Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 juil. 2019

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Main dans le sac: les macronards paient des youtubeurs pour vendre le SNU

“C’était super cool, c’est que du positif”… Tibo InShape, Enzo et Sundy Jules ont posté, en fin de semaine dernière, des messages et mises en scène en faveur du service national universel. Problème : ils ne mentionnent pas qu’il s’agissait d’une commande rémunérée du ministère de l’Education.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

17 Juillet 2019 

Extrait de Télérama: "Dans sa vidéo intitulée Je fais le nouveau service militaire ?? (sic), le musculeux youtubeur aux six millions d’abonnés se trouve au milieu de la jungle, tee-shirt blanc siglé SNU sur les épaules. Durant vingt-quatre minutes, il expose son expérience au sein d’une compagnie de jeunes de métropole envoyés en Guyane pour effectuer leur Service national universel, tout juste mis en place par le ministère de l’Education nationale : dodo dans la jungle, rencontre avec des animaux exotiques, Marseillaise, interviews avec des participants fans de ses vidéos, mais aussi des encadrants et même de Gabriel Attal, secrétaire d’Etat à l’Education nationale, en décor naturel. « C’était super cool, c’est que du positif »,lâche l’enthousiaste sportif à la fin de sa vidéo, vue plus d’un million de fois depuis sa mise en ligne le 12 juillet dernier."

La suite croustillante est ici sur Télérama. Elle met  en évidence l'utilisation des deniers publics, qui ne pèsent que sur ceux qui travaillent, pour sauver le projet des macronards dit Service National Universel (SNU) d'embrigadement de la jeunesse.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte