SNU: faisons capoter ce projet d'embrigadement de la dictature en marche

Voici le billet que j'avais posté le 27 juin de l'année dernière. Pas grand chose à rajouter. Sinon que Castaner, Attal et autres macronards se sont repliés sur un SNU croupion, avec seulement des volontaires. Les affidés des exploiteurs ont peur de la jeunesse, comme du peuple travailleur. Et leur font la guerre. Sachons leur répondre, tous ensemble !

 

16 JUIN 2019

Les réformes liberticides de Blanquer ne sont encore rien. MAC40 entend discipliner la jeunesse avec un service national universel qui commencerait sur leurs vacances dès l'été prochain. Puis les surexploiter dans des tâches d'intérêt "national", autrement dit faire des jeunes les derniers de corvée au seul bénéfice des premiers de cordée. La rentrée s'annonce riche en révoltes.

Je viens d'écouter la conférence de presse annonçant le SNU.  Réaction à chaud. Il serait utile que des jeunes et moins jeunes commencent à décortiquer les détails et dénoncer ce projet liberticide.

1) c'est manifestement, comme annoncé par Macron dans la campagne, la volonté de "discipliner la jeunesse". Il s'agit, comme vient de le dire Blanquer de "refaire Nation". On le comprend. Le gouvernement a besoin de souder la nation au dessus des classes, car les inégalités explosent et chacun comprend que la nation n'existe pour les premiers de cordée, fraudeurs impunis, que pour leur fournir du travail exploité.

2) Il n'a pas manqué d'indiquer qu'une partie de l'encadrement des deux fois 15 jours obligatoires, pris sur les vacances, pourrait être assuré en par tie par des militaires ou militaires en retraite, et l'hébergement assuré en partie par les militaires. Pour ceux qui ont fait leurs "classes" pendant deux mois dans l'enfer militaire, ils savent ce qu'est l'esclavage abrutissant des militaires. 

3) avec la suite "à la carte", jusqu'à un an, c'est une façon de recruter encore plus de militaires ou gendarmes, en préparation des guerres internationales et civiles qu'annoncent les désastres économiques, sociaux et écologiques liés à l'accumulation capitaliste dont le MAC40 n'est que l'instrument.

4) c'est aussi, avec cette suite à la carte, pouvant durer un an, une façon de profiter d'une main d'oeuvre surexploitée dans diverses tâches. 

5) le coût est estimé dans le rapport présenté par Geneviève Darrieussecq secrétaire d'état auprès de la ministre des Armées, à 1 ou 1,5 milliards d'Euros. C'est sans doute sous-estimé, mais peut importe, car Blanquer vient d'affirmer qu'il s'agit d'une "priorité présidentielle", et  que "l'intendance suivra". Mais pourquoi se suit-elle pas pour les besoins sociaux ? Le gouvernement impose une austérité à tous les services publics et réduit les prestations sociales. Par contre il n'entend pas compter pour aboutir à "discipliner la jeunesse".

Geneviève Darrieussecq, qui a présidé le groupe de travail, va entamer des consultations, en vue d'une adoption par la loi du projet avant la fin de l'année, et du démarrage de l'encasernent dès l'été suivant. Les organisations de jeunesse ont déjà exprimé leur opposition. Mais on sait ce que valent les consultations d'un gouvernement au service de l'accumulation capitaliste.

Il reviendra dès lors aux lycéens, avec l'appui de tous les défenseurs de la liberté et de la justice, dès la rentrée puisque les consultations commenceront à l'automne, d'informer sur les objectifs liberticides de MAC40 tout en dénonçant la sélection sociale inscrite dans Parcoursup.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.