Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 mars 2022

Russie. «Ne croyez pas la propagande. Ici, ils vous mentent.» Le vrai courage…

Une employée de la chaîne de télévision publique russe Pervy Kanal (Première Chaîne) a interrompu le principal programme d’information de la chaîne (Vremia) avec une protestation extraordinaire contre l’invasion de l’Ukraine par Vladimir Poutine.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source: Alencontre

Par Pjotr Sauer

Une employée de la chaîne de télévision publique russe Pervy Kanal (Première Chaîne) a interrompu le principal programme d’information de la chaîne (Vremia) avec une protestation extraordinaire contre l’invasion de l’Ukraine par Vladimir Poutine.

Marina Ovsyannikova, rédactrice à Pervy Kanal, a fait irruption sur le plateau de la diffusion en direct du journal télévisé de la nuit, lundi soir 14 mars, en criant: «Arrêtez la guerre. Non à la guerre.»

Elle tenait également une pancarte disant: «Ne croyez pas la propagande. Ici, ils vous mentent.» Elle était signée en anglais: «Les Russes contre la guerre».

La présentatrice [Ekaterina Andreïeva ] du journal télévisé a continué à lire sur son téléprompteur en parlant plus fort pour tenter de couvrir la voix de Marina Ovsyannikova, mais sa protestation a pu être vue et entendue pendant plusieurs secondes avant que la chaîne ne passe à une émission enregistrée [un reportage sur les hôpitaux].

Marina Ovsyannikova a également publié une vidéo préenregistrée via le groupe de défense des droits de l’homme OVD-Info, dans laquelle elle exprime sa honte de travailler pour et de diffuser la «propagande du Kremlin».

https://twitter.com/OvdInfo/status/1503470185696669701

«Malheureusement, pendant un certain nombre d’années, j’ai travaillé sur Pervy Kanal et travaillé pour la propagande du Kremlin, j’en ai très honte aujourd’hui. J’ai honte d’avoir permis que des mensonges soient diffusés à la télévision, honte d’avoir permis que le peuple russe soit “zombifié”.» Nous sommes restés silencieux en 2014 quand cela ne faisait que commencer. Nous ne sommes pas sortis pour protester lorsque le Kremlin a empoisonné [Alexeï] Navalny», a-t-elle déclaré.

«Nous nous contentons d’observer en silence ce régime anti-humain. Et maintenant, le monde entier s’est détourné de nous et les dix prochaines générations ne pourront pas se laver de la honte de cette guerre fratricide.»

Portant un collier aux couleurs bleu et jaune du drapeau ukrainien, Marina Ovsyannikova a déclaré dans sa vidéo que son père est ukrainien et sa mère est russe.

«Ce qui se passe en Ukraine est un crime et la Russie est l’agresseur», a-t-elle affirmé. «La responsabilité de cette agression repose sur les épaules d’une seule personne: Vladimir Poutine.»

Elle a exhorté ses compatriotes russes à rejoindre les manifestations anti-guerre afin de mettre fin au conflit. «Nous sommes les seuls à avoir le pouvoir d’arrêter toute cette folie. Allez aux manifestations. N’ayez peur de rien. Ils ne peuvent pas tous nous emprisonner.»

La manifestation a été saluée par le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Dans une allocution vidéo, lundi soir, il a déclaré: «Je suis reconnaissant aux Russes qui n’arrêtent pas d’essayer de présenter la vérité, qui luttent contre la désinformation et racontent des faits réels à leurs amis et à leurs familles, et personnellement à cette femme qui est entrée dans le studio de Pervy Kanal avec une affiche anti-guerre.»

OVD-Info a déclaré que Marina Ovsyannikova avait été arrêtée peu après sa manifestation et qu’elle était détenue au centre de télévision d’Ostankino. Pavel Chikov, directeur du groupe de défense des droits de l’homme Agora, a ensuite déclaré que Marina Ovsyannikova avait été arrêtée et emmenée dans un poste de police de Moscou.

Elle pourrait être condamnée à une peine de prison en vertu d’une nouvelle législation russe qui criminalise la diffusion de «fake news» sur l’armée russe. Les personnes reconnues coupables en vertu de cette loi risquent jusqu’à 15 ans d’emprisonnement. Marina Ovsyannikova pourrait également être poursuivie pour avoir encouragé des «troubles civils» en incitant les Russes à manifester.

Dans un communiqué publié par l’agence de presse étatique TASS, Pervy Kanal a déclaré qu’«un incident a eu lieu avec une femme étrangère à l’image. Un contrôle interne est en cours.»

L’agence TASS a déclaré, selon une source des forces de l’ordre, que Marina Ovsyannikova pourrait être inculpée en vertu de la législation interdisant les actes publics visant à «discréditer l’utilisation des forces armées russes».

C’est la première fois qu’une employée des médias d’Etat russes dénonce publiquement la guerre, alors que le pays poursuit sa répression des actions anti-guerre. La vague actuelle de censure est si stricte que d’autres programmes d’information ont effacé le message se trouvant sur le panneau de Marina Ovsyannikova dans leurs propres reportages sur l’incident.

Depuis le début de la guerre, la Russie a lancé une répression sans précédent contre les manifestants, les organes d’information indépendants et les réseaux de médias sociaux étrangers. Près de 15’000 personnes, dont des adolescents et des personnes âgées, ont été arrêtées pour avoir manifesté contre la guerre.

Plus de deux douzaines de médias russes ont été bloqués par l’autorité de régulation des médias du pays ou ont choisi de cesser leurs activités. Les plateformes de médias sociaux Facebook et Instagram, largement utilisées, ont également été interdites.

La télévision d’Etat, quant à elle, reste la principale source d’information pour plusieurs millions de Russes et suit de près la ligne du Kremlin.

Quelques heures après sa manifestation, plus de 40’000 personnes avaient déjà laissé des commentaires sur la page Facebook de Marina Ovsyannikova, dont beaucoup l’ont félicitée pour sa prise de position. «Vous êtes une héroïne. Merci beaucoup», peut-on lire dans un commentaire. Les vidéos de l’incident ont rapidement accumulé des milliers de vues.

«Wow, cette fille est cool», a tweeté Kira Yarmysh, la porte-parole du leader de l’opposition emprisonné, Alexeï Navalny. Edgars Rinkevics, le ministre letton des Affaires étrangères, a déclaré sur Twitter: «Tant qu’il y a des personnes courageuses comme Maria #Ovsyanikova, productrice à la chaîne Pervy Kanal, qui protestent contre la guerre et la propagande de la Russie, comme ce soir ou dans les rues, la #Russie a encore une chance d’avoir un avenir meilleur.» (Article publié par The Guardian, 14 mars 2022, 20h49 GMT; traduction A l’Encontre)

En complément tous les jours la rubrique Europe de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal — Amériques
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel