Alarme rouge sur AREVA

Suspension des cotations un 15 août... attachez vos ceintures, ça va tanguer, contribuables, préparez vos portes-monnaie pour deux excellentes raison puisque c’est l’Etat qui détient plus de 97% du capital d’AREVA en état de faillite; le reste à été fourgué à EDF, qui pourra en plus des contribuables, également ponctionner les abonnés…

15 Août 2017 - Anti-K

LR: Pour prendre la mesure de la gabegie de la nucléocratie, lire l’article hallucinant sur Mediapart de l’ancien Président Directeur Général de la société UIGM un des deux ateliers constituant depuis 2013 CREUSOT-FORGE, fabricant contesté du fameux couvercle de l’EPR.  https://blogs.mediapart.fr/jfvictor2icloudcom/blog/140817/epr-ces-responsables-du-desastre-que-lasn-evite-de-designer

Notre commentaire: Le terme de « nucléocratie » convient parfaitement pour décrire et analyser ce petit monde, né de la volonté américaine de permettre à la France d’aligner une force de frappe nucléaire face à l’URSS. Cette oligarchie spécifique a étendu ses pouvoirs en vendant l’idée d’une électricité « bon marché », le prétexte parfait pour justifier durant des décennies, un pillage d’argent public extravagant mais toléré par les autres formations oligarchiques. De ses origines, elle a conservé une culture du secret et une organisation de type mafieuse qui lui a permis d’imposer le paiement de son tribut. On sent bien aujourd’hui, cet excellent article le montre, que cette construction politique, financière et technologique, tremble sur ses bases. L’éventualité de son effondrement reste effrayante. Il va falloir se lever… http://www.anti-k.org/?s=nucl%C3%A9aire

Boursorama – Reuters le 14/08/2017

AREVA: OPR CLOSE, COTATION SUSPENDUE AVANT UN COMMUNIQUÉ

PARIS (Reuters) – La cotation du titre Areva est suspendue à la Bourse de Paris dans l’attente d’un communiqué, selon un avis d’Euronext diffusé lundi soir, après la clôture de l’offre publique de retrait lancée par l’Etat français.

La cotation d’Areva est suspendue à compter du mardi 15 août à l’ouverture du marché à 9h, à la demande de la société et jusqu’à nouvel avis, précise l’opérateur boursier.

L’offre publique de retrait (OPR) déposée pour le compte de l’Etat était ouverte du 1er au 14 août, au prix unitaire de 4,50 euros.

Dans le cadre de cette offre, l’Autorité des marchés financiers avait fait savoir la semaine dernière que l’Etat avait franchi en hausse, directement et indirectement, les seuils de 95% du capital et des droits de vote (ddv) d’Areva, et en détenait, au 1er août, 97,48% du capital et 97,85% des ddv.Advertisement 

Cela assurait d’ores et déjà à l’Etat la possibilité de lancer une procédure de retrait obligatoire, un retrait de la cote nécessitant la détention d’au moins 95% du capital et des droits de vote d’une société.

A l’issue du plan de sauvetage du spécialiste public du nucléaire, l’Etat français sera le seul actionnaire d’Areva SA, dont les seules fonctions seront de rembourser ses dettes et de financer et gérer les dernières étapes de la construction de l’EPR finlandais.

Le processus de transfert de l’activité de réacteurs nucléaires (NP) sous le contrôle d’EDF devrait être achevé d’ici fin 2017. Quant au cycle du combustible (mines et traitement de l’uranium), il a déjà été filialisé au sein de NewCo, nouvelle entité contrôlée elle aussi par l’Etat.


Areva: cotation suspendue dans l’attente d’un communiqué

  • Par Le Figaro.fr avec Reuters
  • Mis à jour le 14/08/201

La cotation sera suspendue à compter du mardi 15 août à l’ouverture du marché à 9h, à la demande de la société et jusqu’à nouvel avis, précise l’opérateur boursier dans son avis.

La cotation du titre Areva est suspendue dans l’attente de la publication d’un communiqué, selon un avis d’Euronext diffusé ce lundi soir. La cotation sera suspendue à compter du mardi 15 août à l’ouverture du marché à 9h, à la demande de la société et jusqu’à nouvel avis, précise l’opérateur boursier dans son avis.

L’offre publique de retrait des actions Areva déposée pour le compte de l’Etat français était ouverte du 1er au 14 août. L’Etat s’est engagé à acquérir au prix unitaire de 4,50 euros la totalité des titres qu’il ne détenait pas encore directement ou indirectement, soit 7,66% du capital d’Areva.

Dans le cadre de cette offre, l’Autorité des marchés financiers avait fait savoir la semaine dernière que l’Etat avait franchi en hausse, directement et indirectement, les seuils de 95% du capital et des droits de vote (ddv) d’Areva, et en détenait, au 1er août, 97,48% du capital et 97,85% des ddv. Cela assurait d’ores et déjà à l’Etat la possibilité de lancer une procédure de retrait obligatoire, un retrait de la cote nécessitant la détention d’au moins 95% du capital et des droits de vote d’une société. A l’issue du plan de sauvetage du spécialiste public du nucléaire, l’Etat français sera le seul actionnaire d’Areva SA, dont les seules fonctions seront de rembourser ses dettes et de financer et gérer les dernières étapes de la construction de l’EPR finlandais.

Le processus de transfert de l’activité de réacteurs nucléaires (NP) sous le contrôle d’EDF devrait être achevé d’ici fin 2017. Quant au cycle du combustible (mines et traitement de l’uranium), il a déjà été filialisé au sein de NewCo, nouvelle entité contrôlée elle aussi par l’Etat.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.