Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 janv. 2022

Une tribune de Daniel Bensaid en 1998

La crise est profonde. Les convulsions internationales peuvent l’accélérer. Nous n’avons besoin pour l’affronter ni d’une nébuleuse sociale-libérale ni d’un national-républicanisme crispé, mais d’un projet de lutte et de transformation sociale. D’une gauche de gauche (et non d’une gauche du centre), d’une autre gauche dont les mobilisations de ces dernières années ont esquissé les contenus

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Daniel Bensaid - Le Monde du 11 septembre 1998

La crise est profonde. Les convulsions internationales peuvent l’accélérer. Nous n’avons besoin pour l’affronter ni d’une nébuleuse sociale-libérale ni d’un national-républicanisme crispé, mais d’un projet de lutte et de transformation sociale. D’une gauche de gauche (et non d’une gauche du centre), d’une autre gauche dont les mobilisations de ces dernières années ont esquissé les contenus :

1. Une politique résolue de lutte contre le chômage et la précarité, qui passe par une forte réduction du temps de travail et une grande réforme de la fiscalité. Dans une société où l’on peut produire dix fois plus de biens en dix fois moins de temps qu’il y a cinquante ans, il est injustifiable de voir renaître massivement la pauvreté et l’exclusion. Par ses concessions au patronat (sur la flexibilité, sur le taux de majoration des heures supplémentaires, sur le seuil des entreprises concernées), la loi Aubry vide les 35 heures de leur potentiel de création d’emplois et risque de tuer pour longtemps la perspective de la semaine de 32 heures en quatre jours. En même temps, les déclarations répétées de Dominique Strauss-Kahn enterrent sine die l’idée d’un « grand soir fiscal ».

2. Une reconquête résolue de l’espace public, qui passe notamment par une défense et une démocratisation des services publics dans la perspective de services publics européens, par la réhabilitation de la notion d’appropriation sociale du bien commun contre les effets de la dérégulation marchande en matière de pollution, d’urbanisation, d’aménagement du territoire, d’utilisation des ressources naturelles (comme l’eau) ou de l’énergie.

3. Un nouveau pacte de la société avec son école, en tant que service public et laïque, répondant aux conditions nouvelles de l’éducation de masse. Loin de se réduire à la défense illusoire d’un âge d’or mythique qui n’a jamais existé, un tel pacte suppose, à l’inverse des contre-réformes éducatives en cours, un engagement massif du pays pour des changements d’ampleur portant sur les contenus enseignés, les méthodes pédagogiques et l’amélioration égalitaire des équipements matériels et des taux d’encadrement.

4. Un système de solidarité élargie, complétant un système de protection sociale par répartition (une assurance mutuelle généralisée) assis sur les cotisations salariales par un impôt de solidarité sociale sur le capital, l’outil de travail et les mouvements financiers (une taxe Tobin à l’échelle au moins européenne).

5. Une réorientation radicale de la construction européenne, opposant à la logique libérale de Maastricht et d’Amsterdam, non le slogan évasif d’une Europe sociale, mais des critères de convergence sociaux concrets en matière d’emploi, de salaires, de protection sociale, de droit du travail ; ainsi que la reprise en main de l’outil monétaire, à travers un processus constituant destiné à organiser l’Europe politique à partir d’une subsidiarité ascendante où chaque transfert de compétence à l’échelon supérieur soit débattu, décidé ou ratifié, à l’échelon inférieur.

Ces pistes traduisent une autre idée de l’urgence et des priorités. Une autre idée aussi de la société et de la république.

En complément tous les jours la rubrique Politique de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
par Bésot