Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10596 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mai 2021

Inde: "Modi vit dans un paradis pour imbéciles" -Jacques Chastaing

C'est ainsi que s'exprime un dirigeant paysan, alors que le pays s'enfonce dans ce qui est certainement la pire catastrophe sanitaire du siècle en Inde au risque d'y entraîner le monde entier et que le gouvernement ne fait tellement rien, que face à cette incurie criminelle, la Cour suprême a du prendre en main les rennes du pays.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Cour Suprême a exigé que les Etats de l'Haryana, de l'Uttar Pradesh dirigés par le BJP et le territoire de Delhi, fournissent de la nourriture, deux repas par jour aux travailleurs privés de leur gagne pain par le confinement, en ouvrant des cantines collectives, afin que la famine ne s'ajoute pas au covid.

Le gouvernement qu:i dit que tout est sous contrôle mais punit gravement ceux qui publient des inforamtions ou des photos sur la situation réelle et ce qu'ils voient, refuse de fournir aux scientifiques les éléments qui lui permettent de donner ses statistiques de la contamination. Tout le monde sait que les chiffres du gouvernement sont terriblement sous-estimés, ce qui en plus de minimiser les mesures la gravité de la situation ne peut que l'amplifier ne serait-ce qu'en empêchant de prendre les dispositions pour faire face à la catastrophe, savoir où elle se développe, dans quel milieu, etc....

Pour donner une idée de l'ampleur de la catastrophe, le dirigeant paysan Yogendra Yadav, a fait pour sa part un petit sondage auprès d'un certain nombre de villages de l'Uttar Pradesh où les décès ne sont pas comptabilisés dans les campagnes, (voir le lien : https://theprint.in/.../saving-rural-up-from.../657080/...) et a abouti à une estimation, rien que pour cet Etat,et si les choses restent égales et ne s'aggravent pas dans les jours qui viennent, à 700 000 morts pour les 3 mois d'avril, mai et juin. C'est-à-dire que rapporté au pays entier cela ferait environ 5 millions de morts pour les mêmes trois mois.

A cela, il faut ajouter la famine qui frappe aux portes des zones et les catégories les plus pauvres ajoutée à une forte hausse des prix tandis qu'un cyclone balaie les côtes ouest du pays et détruit des milliers de maisons.

Le soulèvement paysan a déclaré que Modi qui pendant ce temps fait construire un palais luxueux alors que les fleuves charrient des cadavres, "vit dans un paradis pour imbéciles" s'il croit en plus pouvoir stopper la colère paysanne avec le covid qu'il laisse se développer dans les campagnes en accusant la révolte paysanne d'être à l'origine de l'épidémie. C'est le contraire qui se passe, la colère ne cesse de monter contre le pouvoir et de plus en plus de voix appellent ouvertement à sa démission.

Le mouvement paysan qui construit à toute vitesse de nouvelles habitations à ses campements de Delhi parce que les paysans y affluent en nombre à son appel (10 000 sont arrivés aux campements pour la seule journée du 10 mai), a lancé une initiative "noire" pour le 26 mai, date du 6e mois d'occupation des campements de Delhi et de la 7e année de pouvoir de Modi. Il appelle ce jour-là toute la population indienne à montrer malgré les circonstances de l'épidémie galopante, sa répugnance, son aversion, son mépris et son rejet total de Modi afin de préparer une suite plus active quand les circonstances s'y prêteront, en hissant partout des drapeaux noirs dans le pays, sur les maisons, voitures, camions, trains, magasins, balcons... comme un signal au monde de ce que pense l'Inde réelle et en brûlant les effigies de Modi pour que les images des crématoires ne soient pas que celles de ses victimes, mais aussi celles de son avenir.

PHOTOS

Photo du palais que Modi continue à faire construire malgré l'épidémie ; Les paysans arrivent toujours en nombre à Delhi ;

Ici trois photos de plus

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart