Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 janv. 2022

Présidentielles: Urgence de luttes sociales pour une autre société

NOUS COMBATTONS À LA FOIS L’AUTORITARISME LIBÉRAL ET LE NÉOFASCISME. Notre légitimité à intervenir dans la campagne présidentielle dépend de notre capacité à intervenir concrètement sur le terrain. République sociale, front uni antifasciste, solidarité avec les migrants, féminisme social, voilà notre profil,en plus des actions et revendications traditionnelles.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Info'Com CGT

Nos tâches d’espoir : ce qui les unit est plus fort que ce qui les divise ! À quelques mois de l’élection présidentielle, le libéralisme dispose d’un éventail complet de candidats qui se proposent de radicaliser un régime autoritaire construit ces dernières années…L’occasion pour Info'Com-CGT d’exprimer sa position sur les échéances électorales à venir et du syndicalisme nécessaire dans la période.

Zemmour, dont la campagne est prise en charge par les médias, lance la croisade du libéralisme originel : la « race française » doit se régénérer en pratiquant une épuration ethnique (la « remigration »), de façon à ce que la mère patrie du sang français soit performante sur le marché international. Nationalisme + ultralibéralisme, une réplique de Trump (America First), dont la défaite électorale a débouché sur l’assaut des milices racistes sur le Capitole. Le Pen s’encastre parfaitement dans ce cadre qu’elle représente depuis longtemps, elle a revêtu un déguisement petit-bourgeois marron clair, mais le Diable s’habille en Prada.

Macron a contribué à saper les bases démocratiques de la République, au nom de ce principe ultralibéral simple et totalitaire, tout doit être rentable (start-up nation, hôpital public, forêts, « capital santé », sécurité sociale, enseignement…)

La brutalité de son pouvoir dirigé contre le Travail, les violences policières contre les mouvements sociaux (Gilets Jaunes, Retraite), l’éradication de droits fondamentaux (Code du Travail, liberté de manifester, droit à un emploi stable rémunéré par un salaire décent), tout annonce de lourdes offensives pour faire payer la dette au seul peuple au prix de la protection sociale.

Pécresse 2/3 – Ciotti 1/3, ce ticket, grotesque et sérieux, se crée sur la radicalisation de la droite, déjà écartelée entre le libéralisme autoritaire de Macron et le nationalisme libéral de Le Pen. Cette droite, qui n’est plus « traditionnelle », oscillera toujours plus entre le nationaliste et raciste Z, et la filiation présidentialiste de la Ve République fondée à la faveur d’un putsch militaire.

En présence d’un tel paysage, les enjeux dépassent de très loin la question du 2e tour de l’élection présidentielle. 

À cet égard, depuis vingt ans et l’élection présidentielle de 2002 (Chirac-Le Pen), en passant par celle de 2017 (Macron-Le Pen), les suffrages qui se sont portés sur le candidat ‘non Le Pen’ont, en fait, aidé à désosser notre classe au matin de la victoire électorale ainsi acquise. Ce qui permet, en prime, à l’extrême droite de passer de 17,79 % des suffrages au 2e tour de 2002, à 33,9 % des votes exprimés au 2e tour de 2017…

L’épidémie nationaliste vient du cœur du libéralisme

La poussée néofasciste, de type Trump, est boostée par
le recours à l’état d’exception, qui pose la question de l’avenir immédiat de la démocratie.

« Sur les six dernières années, la France en aura passé la moitié en “état d’urgence”, au point que nous pouvons nous demander si nous vivons perpétuellement en crise ou si ce cadre juridique est en voie de devenir un mode de gouvernement banalisé », note le Conseil d’État (Introduction à l’étude juridique annuelle, 21 septembre 2021).

Après la pérennisation de l’état d’urgence sécuritaire de la loi du 3 avril 1955 par la loi du 30 juillet 2021 relative à la « prévention » du terrorisme, après la loi « contre » le séparatisme, après la loi « Sécurité globale », après la prolongation sans discussion de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 31 juillet 2022, quelles digues restent encore solides pour garantir à la fois la sécurité et la liberté dont la démocratie est censée être la garante ? D’autant plus qu’avant l’élection présidentielle, le projet de loi du 27 décembre 2021 introduit dans le droit ordinaire tous les éléments de l’état d’exception sanitaire en le pérennisant !

La Ve République n’a cessé de dériver vers l’actuel pouvoir d’un seul homme, ni vraiment un régime présidentiel avec sa séparation des pouvoirs, ni vraiment une république parlementaire avec son équilibre des pouvoirs.

Les mouvements migratoires, causés par les guerres, l’effondrement climatique et les inégalités sociales, servent de bouc émissaire à l’incompétence d’un capitalisme qui met en accusation l’entraide et la solidarité.

L’Union européenne ne trouve son unité que contre les immigrés : la force militaro-policière Frontex, les murs et barbelés, les camps de concentration – ceux des îles grecques telles Lesbos -, le rejet des migrants à la mer, les centres de rétention nationaux…

Autant de mobilisations policières conjuguées pour avaliser la haine de l’extrême droite et l’encouragent dans sa croisade contre l’étranger. C’est la solidarité et l’entraide qui sont punies et condamnées dans l’espace Schengen, territoire de la riche Europe braquée sur la sauvegarde de sa puissance économique à usage et profit privés.

Pas de sortie de la crise sanitaire dans un seul pays, l’expérience de près de 2 ans le prouve, et pourtant, la coopération internationale souffre de la montée du nationalisme sanitaire

Immédiatement, l’annonce des premières contaminations par Omicron déclenche un mouvement de fermeture des frontières et un affolement boursier. Cette non-reconnaissance du bien public mondial que devrait être l’information sur les risques de pandémie va de pair avec un nationalisme vaccinal qui creuse la tombe de la majorité de la population mondiale.

Le délire nationaliste et le règne libéral du chacun pour soi compromettent le combat contre la pandémie. 

Dès le début, médecins, chercheurs et organisations internationales avaient avancé qu’elle ne serait surmontée que par son éradication, ou tout au moins son contrôle dans tous les pays. Aujourd’hui, un variant affole le monde entier et il fait ressortir qu’il n’est « pas de sortie de la crise sanitaire dans un seul pays ». Omicron relance la nécessité d’un renforcement du pouvoir de l’OMS. Aucun pays n’a intérêt ou la possibilité de s’isoler durablement du reste du monde. La pénurie de lits de soins intensifs va être à nouveau l’indicateur sur lequel le gouvernement prendra les décisions concernant le degré de sévérité des restrictions à la liberté de mouvement des citoyens. Mais la préoccupation du bien public qu’est la santé trouve bien peu de place dans la campagne électorale française, dominée par le racisme.

L’espoir, notre principe de base

Nous comprenons l’offensive des forces du libéralisme comme un bombardement contre l’espoir : “ l’apocalypse arrive, ne rêvez pas, il n’y a pas d’autre alternative, le futur n’a pas d’avenir, vous n’êtes que des supplétifs des machines numériques bien plus intelligentes que vous… etc. ’’

Cette machine à dépression, nous voulons la bloquer en opposant notre espoir à leur désespérance de commande.

La république sociale, base de notre syndicalisme

Nous comprenons le gouvernement libéral, et ses différentes variations, France, USA, Brésil, Pologne, Grande-Bretagne, comme une rupture historique du capitalisme avec la république parlementaire et ses contre-pouvoirs démocratiques, telle qu’établie à la Libération.

Du plus profond de notre histoire, nous avons toujours combiné les revendications sociales immédiates avec la perspective d’une république sociale, d’une émancipation adossée à une société organisée autour de la satisfaction des besoins de tous et du partage égalitaire des biens communs.

Il est temps, urgent d’intégrer à toutes nos interventions l’exigence d’une république sociale, dont nous livrons le contenu au débat avec nos mandants et nos alliés. Par néofascisme, nous entendons la résurgence d’une alliance entre la religion obscurantiste de la concurrence de tous contre tous et le culte de la race liée au sol, au « sang », au drapeau. Ce néofascisme procède d’un choix d’une partie de la bourgeoisie d’épurer la société de toute forme de délibération et de contre-pouvoirs démocratiques. La stratégie du néofascisme américain inspire l’extrême droite française, qui reçoit l’aide des experts américains en campagne boueuse, haineuse et agressive.

Nous prenons très au sérieux ce danger, c’est pourquoi nous nous refusons à n’être des antifascistes que du 2e tour de l’élection présidentielle. Si l’extrême droite réalisait 49,8 % au 2e tour, aurions-nous gagné ? C’est pourquoi nous avançons la perspective à très court terme d’un front uni antifasciste, tel qu’il naquit au lendemain du 6 février 1934, dans la manifestation de Clichy le 9 février.

Les migrations nous tournent vers l’entraide et la solidarité

Le terrain internationaliste de solidarité à l’égard des travailleurs, où qu’ils soient, doit être réactivité, il a été laissé en friche.

Notre revendication ? Libre circulation des femmes, des hommes et de enfants.

Comment ne serions-nous pas indignés par la rotation ultrarapide des capitaux à travers la Planète, leur passage dans les nombreux paradis fiscaux, par l’appropriation des meilleures terres et de l’espace par les riches, quand leur pouvoir commande aux forces armées d’interdire le passage aux victimes de leurs inégalités ?

L’entraide doit reposer sur des initiatives concrètes : les fascistes avaient bloqué la frontière dans les Alpes, nous devrions, avec nos alliés, ouvrir les bras à l’accueil des migrants.

L’existence dans notre pays de nombreux espaces libres,
de richesses accaparées par quelques-uns, et la nécessité de la redistribution immédiate rendent cette solidarité facile.

BlackRock, Bolloré, LVMH ou Pfizer ne pourraient pas se passer de quelques milliards pour les migrants ?

L’offensive contre les femmes et leurs droits

La violence faite aux femmes est confortée par la violence libérale et l’agressivité raciste contre les migrants, qui, pour Z, suppose la reconquête française du pouvoir des mâles à béret français. Le féminisme social est une idée neuve !

« NOUS COMBATTONS À LA FOIS L’AUTORITARISME LIBÉRAL ET LE NÉOFASCISME.
Notre légitimité à intervenir dans la campagne présidentielle dépend de notre capacité à intervenir concrètement sur le terrain. République sociale, front uni antifasciste, solidarité avec les migrants, féminisme social, voilà notre profil,en plus des actions et revendications traditionnelles. »

En complément tous les jours la rubrique Politique de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
En France, le difficile chemin de l’afroféminisme
Dans les années 2010, le mouvement afroféministe, destiné aux femmes noires, a connu en France un certain engouement. Il a même réussi à imposer certaines notions dans les débats militants, mais il peine à se constituer comme un courant à part entière.
par Christelle Murhula
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance…ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine