Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 août 2017

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Alarme rouge sur AREVA

Suspension des cotations un 15 août... attachez vos ceintures, ça va tanguer, contribuables, préparez vos portes-monnaie pour deux excellentes raison puisque c’est l’Etat qui détient plus de 97% du capital d’AREVA en état de faillite; le reste à été fourgué à EDF, qui pourra en plus des contribuables, également ponctionner les abonnés…

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

15 Août 2017 - Anti-K

LR: Pour prendre la mesure de la gabegie de la nucléocratie, lire l’article hallucinant sur Mediapart de l’ancien Président Directeur Général de la société UIGM un des deux ateliers constituant depuis 2013 CREUSOT-FORGE, fabricant contesté du fameux couvercle de l’EPR.  https://blogs.mediapart.fr/jfvictor2icloudcom/blog/140817/epr-ces-responsables-du-desastre-que-lasn-evite-de-designer

Notre commentaire: Le terme de « nucléocratie » convient parfaitement pour décrire et analyser ce petit monde, né de la volonté américaine de permettre à la France d’aligner une force de frappe nucléaire face à l’URSS. Cette oligarchie spécifique a étendu ses pouvoirs en vendant l’idée d’une électricité « bon marché », le prétexte parfait pour justifier durant des décennies, un pillage d’argent public extravagant mais toléré par les autres formations oligarchiques. De ses origines, elle a conservé une culture du secret et une organisation de type mafieuse qui lui a permis d’imposer le paiement de son tribut. On sent bien aujourd’hui, cet excellent article le montre, que cette construction politique, financière et technologique, tremble sur ses bases. L’éventualité de son effondrement reste effrayante. Il va falloir se lever… http://www.anti-k.org/?s=nucl%C3%A9aire

Boursorama – Reuters le 14/08/2017

AREVA: OPR CLOSE, COTATION SUSPENDUE AVANT UN COMMUNIQUÉ

PARIS (Reuters) – La cotation du titre Areva est suspendue à la Bourse de Paris dans l’attente d’un communiqué, selon un avis d’Euronext diffusé lundi soir, après la clôture de l’offre publique de retrait lancée par l’Etat français.

La cotation d’Areva est suspendue à compter du mardi 15 août à l’ouverture du marché à 9h, à la demande de la société et jusqu’à nouvel avis, précise l’opérateur boursier.

L’offre publique de retrait (OPR) déposée pour le compte de l’Etat était ouverte du 1er au 14 août, au prix unitaire de 4,50 euros.

Dans le cadre de cette offre, l’Autorité des marchés financiers avait fait savoir la semaine dernière que l’Etat avait franchi en hausse, directement et indirectement, les seuils de 95% du capital et des droits de vote (ddv) d’Areva, et en détenait, au 1er août, 97,48% du capital et 97,85% des ddv.Advertisement 

Cela assurait d’ores et déjà à l’Etat la possibilité de lancer une procédure de retrait obligatoire, un retrait de la cote nécessitant la détention d’au moins 95% du capital et des droits de vote d’une société.

A l’issue du plan de sauvetage du spécialiste public du nucléaire, l’Etat français sera le seul actionnaire d’Areva SA, dont les seules fonctions seront de rembourser ses dettes et de financer et gérer les dernières étapes de la construction de l’EPR finlandais.

Le processus de transfert de l’activité de réacteurs nucléaires (NP) sous le contrôle d’EDF devrait être achevé d’ici fin 2017. Quant au cycle du combustible (mines et traitement de l’uranium), il a déjà été filialisé au sein de NewCo, nouvelle entité contrôlée elle aussi par l’Etat.


Areva: cotation suspendue dans l’attente d’un communiqué

  • Par Le Figaro.fr avec Reuters
  • Mis à jour le 14/08/201

La cotation sera suspendue à compter du mardi 15 août à l’ouverture du marché à 9h, à la demande de la société et jusqu’à nouvel avis, précise l’opérateur boursier dans son avis.

La cotation du titre Areva est suspendue dans l’attente de la publication d’un communiqué, selon un avis d’Euronext diffusé ce lundi soir. La cotation sera suspendue à compter du mardi 15 août à l’ouverture du marché à 9h, à la demande de la société et jusqu’à nouvel avis, précise l’opérateur boursier dans son avis.

L’offre publique de retrait des actions Areva déposée pour le compte de l’Etat français était ouverte du 1er au 14 août. L’Etat s’est engagé à acquérir au prix unitaire de 4,50 euros la totalité des titres qu’il ne détenait pas encore directement ou indirectement, soit 7,66% du capital d’Areva.

Dans le cadre de cette offre, l’Autorité des marchés financiers avait fait savoir la semaine dernière que l’Etat avait franchi en hausse, directement et indirectement, les seuils de 95% du capital et des droits de vote (ddv) d’Areva, et en détenait, au 1er août, 97,48% du capital et 97,85% des ddv. Cela assurait d’ores et déjà à l’Etat la possibilité de lancer une procédure de retrait obligatoire, un retrait de la cote nécessitant la détention d’au moins 95% du capital et des droits de vote d’une société. A l’issue du plan de sauvetage du spécialiste public du nucléaire, l’Etat français sera le seul actionnaire d’Areva SA, dont les seules fonctions seront de rembourser ses dettes et de financer et gérer les dernières étapes de la construction de l’EPR finlandais.

Le processus de transfert de l’activité de réacteurs nucléaires (NP) sous le contrôle d’EDF devrait être achevé d’ici fin 2017. Quant au cycle du combustible (mines et traitement de l’uranium), il a déjà été filialisé au sein de NewCo, nouvelle entité contrôlée elle aussi par l’Etat.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019.
par Marine Turchi
Journal — Europe
Ukraine : la guerre, « un puissant accélérateur » pour les droits LGBT+
Depuis le début de l’invasion russe, de plus en plus de soldats ukrainiens portent publiquement les revendications des personnes LGBT+, en particulier la demande d’une union civile entre partenaires du même sexe. L’enjeu, en temps de guerre, est capital. Des hommes et des femmes meurent au combat, sans que leurs proches ne puissent revendiquer aucun droit sur leur corps.
par Mathilde Goanec
Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal
États-Unis : en Géorgie, une enquête sur l’élection de 2020 menace Donald Trump
L’ancien président a moins de souci à se faire au sujet de la défaite attendue de son poulain, Herschel Walker, lors de la sénatoriale de Géorgie du mardi 6 décembre, que de l’enquête de la procureure Fani Willis, au terme de laquelle il pourrait être inculpé pour fraudes et ingérences électorales.
par Alexis Buisson

La sélection du Club

Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar