Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10961 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 juil. 2021

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Inde: les paysans mettent les parlementaires sous contrôle populaire -J. Chastaing

La coordination des paysans (SKM) demande aux députés de ne pas quitter le Parlement sans avoir obtenu l'abrogation des lois anti-populaires et de rester dans le bâtiment même si le gouvernement veut clore la session parlementaire. Si les députés ne respectent pas les volontés de leurs mandants, les paysans feraient alors tout pour qu'ils perdent leurs sièges aux prochaines élections.

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans une déclaration aujourd'hui, le SKM (Front Uni Paysan) la coordination qui anime le soulèvement paysan, a précisé sa tactique pour les jours qui viennent.

Pour la session parlementaire qui s'ouvre à Delhi le 22 juillet, le SKM demande aux parlementaires de se soumettre aux volontés de leurs électeurs qui sont à une immense majorité l'abrogation des lois anti-paysannes et anti-ouvrières promulguées par le gouvernement Modi.

Il leur demande de rendre compte de leurs interventions dans l'Assemblée aux 200 représentants des paysans qui seront à l'extérieur devant le Parlement, tandis que ceux-ci transmettront aux dizaines de milliers voire centaines de milliers de paysans qui sont en train de se masser de plus en plus nombreux chaque jour aux campements des portes de Delhi.

Le SKM demande aux députés de ne pas quitter le Parlement sans avoir obtenu l'abrogation des lois anti-populaires et de rester dans le bâtiment même si le BJP et le gouvernement voulaient clore la session parlementaire. Si les députés ne respectaient pas les volontés de leurs mandants, les paysans feraient alors tout pour qu'ils perdent leurs sièges aux prochaines élections.

Pour surveiller les parlementaires, les paysans ont donc prévu un groupe de 200 représentants paysans - pour éviter toute violence comme le 26 janvier -, qui se rendraient pacifiquement à partir du 22 juillet et chaque jour de la session parlementaire, devant le Parlement. En même temps, pour compléter et donner de la force à cette surveillance, le soulèvement paysan appelle les paysans et leurs soutiens à se masser en nombre aux campements des portes de Delhi.

Par ailleurs, pour compléter le dispositif, le SKM appelle à une marche des paysannes et des femmes sur le Parlement le 26 juillet et le dernier jour de la session le 9 août, un peu d'une certaine manière comme les "tricoteuses", les femmes de la révolution française avaient mis sous pression la Convention de 1793.

Par cette action, le soulèvement paysan s'adresse à la base populaire des partis d'opposition en leur montrant qu'il est prêt à agir à ses côtés, en mettant en même temps l'action des dirigeants de ces partis sous le regard et le contrôle de tous pour que tout un chacun puisse comparer les paroles de soutien aux paysans à leurs actions réelles.

Ainsi, en se mettant au service de toutes les classes populaires, le soulèvement paysan prend de plus en plus une place politique centrale dans le pays et apparait comme l'embryon d'un autre pouvoir possible, d'une autre société plus fraternelle et juste, obtenus par la mobilisation active de la base qu'ils engagent dans une dimension de de plus en plus politique.

PHOTOS

En même temps que de milliers de paysans et soutiens arrivent tous les jours aux campements de Delhi, de nombreux artistes sont venus soutenir les paysans aujourd'hui dans les campements des portes de Delhi. Sur al photo, la poétesse Suman Hooda Choudhry

En complément tous les jours le dossier Soulèvement en Inde et la rubrique Asie/Océanie de la Revue de Presse Emancipation! 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin
Billet de blog
Pesticides et gras du bide
Gros ventre, panse,  brioche,  abdos Kro, bide... Autant de douceurs littéraires nous permettant de décrire l'excès de graisse visible au niveau de notre ventre ! Si sa présence peut être due à une sédentarité excessive, une forme d'obésité ou encore à une mauvaise alimentation, peut-être que les pesticides n'y sont pas non plus étrangers... Que nous dit un article récent à ce sujet ?
par Le Vagalâme
Billet de blog
Et pan ! sur la baguette française qui entre à l’Unesco
L’Unesco s’est-elle faite berner par la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française ? Les nutritionnistes tombent du ciel. Et le pape de la recherche sur le pain, l’Américain Steven Kaplan s’étouffe à l’annonce de ce classement qu’il juge comme une « effroyable régression ». (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement