Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 déc. 2017

Récit d’une expulsion sauvage, quand PAF et Préfecture s’en donnent à coeur joie

Quand les flics s’assoient sur une décision de justice… comment on qualifie ça ? On a souvent peur des mots. Aujourd’hui est bien un basculement.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

2017/12/13 - Cévennes sans frontières

Mardi 12 décembre à 9h, Mohamed est le premier à se faire arrêter lors de son pointage hebdomadaire au commissariat de Vitrolles. Le suit de près Ibrahim vers 10h30. A 11h, on apprend que 3 autres arrestations particulièrement musclées ont eu lieu parmi les résidents du PRAHDA de Gémenos. Ils sont conduits menottés et escortés de plusieurs policiers jusqu’à leur chambre au PRAHDA pour récupérer leurs affaires personnelles.

C’est le coup de semonce et la sidération devant la violence des arrestations. « On dirait qu’on est des criminels ?! » La peur aussi.

A midi, c’est confirmé, ils sont enfermés tous les cinq au Centre de rétention (CRA) de Nîmes, avec un vol d’expulsion annoncé pour le lendemain à destination de Venise. Une retenue de confort de plus, illégale, pour s’assurer de l’exécution. Les amis marseillais et les avocats se mobilisent et une requête d’urgence est déposée. Ils décrochent une audience exceptionnelle inespérée pour le lendemain à 9h devant le Juge des libertés et de la détention (JLD).

Le soir, on appelle nos amis dans les cellules du CRA, quelques conseils, des encouragements, des infos sur ce qui peut se passer, courage, on fera tout ce qu’on peut pour vous sortir de là. Le JLD n’est pas garanti, on le sait, on connaît la chanson. Mais il y a un espoir d’obtenir une libération avant qu’ils ne vous conduisent à l’aéroport.

Mercredi 13 décembre à 9h, nouveau sale coup de théâtre de la police et c’est à l’aéroport de Nîmes Garons que les cinq garçons sont conduits de force ! Ils passent plusieurs heures dans les locaux la PAF (la Police aux Frontières). Feu l’audience !

10h : Nouveau rebondissement, la juge a maintenu l’audience en l’absence des cinq détenus. Des soutiens des Cévennes, de Nîmes, Montpellier, Avignon sont au rendez-vous. Et, c’est déjà quasi certain, ce sont des jugements de libération qui vont être rendus. Plus qu’à attendre ces jugements. Ce n’est qu’une  question de temps, ça va être serré, on le sait, retenez votre souffle.

Ibrahim au téléphone depuis les locaux de la PAF. Les téléphones des camarades s’éteignent les uns après les autres, lâchés par les batteries. Leurs voix aussi, de plus en plus lointaines, qui tremblent dans les échos d’un aéroport. « J’ai dit pourquoi je ne veux pas retourner en Italie, ils ne m’ont pas écouté. »

11H : Insoutenable attente de ces jugements, qui ne sont toujours pas au greffe. Que fait la juge ? La juge téléphone par deux reprises à la PAF pour annoncer sa décision et exiger l’interruption de l’expulsion. Mais les flics se marrent. La Préfecture qui était pourtant présente à l’audience ne donne aucun contrordre : elle joue la montre en se frottant les mains.

11h50 : Une première décision est enfin rendue. Mais le vol est imminent. Il faut faxer la décision à la PAF centrale au plus vite. Et les autres ne sauraient tarder. Grouille bordel !

12H15 : Une personne libérée sur le tarmac. On ne sait pas qui, on veut pas vraiment savoir. Et les autres, allez ! c’est pas possible de libérer un seul pote sur les cinq.

12H40 : Ca y est, on a les quatre autres décisions, yallah ! Les soutiens se rendent à l’aéroport pour remettre les décisions en mains propres aux escortes, tandis que les fax sont déjà partis en préfecture, qui joue toujours au con.
Mais sur place il n’y a pas d’avion, pas les gars, pas la PAF…

Les chiens !

Ce soir les portables d’Ibrahim et Khabir sonnaient encore dans le vide : « Welcome to Lyca Mobile… »… la voix glacée d’un répondeur et le vide figé dans nos cœurs.

Et la rage sourde : quand les flics s’assoient sur une décision de justice… comment on qualifie ça ? On a souvent peur des mots. Aujourd’hui est bien un basculement.

STOP DUBLIN ! STOP EXPULSIONS !

Goûter de noël en soutien aux réfugiés – Jeudi 21 décembre dès 16h à Saint Jean du Gard →

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel
Journal — Politique
Le député de Charente Jérôme Lambert logé chez un bailleur social à Paris
Le député Jérôme Lambert, écarté par la Nupes et désormais candidat dissident pour les élections législatives en Charente, vit dans un logement parisien de 95 m2 pour 971 euros par mois. « Être logé à ce prix-là à Paris, j’estime que c’est déjà cher », justifie l’élu qui n’y voit rien de « choquant ».  
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena