque des bureaux de l'American Express, rue Scribe, à Paris, le 20 mars, et l'arrestation de Xavier Langlade, un étudiant de Nanterre qui appartenait aux JCR. Il y a assemblée, etc., et ça part à Nanterre. Il y avait un climat en milieu étudiant, un climat en milieu ouvrier, qui était explosif.

Personne ne le ressentait à l'époque, c'était des manifs très dures à Caen et chez Saviem... Ce qui a été analysé en disant: "Ce sont d'anciens paysans, avec une culture de dureté. C'est pour cela que c'est violent.

Personne ne maîtrisait quoi que ce soit. Le dernier signe fut lorsqu'on s'est fait encercler dans la cour de la Sorbonne. On était quelques centaines. Que le recteur ait osé appeler la police était une véritable insulte. Une offense. On s'est fait arrêter d'une manière très correcte. On a compris que quelque chose se passait lorsque des gens sont venus nous dire: "C'est inouï, des étudiants balancent des pierres sur les cars qui emmènent les premiers arrêtés. Du jamais vu. On était tout heureux, on est montés dans les cars et on a constaté qu'il y avait du grabuge au Quartier latin. C'était de la spontanéité sur un terrain préparé.

Ainsi pour la fameuse nuit des barricades. Il y a ce rassemblement à Denfert. Quelques milliers d'étudiants. Cohn-Bendit monte sur la statue. En bon libertaire qu'il était, adepte de la fausse démocratie directe, il demande aux étudiants où ils veulent aller. Cinquante propositions. "A l'Assemblée", "Au machin..". Dans ces cas-là qui décide?

Il y a celui qui a le micro, ou celui qui a le service d'ordre. Lui avait le micro, nous plutôt le service d'ordre. On décide de descendre vers le Quartier latin. Aucune équipe machiavélique n'a ordonné : "On va construire des barricades. "Les étudiants se sont dit: "La Sorbonne est encerclée par les flics, on va encercler les flics qui encerclent la Sorbonne!". C'est un peu comme un jeu. Il n'y avait pas de stratégie militaire. Pour un spécialiste, c'était plus qu'une aberration. On a même construit des barricades dans des impasses. Quand les barricades ont commencé à se monter, Cohn Bendit et d'autres ont dit : "On en met partout." Dans la tête de ceux qui les construisaient, dont moi, elles avaient un côté symbolique. La Commune de Paris, 1848, les soviets, les machins... Mais elles étaient surtout défensives. On ne comprenait pas pourquoi la police n'intervenait pas tout de suite. On attendait, attendait.

Alain Krivine, candidat à la présidentielle 1969, en couverture de Paris Match n°1047, daté du 31 mai 1969. © Paris Match

Alain Krivine, manifestation du 1er mai 1974, Place de la Nation. © Jean-Claude Deutsch / Paris Match

Pour l'extrême gauche, qui venait du PC, il y avait cette idée du rôle de la classe ouvrière. L'attente messianique. Déjà, lors de la nuit des barricades, il y avait eu des rumeurs de camions remplis d'ouvriers qui arrivaient de la banlieue rouge. J'étais à l'assemblée générale à la Sorbonne lorsque j'ai appris que Billancourt s'était mis en grève. L'amphi était plein. J'ai pris la parole: "Les ouvriers de Renault sont en grève, on arrête les parlotes et on y va !" Tout le monde est parti. En arrivant à l'île Seguin, on a trouvé l'usine complètement fermée. Une véritable forteresse, parce que le PC et la direction de la CGT, qui avaient la trouille, avaient tout bloqué. Les ouvriers étaient aux fenêtres sur les toits, et nous regardaient comme des bêtes curieuses. Il n'y a jamais eu de vraie convergence. Je crois que ce que les ouvriers ont retenu du mouvement étudiant, ce sont les nouvelles formes de lutte, assez radicales, qui marchaient, puisque les flics avaient quitté la Sorbonne. Avant, ils se baladaient de Bastille-Nation, Nation-Bastille, République, les fameux défilés traîne-savates des organisations syndicales.

Nous étions persuadés que c'était une révolte et pas plus. On l'a vu lorsque le problème du pouvoir s'est posé. Lorsque de Gaulle est parti. Les ouvriers ont compris que le PC ne voulait pas prendre le pouvoir, le PS encore moins. Et il n'y avait pas un ouvrier qui voulait se tourner vers Sauvageot, Geismar et Cohn-Bendit. Ce n'était pas sérieux. Les étudiants, on voulait bien les suivre dans la rue, mais pas pour prendre le pouvoir.

Charléty? C'est une manœuvre. Mitterrand et Mendès se sacrifient pour essayer d'étouffer le mouvement. Le PC ne sait pas quoi faire. De Gaulle n'a pas encore offert une porte de sortie à tous ces gens-la, c'est-à-dire les urnes. Charléty est une tentative de mettre en scène Mitterrand, Nous avons tous été contactés avant par Marc Heurgon, un secrétaire du PSU pour une réunion qui devait se tenir avec Mendès. Nous avons refusé d'y aller. Il y a eu l'ambiguïté d'un mouvement étudiant qui cherchait une réponse politique et puis les manœuvres de Mendès, d'une partie du PSU et de Mitterrand pour se placer. Et finalement, de Gaulle, qui a magnifiquement compris ce qu'il fallait faire, a remporté la mise. La droite n'a jamais eu quelqu'un d'aussi intelligent.

Il y a deux hommes de droite qui ont compris jusqu'où le PC n'irait jamais : de Gaulle et Mitterrand. En 68, de Gaulle a dramatisé, fait croire que c'était une insurrection, est parti en Allemagne, est revenu, et a donné au PC., qui s'est précipité dessus, à manger la carotte des élections. Mitterrand, c'est l'Union de la gauche, le Programme commun et puis couic... Forcer le PC à passer sous les fourches Caudines du PS, à perdre toute identité et à se taper la crise qu'il connaît aujourd'hui.

Tout le monde va parler de 68 pour enterrer 68. Ce que je retiens, c'est que 68 est la preuve que l'on peut se révolter, y compris dans un pays capitaliste dit moderne et avancé. Que ce n'est pas réservé au tiers-monde. Que l'on peut parfaitement avoir des moments d'insurrection. Que quinze jours avant on aurait dit: "il va y avoir une grève générale avec des drapeaux rouges sur toutes les usines occupées", on nous aurait traités de Martiens. Si l'on veut qu'un nouveau 68 réussisse, il faut que, dès maintenant, une nouvelle gauche apparaisse, porteuse d'avenir, de rêves, pour que les gens aient envie d'aller jusqu'au bout. Qu'ils aient envie, non pas d’être contre, mais pour quelque chose. Pas comme avec cette gauche molle, creuse, conservatrice qui n'offre rien aux jeunes, même pas le rêve.

Alain Krivine tractant avec Olivier Besancenot, lors d'une manifestation pour l’emploi, le 3 avril 2004 à Paris. © Willy Golberine / Paris Match

En complément tous les jours la rubrique Politique de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aux États-Unis, le Sénat adopte un plan climat sans ambition sociale
Par 51 voix contre 50, le Sénat des États-Unis a adopté le plus ambitieux plan climat de l’histoire du pays, prévoyant une enveloppe de 369 milliards de dollars pour réduire de 40 % les émissions de CO2 entre 2005 et 2030. Mais le volet social a été très largement sacrifié.
par Romaric Godin
Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale